Ces célèbres cartes de jeu ayant représenté les derniers Romanov

Archives/CGACPPD
Le paquet de cartes le plus populaire de l’époque soviétique portait le nom de Style russe. Mais rares étaient ceux qui savaient que ces rois, dames et valets avaient des prototypes bien réels: les cartes représentaient en effet des membres de la famille impériale russe et leur entourage déguisés pour un bal masqué de 1903.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le bal costumé qu’a accueilli le Palais d’Hiver en 1903 est incontestablement l’un des plus somptueux et inhabituels de l’histoire du pays. Il a réuni toute l’élite politique de l’époque. Tous devaient s’y présenter en tenues reprenant le style du XVIIe siècle. Les participants l’ont pris avec tous le sérieux et des costumes absolument grandioses, faits à partir des tissus les plus chers et ornés de joyaux familiaux ont été commandés. L’impératrice ayant décidé d’immortaliser cet événement, les archives photos contiennent une centaine de clichés pris lors de ce bal donné à l’occasion du 290e anniversaire de la maison Romanov.  

Dix ans plus tard, déjà à l’occasion du tricentenaire, le jeu de cartes Style russe est sorti à Saint-Pétersbourg. Y étaient bel et bien représentés les participants du fameux bal masqué. Après la Révolution, la fabrique l’ayant conçu a fermé ses portes, mais sous l’URSS, de nouveaux tirages ont été émis. Qui sont donc les prototypes de ces valets et dames ?

Valet de carreau : le grand-duc Andreï Vladimirovitch

Petit-fils d’Alexandre II, Andreï Vladimirovitch (1879-1956) a choisi la tenue d’apparat des fauconniers : aux XVI-XVIIe siècles, ces derniers géraient la chasse au faucon auprès de la cour impériale. Après la Révolution, en compagnie de sa mère Maria Pavlovna, il a immigré en France où il a passé le reste de sa vie. Officiellement, il était considéré comme le dernier grand-duc de la dynastie des Romanov.

>>> D'où viennent les symboles de la monarchie russe? 

Dame de cœur : la grande-duchesse Xenia Alexandrovna

Sœur du dernier empereur russe, Xenia Alexandrovna (1875-1960) est apparue au bal dans la tenue d’une boyarine russe. Son éventail et son diadème ont été confectionnés par la maison Fabergé et le costume a imité la tenue de la tsarine Maria, du spectacle Tsar Boris, de 1890.

Conjointement avec sa mère, l’impératrice douairière Maria Fedorovna, elle a quitté en 1919 la Russie pour le Danemark, puis pour l’Angleterre.

Valet de trèfle : le grand-duc Michel Alexandrovitch

Nicolas II a abdiqué au profit de son frère Michel (1878-1918) et au cours d’une journée entière celui-ci a donc été considéré comme l’empereur. Cependant, il a immédiatement renoncé au pouvoir et n’a pas tardé à se faire arrêter par les nouvelles autorités. Ses derniers jours, Mihel Alexandrovitch les a passés exilé à Perm, où il a été assassiné par les tchékistes. Sur la photo de 1903, il pose dans le costume d’un tsarévitch en campagne.

Dame de trèfle : la grande-duchesse Élisabeth Fedorovna

Sœur de la dernière impératrice, Élisabeth Fedorovna était mariée au gouverneur général de Moscou, Serge Alexandrovitch Romanov. Sur cette photo, on la voit en costume de princesse brodé d’or et orné de fourrure noire. Un diadème russe, en forme de kokochnik, complète l’ensemble.

>>> Quel Romanov détient les droits sur le trône russe?

Deux ans après ce bal, son époux périra tué par une bombe posée par un révolutionnaire. La grande-duchesse léguera ses biens et deviendra sœur de charité dans le monastère qu’elle fondera. En 1918, elle et d’autres proches de l’empereur seront jetés vivants dans un puits dans l’Oural. Au cours des années 1990, après la chute du régime soviétique, ils seront canonisés. De nos jours, une statue de cette grande-duchesse orne la façade de l’Abbaye de Westminster, à Londres.

Roi de cœur : l’empereur Nicolas II

Pour ce bal grandiose, Nicolas II (1868-1918) a choisi le costume du tsar Alexis Mikhaïlovitch (1629-1676), le deuxième Romanov à être monté sur le trône. Un fait intéressant : les boutons et certains autres éléments de son costume dataient du XVIIe siècle, tandis que le sceptre qu’il tenait appartenait à Alexis en personne. Orné de diamants et d’émeraudes, de perles et de tourmalines, il est aujourd’hui préservé au Fonds des diamants du Kremlin. La vie du dernier empereur russe s’est terminé dans le sous-sol de la maison Ipatiev, à Ekaterinbourg.

Dame de pique : la duchesse Zénaïde Youssoupoff

Outre les Romanov et leurs proches, les cartes représentaient leur entourage immédiat. Zénaïde (1961-1939) représentait la famille très riche des Youssoupoff (parfois écrit Ioussoupov). Son fils, Félix, qui a épousé la fille de Xenia Alexandrovna, Irina, est l’un des assassins de Grigori Raspoutine. Elle a quitté la Russie en 1919. 

Roi de trèfle : le comte Mikhaïl Grabbe

Le général de l’armée impériale Mikhaïl Grabbe (1868-1942) s’est présenté au bal en parure de gardien du tsar du XVIIe siècle. Dans la réalité aussi il est resté fidèle à son souverain, et ce, même après la Révolution : ayant émigré à Paris, il a été un membre actif de l’union impériale et d’autres cercles similaires.

Roi de carreau : le conseiller d’État Nikolaï Gartoung

On en sait peu au sujet de sa personnalité. Au bal, ce conseiller d’État a fait son apparition en costume de boyard.

>>> Les derniers jours d’une famille condamnée: la vie des Romanov, juste avant leur fin brutale

Dame de carreau : la comtesse Alexandra Tolstaïa

Dame d’honneur de la mère de Nicolas II et de son épouse, elle est venue au bal déguisée en jeune boyarine. Néanmoins, une version dit que la dame de carreau conjugue en elle non seulement l’image de la comtesse, mais aussi celles des duchesses Vera Koudacheva et Sofia Dournovo, également présentes au bal.

Valet de cœur : l’aide de camp Nikolaï Volkov et autres

Encore une image inspirée par trois participants : Nikolaï Volkov (1870-1954), venu en costume de boyard, était à l’époque l’officier d’ordonnance du grand-duc Alexandre Alexandrovitch (fils d’Alexandre II). Pendant les années de la Première Guerre mondiale, il deviendra un attaché militaire et maritime en Grande-Bretagne. La Révolution le surprendra à l’étranger et il ne reverra jamais sa Russie natale.

Le deuxième prototype est Nikolaï Chter, sous-lieutenant du régiment de la Garde impériale russe Préobrajensky, vêtu en militaire d’antan. Le troisième est Alexeï Tizel, cornette du régiment de cavalerie déguisé en fauconnier.

Valet de pique : l’aide de camp Alexandre Bezak

Alexandre Bezak (1864-1942), qui a assisté au bal en costume de boyard, était l’officier d’ordonnance du grand-duc Nicolas Mikhaïlovitch, oncle de l’empereur. Il a mis un terme à sa carrière militaire avant la Grande Guerre et a déménagé en France après la Révolution.

Roi de pique : le tsar Ivan le Terrible

C’est le seul personnage qui n’a pas participé au bal de 1903. Son image a été inspirée par le tableau d’Alexandre Litovtchenko Ivan le Terrible montre ses trésors à l'ambassadeur anglais Jerome Horsey.

Dans cet autre article, admirez en photographies colorisées le dernier bal des Romanov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies