Comment le dernier empereur chinois est tombé entre les mains de l'Armée rouge

Getty Images
Après que les forces soviétiques eurent vaincu les Japonais dans le nord-est de la Chine, l'Armée rouge se prépara à débarquer sur les principales îles japonaises. Mais le maintien des relations avec les États-Unis étant alors une priorité, le plan a été abandonné.

À l'été 1945, les Alliés se préparaient à réaliser une frappe décisive pour écraser leur dernier ennemi, l'Empire japonais. Les Américains et les Britanniques combattaient les troupes japonaises dans le Pacifique depuis des années, mais l'Union soviétique était sur le point d'entrer dans cette guerre.

Lors de la conférence de Yalta en février 1945, Staline a promis à Churchill et à Roosevelt que l'Union soviétique attaquerait le Japon dans les trois mois suivant sa victoire en Europe, et il a tenu parole. Le 8 août, l'URSS déclara la guerre au Japon et le lendemain, les troupes soviétiques franchirent la frontière du Mandchoukouo, un État fantoche japonais.

Les Soviétiques étaient beaucoup plus nombreux que les Japonais en hommes et en armes : 1,5 million contre près de 700 000 dans l’armée de Kwantung, cinq fois plus de canons d’artillerie et de chars, et trois fois plus d’avions. Se heurtant à la résistance farouche des Japonais, l'opération n'en fut pas moins complexe.

L'offensive soviétique a traversé les défenses japonaises comme un couteau dans du beurre, pénétrant profondément dans le territoire du nord-est de la Chine sur un front de 300-800 km.

Alliée de l'URSS, la Mongolie a soutenu l'offensive soviétique. Plus de 60 000 soldats de l'armée populaire mongole ont pris part à l'action et ont protégé les arrières de l'Armée rouge.

Un épisode remarquable de la guerre a été l'avancée rapide de la 6ème garde de l'armée blindée à travers le désert de Gobi. Ce fut un véritable test pour les équipages de chars soviétiques : des températures pouvant atteindre 45 degrés, des machines remplies de sable, des troupes épuisées.

Après le désert, les forces soviétiques ont dû naviguer dans la chaîne de montagnes Khingan, considérées comme impénétrables. N'ayant aucune carte précise, sous des pluies diluviennes, les chars soviétiques ont réussi à se frayer un passage, ce qui a complètement choqué les Japonais. Un officier japonais a confié plus tard aux soldats soviétiques: « Lorsque vous êtes entrés à Khingan, nous nous sommes calmés, car nous savions que vous seriez obligés de faire demi-tour. Aucune armée n'a osé traverser Khingan depuis Tamerlan. Et soudain, vos chars, votre artillerie et votre infanterie sont apparus... ».  

Comme les Américains, les troupes soviétiques ont également été victimes d'attaques kamikazes de la part des Japonais. Le général Afanassy Beloborodov, commandant de la 1ère Armée de la bannière rouge, se rappelle: « Des soldats en uniforme vert sont apparus hors des fossés et de trous de camouflage. Ils flambaient sous le poids des mines et des grenades attachées à leurs corps, ils ont couru vers nos chars. Ils ont été tués en masse par nos mitrailleuses. Instantanément, le sol était recouvert de centaines de corps. Mais dans les trous et les fissures, de nouveaux assaillants sont apparus et ont sauté sous nos chars… ».

Dans les 10 jours qui ont suivi le lancement de l'offensive, l'armée de Kwantung a été totalement écrasée. Les soldats japonais ont commencé à se rendre en masse aux Soviétiques.

Dans une situation où les troupes japonaises en Mandchourie étaient dans un état de chaos total, le commandement soviétique a décidé de procéder à des débarquements aériens dans les principales villes ennemies. Mais à la fin, aucun débarquement de troupes aéroportées ne fut nécessaire. Les avions soviétiques se sont simplement posés sur les pistes d'atterrissage ennemies abandonnées, débarquant leurs troupes pour prendre le contrôle de bâtiments stratégiquement importants.

Au cours d'une mission aéroportée à Mukden (aujourd'hui Shenyang), les troupes soviétiques ont capturé accidentellement le dernier empereur de Chine et dirigeant du Mandchoukouo, Pu Yi. Il était dans un bâtiment de l'aéroport en attente d'évacuation au Japon avec les membres de son gouvernement. Personne ne s'attendait à ce qu'un personnage aussi important soit retrouvé là. Pu Yi a été rapidement envoyé dans la ville sibérienne de Tchita, près du lac Baïkal.

Outre la victoire sur les Japonais, l'un des principaux objectifs de la guerre était de récupérer les îles de Sakhaline et des Kouriles, territoires que l'Empire russe avait perdus à la suite de la guerre russo-japonaise de 1904-1905.

La bataille pour l'île de Shumshu, qui fait partie de l'archipel des Kouriles, était le seul affrontement de la guerre soviéto-japonaise où les pertes soviétiques furent supérieures à celles de l'ennemi - 416 contre 369.

Après les îles Kouriles, les troupes soviétiques prévoyaient d'atterrir sur l'une des îles les plus importantes du Japon, Hokkaido. La flotte pacifique soviétique était prête à commencer ses opérations quand elle reçut un ordre urgent: « Interdire catégoriquement d’envoyer des navires et des avions vers l’île de Hokkaido ». Désireux de ne pas détériorer les relations avec son allié américain, Staline a abandonné l'idée d'envahir le Japon. 

Découvrez en outre comment les Soviétiques ont ruiné la vie de l’Allemand qui les avait prévenus de l'invasion nazie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies