Inhumation en Crimée de 155 soldats français ayant pris part au siège de Sébastopol

"Le siège de Sébastopol" par le peintre Franz Roubaud

"Le siège de Sébastopol" par le peintre Franz Roubaud

Franz Roubaud

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les restes de 155 combattants français, ayant participé au siège de Sébastopol en 1854-1855, ont été solennellement inhumés au Cimetière militaire français de cette cité criméenne, a annoncé le ministère russe de l’Éducation et des Sciences sur les réseaux sociaux. C’est en 2013 qu’ils avaient été découverts lors de travaux de construction.

À noter que cette cérémonie a été organisée dans le cadre d’un projet humanitaire bilatéral, conjointement avec la France, et auquel ont contribué la Fondation pour le développement des initiatives historiques franco-russes, l’Académie russe des sciences, le ministère russe de l’Éducation et des Sciences, ainsi que les gouvernements de la République de Crimée et de la ville de Sébastopol.

Le projet archéologique « Crimée-Sébastopol 2020 » a en effet vu le jour dans le but de faciliter l’étude, sur place et par des experts français et russes, des événements de la guerre de Crimée.

Pour rappel, ce conflit, ayant fait rage de 1853 à 1856, a opposé la Russie impériale à une coalition, qui en sortira victorieuse, formée par l'Empire ottoman, la France, le Royaume-Uni et le Royaume de Sardaigne. Selon les sources, entre 45 000 et 90 000 Français y ont perdu la vie.

De son côté, le Cimetière militaire français de Sébastopol s’avère être, de loin, le plus important cimetière militaire français à l’étranger, puisqu’ayant accueilli près de 28 000 défunts.

Dans cet autre article, nous revenions justement sur les cinq pires défaites militaires russes, dont celle-ci.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies