Trois scandales sexuels qui ont choqué l'URSS

Archives; Viktor Chandrine/TASS; Sergueï Gouneev/Sputnik; МАММ/MDF/russiainphoto.ru
D'un bordel fréquenté par de hauts fonctionnaires à la condamnation controversée d'un célèbre sportif accusé d'avoir violé une jeune femme – retour sur les scandales sexuels les plus médiatisés en Union soviétique.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Bordel pour un ministre soviétique

Un jour de février 1955, le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev a reçu une lettre anonyme dont l’auteur affirmait être une « citoyenne soviétique et une mère ». L'auteur de la lettre décrivait quelque chose d'inédit en URSS : un bordel clandestin fréquenté par plusieurs hauts fonctionnaires, qui y attiraient de jeunes étudiantes pour avoir des relations sexuelles avec ces dernières. La femme a affirmé que sa fille était l'une des victimes et a demandé au dirigeant soviétique de fermer l'établissement et de punir ses fondateurs et ses protecteurs.

L'auteur de la lettre a déclaré que parmi diverses personnalités puissantes, sa fille avait nommé Gueorgui Alexandrov, ministre de la Culture de l'URSS, et Alexandre Egoline, critique littéraire soviétique et responsable au sein du parti.

Khrouchtchev a dû trouver la lettre assez opportune, car les coupables potentiels étaient également des ennemis politiques. Le dirigeant soviétique a exigé une enquête immédiate.

L’enquête a révélé que les allégations étaient légitimes et qu’Alexandrov, l’ennemi politique de Khrouchtchev, n’était pas la seule puissante figure impliquée. Les noms d'autres personnalités politiques, puissants idéologues et propagandistes, académiciens célèbres, et même celui d'un ancien ministre de l'Éducation sous Staline, Sergueï Kaftanov, ont été révélés dans le contexte du scandale.

Tous étaient des invités fréquents d’une maison du dramaturge méconnu Konstantin Krovocheïn, qui recrutait des jeunes femmes de différentes écoles de théâtre et de chorégraphie pour ses orgies sexuelles.

Lorsqu'il a été accusé, le ministre de la Culture Alexandrov a avoué et supplié les dirigeants du parti de lui accorder la grâce et de lui donner une chance de se racheter. Personne n’a été emprisonné, sauf Krovocheïn, le fondateur du bordel. Alexandrov a perdu son bureau ministériel et a été transféré en RSS de Biélorussie, où il a travaillé comme chef de département à l'Institut de philosophie de l'Académie des sciences locale.

Le plus grand scandale sexuel de l'histoire de l'Union soviétique est resté connu sous le nom de « cas gladiateur », car, selon une version, l'un des accusés s'est défendu en disant qu'il n'était coupable que de « caresses » (ce qui se dit « gladit’ » en russe). Dès lors, les personnes impliquées dans l’affaire ont été appelées « gladiateurs ».

Scandale de viol visant un footballeur

Edouard Streltsov

Edouard Streltsov était un joueur de football soviétique et un attaquant du Torpedo Moscow FC. Ayant fait ses débuts internationaux à seulement 18 ans, Streltsov était un joueur hautement qualifié, qui a ensuite marqué le quatrième plus grand nombre de buts pour l'équipe nationale.

Peu de temps avant la Coupe du monde 1958, la brillante carrière de l’étoile montante du ballon rond a déraillé lorsque Streltsov a été accusé d'avoir violé une femme lors d'une fête.

Selon l'accusation, Streltsov et ses amis organisaient une soirée dans une datcha et ont fait la connaissance de jeunes femmes qui ont rejoint leur sauterie. Apparemment, Streltsov aurait eu des relations sexuelles avec l'une d'elles, une femme nommée Marina Lebedeva.

>>> Victime de ses vices: déchéance de l’un des plus talentueux footballeurs soviétiques

La mère de Lebedeva a appelé la police le lendemain lorsque sa fille était rentrée chez elle. Streltsov a été arrêté et accusé d'avoir violé la jeune femme.

Bien que les preuves contre Streltsov ne fussent pas concluantes, l'athlète a avoué, car on lui aurait promis qu'il serait en mesure de continuer à jouer au football s'il reconnaissait sa culpabilité. Malgré cette promesse, le tribunal a condamné l'étoile montante à 12 ans de prison.

La sentence a déclenché toutes sortes de rumeurs, comme un stratagème d'un club de football rival ou une vendetta personnelle de la mère de la jeune femme, qui aurait voulu que Streltsov épouse sa fille. En tout cas, l'équipe brésilienne a remporté la Coupe du monde en 1958 en Suède et Pepe est devenu le meilleur jeune joueur du championnat. Étant en prison, Streltsov n’a eu aucune chance de remporter le titre.

Streltsov a été libéré sur parole cinq ans plus tard et est retourné dans son club de football, le Torpedo Moscou. Étonnamment, il a également été rétabli dans l'équipe nationale soviétique et a été nommé joueur de football soviétique de l'année en 1968.

Après sa mort en 1990, Lebedeva aurait été vue sur la tombe de Streltsov en 1997, où elle aurait déposé des fleurs le lendemain de la cérémonie annuelle de l’anniversaire de sa mort.

Eltsine mouillé

En septembre 1989, la carrière politique du futur premier président de la Russie montait en puissance : Eltsine avait remporté les élections des députés du peuple dans la circonscription électorale de Moscou et dirigeait le Comité du Soviet suprême pour la construction et l’architecture.

Seulement un mois plus tard, Eltsine a été impliqué dans un scandale juteux qui a fait les choux gras de la presse soviétique.

Le scandale a commencé lorsqu’Eltsine s'est rendu dans un poste de police situé dans une zone de datchas du gouvernement, ses vêtements trempés et couverts de boue. Il a expliqué aux policiers qu'il avait été enlevé par des hommes dans une voiture, qui l'avaient ensuite jeté dans la Moskova depuis un pont. Étonnamment, Eltsine a également demandé aux policiers de garder l'histoire pour eux.

>>> L’espion, le politicien et la showgirl: ce scandale qui a réchauffé la guerre froide

Malgré cette promesse, les policiers ont rapporté l'incident et les dirigeants soviétiques ont eu vent d'un scandale politique qui aurait pu être utilisé pour discréditer Eltsine et faire dérailler sa carrière politique.

Mikhaïl Gorbatchev a exigé une enquête sur l’enlèvement, espérant probablement qu'il n’ait jamais eu lieu et que l’enquête révélerait un sombre secret d’Eltsine, peut-être une maîtresse.

Boris Eltsine et Mikhaïl Gorbatchev

En effet, l’enquête a montré que l’histoire d’Eltsine ne tenait pas debout : s’il avait été jeté dudit pont dans la rivière à l’endroit qu’il avait indiqué, il aurait subi de graves blessures car le pont était trop haut et la rivière trop peu profonde. Le chauffeur d’Eltsine a également refusé de corroborer l’histoire. En plus de cela, un bouquet a été récupéré sur les lieux.

Bien qu’il n’y ait rien eu de criminel dans le comportement d’Eltsine cette nuit-là, ses opposants ont utilisé le scandale pour discréditer l’homme politique. À son tour, Eltsine a rejeté les accusations et les rumeurs : « Une réunion spéciale au KGB a eu lieu pour donner des instructions afin de répandre des rumeurs selon lesquelles Eltsine buvait quelque part, sortait avec des femmes. Ils ont dépassé toutes les limites lorsque la colère a éclipsé leur raison. Leur amertume n'a pas de limites, elle s'est déjà transformée en harcèlement évident visant à compromettre, discréditer un député qui a longtemps été, pour ainsi dire, comme un os en travers de la gorge, qui dépasse, vous savez, comme un clou ».

Vrai ou non, l’incident n’a pas suffi à interrompre la carrière politique d’Eltsine et le député a assumé la plus haute fonction de la Russie nouvellement indépendante quelques années plus tard.

Dans cette publication découvrez les points faibles de la vie en URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies