La telniachka, seconde peau des marins russes

Ce maillot de corps en coton à rayures est devenu la marque de fabrique des marins russes, des troupes aéroportées et même d'un mouvement artistique. Pourquoi est-il si important?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« La telniachka n’est qu’un vêtement. Mais essayez de le mettre au moins une fois – et vous voudrez immédiatement redresser vos épaules. Rayures bleues sur la poitrine, la couleur d'une vague océanique. Entre elles, les chevaux blancs aux crêtes agitées écumantes... La mer sur ta poitrine ! »

Ce sont les paroles de Vassili Zaïtsev, célèbre tireur d'élite soviétique et héros de la bataille de Stalingrad. Avant la Seconde Guerre mondiale, il a servi dans la marine soviétique, mais s'est ensuite porté volontaire pour être transféré sur le front. Zaïtsev est devenu tireur d’élite, mais a gardé sa telniachka comme un symbole de la fierté et de l’acharnement des marins dans la bataille. Pourquoi la telniachka était-elle si importante pour les marins et les soldats russes ?

Une chemise bretonne devenue telniachka

 Marinière (tricot breton) de la marine française

La chemise originale à manches longues en coton à rayures horizontales bleues et blanches, appelée marinière, était portée par les marins français dès le XVIIe siècle pour les distinguer de ceux des autres nations. On l'appelle aussi chemise bretonne, car de nombreux membres de la marine française étaient originaires de Bretagne.

>>> Trois exploits qui ont contribué à la gloire de la marine russe

Les rayures étaient là pour une raison évidente : la visibilité. Dans l'obscurité, dans le brouillard ou pendant les tempêtes et les averses en mer, un homme en chemise rayée était clairement visible, même au milieu des vagues déferlantes. N'oubliez pas que les premiers maillots de bain étaient également rayés - pour la même raison. De plus, un marin en chemise rayée était visible à proximité des voiles lorsqu’il les ajustait.

Gabrielle Chanel dans une marinière. L'entre-deux-guerres

La chemise était si étroitement associée aux Français qu'elle est devenue une partie de l'image stéréotypée de ce peuple. En 1858, la chemise bretonne devient l'uniforme officiel des marins français. Bientôt, elle fut également introduite dans la marine russe (1874) et la marine néerlandaise (1877).

Le 19 août 1874 est considéré comme « l'anniversaire » de la telniachka russe - ce jour-là, une loi sur l'uniforme de la marine a été signée par l'empereur russe Alexandre II. Le nom telniachka est dérivé du mot russe « telo » (тело, « corps ») parce que c'était le vêtement le plus proche du corps.

Des marins russes du XIXe siècle en telniachkas à l'ancienne

Mais la telniachka de cette époque n’avait pas encore ce nom et différait de sa version actuelle. Elle avait des rayures bleues de 11,11 mm de large divisées par des rayures blanches de 44,45 mm de large et était composée de 50% de coton et 50% de laine. Le bleu et le blanc étaient les couleurs du drapeau de Saint-André, le principal pavillon naval russe depuis l'époque de Pierre le Grand. Cependant, certaines formations de la marine impériale russe avaient des telniachkas d’autres couleurs - par exemple, le rouge.

Un marin russe en telniachka à rayures rouges

En 1912, le telniachka russe a acquis sa forme classique - des rayures bleues et blanches de largeur identique : 11 cm. Le nombre de rayures varie en fonction de la taille de la chemise.

>>> Comment obtenir le béret rouge?

Telniachka soviétique

Sois fidèle à l'honneur et la gloire de la marine ! Une affiche de propagande soviétique montrant des marins en telniachkas

La telniachka a acquis une nouvelle signification lors des révolutions de février et d’octobre 1917, lorsque les marins de la flotte de la Baltique sont devenus l’un des principaux adversaires du gouvernement tsariste. Plus tard, sur de nombreuses affiches de propagande bolchevique, des marins à la puissante poitrine rayée incarnaient l'image de révolutionnaires féroces.

Avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle branche militaire d'élite est apparue en URSS – les troupes aéroportées. Ces unités de réaction rapide, dotées des hommes les plus puissants physiquement, capables d'entreprendre des opérations complexes et dangereuses impliquant des atterrissages en parachute, étaient le fer de lance de l'armée soviétique. Après la Seconde Guerre mondiale, le développement des forces aéroportées a été principalement promu par le général Vassili Marguelov (1908-1990).

Des soldats du corps aéroporté de l'URSS

Marguelov a opté pour une propagande intelligente en promouvant la telniachka comme vêtement officiel des troupes aéroportées en 1969, dotant immédiatement ses hommes d’une aura de héros et leur fournissant un uniforme distinctif qui a permis aux troupes de se démarquer parmi toutes les autres unités d'infanterie de l'armée soviétique. Trait distinctif important, la telniachka des troupes aéroportées a des rayures bleu ciel.

Cependant, selon la tradition des troupes aéroportées soviétiques, un nouveau venu n’obtient le droit de porter le mythique maillot qu’après avoir effectué son premier atterrissage en parachute sur l’eau.

>>> En images: pourquoi les Soviétiques croyaient leur marine invincible?

Les quatre couleurs actuelles et les Mitki

Dans l’armée russe actuelle, la telniachka est de différentes couleurs pour différents corps militaires. Les marins (y compris les forces sous-marines) portent une telniachka classique blanche et bleu marine. Les membres du régiment du Kremlin en portent une bleu indigo. Les garde-côtes du service des frontières du FSB arborent des rayures vert clair sur leurs telniachkas, le pourpre est la couleur des rayures de la Garde nationale, et les hommes du ministère des Situations d’urgence portent des chemises à rayures orange.

Mais la telniachka n’est pas réservée aux seuls militaires. Elle est et a toujours été un symbole de liberté et même d'anarchie - un hommage à la turbulence des marins baltes pendant les révolutions. C’est pourquoi de nombreux rebelles et délinquants soviétiques et russes sont représentés portant une telniachka dans le cinéma et la fiction.

Le légendaire acteur soviétique Oleg Tabakov jouant un voyou dans le film Сhirli-Myrli (1995)

La telniachka est également devenue le symbole d’un groupe artistique de Saint-Pétersbourg appelé Mitki, tirant leur nom de leur fondateur et chef de file, Dmitri « Mitia » Chaguine. Saint-Pétersbourg est et a toujours été une ville de marine, fondée par Pierre le Grand en tant que base de la flotte de la Baltique. À Saint-Pétersbourg, la telniachka est un donc symbole très « couleur locale » – il est largement utilisé par les Mitki dans leurs images primitivistes et sincères.

Dans cet autre article, il vous est possible de découvrir les dix navires les plus légendaires de la marine russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies