En France, la chemise ensanglantée d’Alexandre II restituée à la Russie

La chemise que portait Alexandre II le jour de son assassinat et présentant encore des traces de son sang, ainsi que d’autres effets personnels de l’empereur possédant une valeur historique ont été remis à l’ambassadeur de Russie en France, Alexeï Mechkov, vendredi lors d’une cérémonie solennelle organisée par l’Alliance franco-russe, rapporte TASS.

En effet, préservés à la cathédrale Saint-Nicolas de Nice, ces objets avaient été antérieurement récupérés illégalement par l’une des organisations religieuses de cette ville française, informe l’agence de presse.

Recevant ces biens de valeur, son excellence a remercié la partie française pour sa contribution.

Alexandre II

Lire aussi : À Chestres, une poignée de terre russe en mémoire des victimes de la Grande Guerre

« Pendant longtemps nous avons essayé de restituer ces objets de valeur volés, et voilà que cela est devenu possible avec l’aide des autorités françaises », a-t-il ainsi indiqué.

Ces effets personnels d’Alexandre II, assassiné en 1881, avaient été transportés en France par l'épouse morganatique de l'empereur, Ekaterina Dolgoroukova. Après sa mort en 1922, ces objets avaient été transmis à la cathédrale Saint-Nicolas.

Outre la chemise ensanglantée, un gilet, un uniforme et un portrait de l’empereur, ainsi que trois mouchoirs portant ses initiales ont été restitués à la Russie.

Appelé Alexandre le Libérateur pour avoir aboli le servage en 1861, le tsar a été assassiné le 1er mars 1881. Une bombe a tout d’abord explosé près de sa voiture, blessant plusieurs gardes cosaques. Sans rien suspecter, il est venu inspecter les blessés. C'est alors que le révolutionnaire polonais Ignacy Hryniewiecki a lancé une deuxième bombe, tuant l'empereur et mourant dans la foulée.

Dans cet autre article, nous vous relatons comment six dirigeants russes et soviétiques ont fait l’objet de tentatives d’assassinat pour le moins audacieuses.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies