Les trois plus grands fiascos du renseignement soviétique

Russia Beyond
L'une des principales raisons des échecs subis par les services de renseignement soviétiques à l'étranger a été le recrutement de communistes locaux: ils étaient dignes de confiance, mais se trouvaient presque toujours sous la surveillance de la police.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Fiasco danois

Rue animée de Copenhague, 1931

Le plus cuisant échec subi par les services de renseignement soviétiques n'était nullement lié à la Gestapo ou à la CIA, mais à la modeste police danoise. Dans l'histoire, il est connu comme la « réunion des résidents ».

La cause du fiasco a été la négligence des agents soviétiques concernant l'ordre de Moscou de ne recruter sous aucun prétexte des communistes danois. Quoique fidèles à l'Union soviétique, ces derniers représentaient néanmoins un danger considérable, car ils étaient constamment surveillés par les forces de l'ordre.

C'est la surveillance des communistes locaux qui a conduit la police de Copenhague jusqu’au chef de l’antenne soviétique illégale au Danemark, Alexander Oulanovski. Le 20 février 1935, un raid a été lancé contre son appartement alors qu’il était en pleine réunion avec des collègues.

Alexander Oulanovski

En conséquence, Oulanovski, trois officiers du renseignement soviétiques, ainsi que dix agents étrangers (deux Américains et huit Danois) ont été arrêtés. Deux officiers du renseignement soviétique n'étaient pas du tout censés se trouver à Copenhague - revenant d'Allemagne, ils s’étaient tout simplement arrêtés pour rendre visite à un vieil ami sur le chemin de l’URSS.

>>> Trois services secrets cruels que l’Union soviétique a contribué à mettre en place

À la suite de la « réunion des résidents », l'ensemble du réseau de renseignement soviétique au Danemark a été démantelé. Le pays scandinave en lui-même n’intéressait pas particulièrement l’Union soviétique, mais grâce à lui, des informations secrètes émanant du Troisième Reich arrivaient à Moscou. En raison des erreurs d’Oulanovski, il a fallu chercher un nouveau canal pour les obtenir.

2. L’effondrement du réseau de «Ramzaï»

Certificat du secrétaire de presse de l'ambassade d'Allemagne au Japon, Richard Sorge

C’était l'un des agents les plus précieux de l'Union soviétique. À partir de 1933, le journaliste allemand Richard Sorge, connu à Moscou sous le pseudonyme de « Ramzaï », a vécu et travaillé au Japon, devenant pour les services de renseignement soviétiques la principale source d'informations secrètes sur ce pays fermé.

C'est Sorge qui a transmis à la direction soviétique, à l'automne 1941, l’information inestimable selon laquelle le Japon n'allait pas attaquer l'URSS dans un proche avenir et dirigerait son agression contre les États-Unis. En conséquence, des divisions extrêmement nécessaires ont pu être transférées de Sibérie et d'Extrême-Orient à Moscou, ce qui a joué un rôle crucial afin de contrer le plan allemand visant à envahir la capitale soviétique, connu sous le nom de code Typhon.

Héros de l'Union soviétique, Richard Sorge

Cependant, en octobre de la même année, Ramzaï s’est fait prendre. Parmi les nombreuses versions concernant les causes de sa chute figurent les hypothèses suivantes : l'interception et le décodage réussis de messages codés de l’agent, la trahison de l'un de ses subordonnés et la surveillance policière des communistes locaux, qui, étant recrutés par les services de renseignement soviétiques et en contact avec Sorge, ont finalement amené jusqu’à lui les forces de l’ordre japonaises.

>>> Comment Staline a trahi l’espion qui avait sauvé Moscou pendant la Seconde Guerre mondiale

Le 18 octobre 1941, Richard Sorge et 24 de ses agents ont été arrêtés (sept autres ont été arrêtés en janvier). L'enquête a été menée pendant plusieurs années et le 7 novembre 1944, à l’occasion du 27e anniversaire de la révolution d'Octobre, il a été pendu dans la cour de la prison de Sugamo à Tokyo. Avec le démantèlement du groupe de Ramzaï, les services de renseignement soviétiques ont perdu pendant de nombreuses années une très solide source d'informations au Japon.

3. Attentat contre von Papen

En 1939, Franz von Papen, politicien émérite et diplomate chevronné, ancien chancelier de la république de Weimar, a été nommé ambassadeur d'Allemagne à Ankara. Sa tâche était d'attirer la Turquie dans la guerre aux côtés des pays de l'Axe.

Franz Von Papen et sa famille

Parallèlement, von Papen menait son propre jeu. Possédant un vaste réseau de relations diplomatiques, il a secrètement tâté le terrain pour la conclusion d'une paix séparée entre l'Allemagne et les alliés occidentaux, sans tenir compte des intérêts de l'URSS. Dans le nouveau gouvernement (au sein duquel la présence d’Hitler n’était pas prévue), von Papen lui-même aurait dû occuper un rôle de premier plan.

L'ambassadeur d'Allemagne étant devenu trop dangereux pour l'Union soviétique, il a été décidé de l'éliminer. Moscou espérait que le meurtre de von Papen sèmerait la zizanie entre Ankara et Berlin, et, avec un peu de chance, conduirait même à une guerre entre les deux pays.

Le 24 février 1942, Omer Tokat, un agent recruté par les services de renseignement soviétiques, s'approcha de von Papen avec une bombe dans une rue de la capitale turque. Cependant, elle a explosé trop tôt, tuant Tokat sur le coup. Quoique sonnés par l’onde de choc, l'ambassadeur et sa femme ne sont pas morts, et en ont été quittes pour une légère frayeur.

>>> Échec et mat: un succès éclatant du renseignement soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale

Gueorgui Mordvinov

Les services de sécurité turcs ont rapidement déterminé un cercle de personnes impliquées dans la tentative, le rôle clé ayant été joué par les services de renseignement soviétiques. Exigeant l'extradition de deux employés de la mission commerciale soviétique (agents du NKVD) Leonid Kornilov et Gueorgui Mordvinov (Pavlov), les troupes turques ont même maintenu l'ambassade soviétique en état de siège pendant plusieurs jours.

Un tribunal a condamné Kornilov et Mordvinov à 20 ans de prison. Cependant, lorsque la chance a tourné pour le Troisième Reich sur les différents fronts et que la Turquie elle-même a commencé à se rapprocher activement des Alliés, leurs peines ont été réduites. En août 1944, les agents ont été libérés et envoyés à Moscou.

Vous pensez tout connaître des services de sécurité russes et soviétiques ? Vérifions donc cela par le biais d'un test, que vous trouverez en suivant ce lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies