En images: la Biélorussie soviétique, c’était comment?

Célébration de la fin des moissons, en Biélorussie, 1987

Célébration de la fin des moissons, en Biélorussie, 1987

Evgueni Koktych/Sputnik
À la frontière occidentale de l'URSS se trouvait la République de Biélorussie, qui a souffert de diverses guerres, mais a beaucoup apporté à l'économie de l’Union.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Spectacle au Théâtre de dramaturgie Ianka Koupala, à Minsk, 1953

Encore aujourd’hui, l'aspect architectural de la capitale biélorusse, Minsk, nous rappelle l'époque soviétique – des places spacieuses, des bâtiments majestueux d'architecture stalinienne, la quasi-absence de publicité extérieure et les anciens noms de rues soviétiques.

Chars soviétiques sur la place Lénine (aujourd'hui place de l'Indépendance), Minsk, 1935

L'héritage polono-lituanien

Historiquement, une partie de la Biélorussie a appartenu à la Principauté de Lituanie et à la République des Deux Nations, puis à la Pologne. Or, cette page de l'histoire a laissé dans le pays des forteresses et églises catholiques. Les contours définitifs de la République socialiste soviétique de Biélorussie n'ont été dessinés qu'après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle la ville de Białystok est retournée en Pologne. La Constitution de la RSS de Biélorussie de 1927 a été publiée dans les quatre langues reconnues par l'État – le russe, le biélorusse, le polonais et le yiddish. La nouvelle Constitution de 1937 ne contenait cependant déjà plus de polonais ni de yiddish.

Le château de Niasvij, érigé au XVIe siècle, a durant l’ère soviétique abrité un sanatorium. Photographie de 1986

Au château de Lida (XIVe siècle), du début du XXe siècle jusqu'en 1939, se trouvait un stade où jouait l'équipe polonaise. Lorsque ce territoire est devenu partie intégrante de l'URSS, les ruines du château sont restées telles quelles, les clubs de football ont été dissous, mais les enfants ont continué à jouer au ballon en ces lieux.

Dans le château de Mir, datant du XVIe siècle, les Allemands ont pendant la Seconde Guerre mondiale organisé un ghetto juif. Il a ensuite hébergé un artel (une coopérative de production soviétique) et ce n'est qu'à la fin des années 1970 et au début des années 1980 que l’édifice a commencé à être restauré. Photographie de 1978

L’église Saint-Siméon-et-Sainte-Hélène de Minsk a été construite en 1905. À l'époque soviétique, elle a été transformée en studio de cinéma, puis en maison des cinématographes et en musée du cinéma. Après l'effondrement de l'URSS, elle a retrouvé sa fonction de lieu de culte. Photographie de 1983

La cathédrale Sainte-Marie de Minsk, bâtie en 1700-1710, a été à l'époque soviétique le siège de la société sportive Spartak et un lieu d'entraînement. Les deux tours ont été démolies, mais après l'effondrement de l’URSS, elles ont été restaurées.

Lire aussi : Comment des millions de Soviétiques ont été réduits en esclavage par les nazis

Le principal champ de bataille du front de l’Est

Durant la Seconde Guerre mondiale, probablement aucune des républiques soviétiques n'a autant souffert que la Biélorussie – plus de 2 millions de civils y sont morts. La République se trouvait en effet sur le chemin du groupe d'armées Centre et, en juin 1941, elle a été complètement capturée par les troupes fascistes. La forteresse de Brest, dans laquelle les soldats soviétiques ont tenu la défense pendant environ un mois, a alors été l’une des premières à tomber.

L'un des tristes épisodes de ces années de conflit est celui de Khatyn, un village complètement détruit, habitants compris, dans le cadre d'une opération punitive. En 1969, le complexe commémoratif « L’Homme incassable » y a été érigé. 

Soldats soviétiques près d'un char allemand vaincu, à Moguilev, 1941
Des partisans biélorusses s'apprêtant à faire exploser un pont, 1943
Minsk détruite, 1941-1942
Complexe mémorial de Khatyn, 1974
Complexe mémorial de la forteresse de Brest, 1972

Industrialisation

Les principales industries de la Biélorussie étaient la construction de machines, la métallurgie et l'ingénierie énergétique. Le véritable miracle de la pensée technique y a été les camions à benne lourds MAZ, produits par l'Usine automobile de Minsk, puis leurs remplaçants BelAZ, assemblés à l'Usine automobile de Biélorussie. Ils étaient activement exportés et utilisés pour l'exploitation de carrières et de mines, la construction de centrales hydroélectriques, de barrages et de nombreux autres chantiers complexes. D'ailleurs, ils sont aujourd'hui toujours produits, et sont achetés notamment par la Russie.

L'usine de tracteurs de Minsk a également connu d'énormes volumes de production.

Roue d’un camion à benne basculante MAZ-525, 1953
Camion sur la chaîne d’assemblage de l’Usine automobile de Minsk, 1953
Camion BelAZ-548 de l’Usine automobile de Biélorussie
Pupitre de commandes de la centrale thermique de Loukoml, dans la ville de Novoloukoml, 1972
Une employée de l’Usine de réfrigérateurs domestiques de Minsk présente le modèle « Minsk-7 », 1973. La moitié de l’URSS possédait de tels appareils.

Lire aussi : Quand l’art s’invite dans les usines de l’Oural

Le pays de la pomme de terre

Il existe une multitude de blagues sur les Biélorusses et les pommes de terre, qui sont dans ce pays produites et consommées abondamment en raison des caractéristiques du sol. C'est d’ailleurs ce tubercule qui a sauvé à plusieurs reprises la population locale de la faim lorsque les récoltes céréalières étaient mauvaises. En outre, la cuisine nationale compte un grand nombre de plats à base de pommes de terre, le plus célèbre étant les dranikis (galette de pomme de terre).

Récolte de pomme de terre dans un sovkhoze, 1971
Récolte de pommes de terre, 1973
Draniki, 1987
Serre à pommes de terre au sein de l'Institut de recherche scientifique de la culture fruitière, légumière et de pomme de terre de Biélorussie, 1984

Vie quotidienne

Pionniers (équivalent soviétique des scouts) près de la forteresse de Brest, années 60
Durant la fête païenne d’Ivan Koupala, sur le territoire du Musée d’État de l’architecture et de la vie traditionnelle, près de Minsk, 1989
Un agriculteur de kolkhoze revient chez lui après son travail au champ, 1987
Le bison est l’emblème du Parc national de la forêt de Belovej, l’une des dernières forêts vierges d’Europe, 1989
La Bibliothèque nationale de Biélorussie, chef-d’œuvre de l’architecture constructiviste, 1962
Journée de commémoration des victimes de Tchernobyl, qui s'est produit en 1986 près de la frontière biélorusse. Les radiations se sont étendues loin à l'intérieur des terres. Photographie de 1990
Championnat de course automobile d’URSS, 1956
Affiches d’une représentation du cirque de Minsk, 1985
Appartement d’une employée de l’Usine de tracteurs de Minsk, 1982
Rue Sovetskaïa, Minsk, 1980
Délégation américaine en visite au complexe mémorial de la forteresse de Brest, 1978
De jeunes mères dans la ville de Novoloukoml avec, en fond, le monument au commandant de détachement de partisans Fiodor Ozmitel, 1978
Station essence à Minsk, 1978
Dans un parc de Minsk, 1974
Cinéma dans la ville de Gomel, 1979
Spectacle au Théâtre de dramaturgie Ianka Koupala, à Minsk, 1953
Concours de coiffeurs, années 1970
Ensemble vocal et instrumental biélorusse « Siabry », 1974
Défilé du Premier mai à Minsk, 1983
Usine textile, 1953

En suivant ce lien, découvrez en images la vie dans la Moldavie soviétique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies