En images: le quotidien en Moldavie soviétique, comme si vous y étiez

B. Krutsko/Sputnik
Cette république du Sud, célèbre pour son vin, a été la dernière à intégrer l'URSS, ce qui lui a permis de préserver son identité et son authenticité.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La Bessarabie, région historique du Sud-Est de l'Europe, a été incluse à l'Empire russe à partir du XIXe siècle. Après la révolution de 1917, la région a déclaré son indépendance et a été appelée République démocratique de Moldavie, puis a fait partie de la Roumanie voisine. Les Soviétiques se sont alors indignés, considérant que la Roumanie avait illégalement occupé ces terres. Un conflit militaire a donc éclaté, mais la Roumanie a de plein gré abandonné ce territoire et, en 1940, toute la Bessarabie historique est devenue une partie intégrante de l'URSS, formant ainsi la République socialiste soviétique de Moldavie.

Soldats de l'Armée rouge et enfants lors du défilé militaire consacré à l’intégration de la Bessarabie et de la Bucovine du Nord à l'URSS, Chisinau, 4 juillet 1940

Ce même défilé

La Moldavie non soviétique

En raison de son entrée relativement tardive en URSS, la vie en Moldavie a d'abord été différente du reste du pays : les restaurants, les joueurs d’orgue de Barbarie dans la rue et, bien sûr, l'architecture, ne ressemblaient pas au paysage soviétique typique.

Restaurant Bessarabia Nova, à Chisinau, 1940

Le salon de thé « Paris », 1940

Joueur d’orgue de Barbarie avec perroquet au marché de Tchernovitsy (ville aujourd’hui située en Ukraine), 1940

Domaine du propriétaire terrien Chtaïner, 1940

Bâtiment d’une banque à Tchernovitsy, 1940

Homme sans emploi dans les rues de Chisinau, 1940

Orchestre à un mariage de village, 1940

Repas de fête lors d’un mariage de village, 1940

Lire aussi : Comment l'Armée rouge a libéré l'Europe durant la Seconde Guerre mondiale

Territoire occupé

En 1940, la Moldavie est passée de la Roumanie à l'URSS. Or, déjà en juin 1941, la Seconde Guerre mondiale a commencé et la Roumanie, qui a combattu aux côtés de l'Allemagne d'Hitler, a occupé cette nouvelle république soviétique. Les autorités roumaines ont alors extrait toutes les richesses de la Moldavie, utilisé tout le potentiel industriel local pour les besoins du front, et les paysans ont été contraints de donner presque toutes leurs céréales, leur bétail et leur nourriture. Des dizaines de milliers de Moldaves ont été emmenés par les Roumains en Allemagne comme main-d'œuvre gratuite. Ils ont également été contraints de travailler sans rémunération sur les territoires occupés – pour réparer les routes et les infrastructures détruites durant les affrontements. De plus, historiquement, la Bessarabie comptait beaucoup de Juifs et de Roms – les Roumains ont donc organisé des camps de concentration, des ghettos, ainsi que des massacres. En 1944, les troupes soviétiques ont cependant finalement libéré la Moldavie.

Des Roumains conduisent les partisans juifs et leurs familles au lieu de rassemblement.

Déjeuner dans le ghetto de Chisinau

Un pays viticole

Après la guerre, la situation en Moldavie était déplorable – le pays était dévasté et en raison du manque de médecine sont apparues des épidémies, en parallèle d’un taux de chômage massif et de la famine. Le gouvernement soviétique a alors alloué une somme d'argent impressionnante pour restaurer l'industrie et l'agriculture locales, ainsi que pour importer des équipements et des matières premières.

La principale branche de l'industrie moldave est la viticulture. Le vin moldave était connu et apprécié par toute l'Union. Grâce au climat chaud, un grand nombre de légumes, de fruits et de baies y étaient également cultivés, tout comme le tournesol, la betterave sucrière, le tabac et d'autres plantes.

Dans les années 1950, la puissante centrale hydroélectrique de Dоubossary a été construite sur le fleuve Dniestr, l'industrie de la couture et la production de réfrigérateurs ont alors été lancées.

Vendanges dans un village moldave, 1982

Tomates dans une conserverie de Tiraspol, 1953

L’apiculteur Anton Loupoultchouk du kolkhoze « Maïak », dans la région de Dondușeni, 1975

Fabrique textile moldave, 1964

Usine de réfrigérateurs à Chisinau, 1970

Barrage de Doubossary, 1980

Lire aussi : À quoi ressemblait la vie dans l’Asie centrale soviétique? (photos)

Quotidien soviétique

La paix a apporté à la Moldavie une vie quotidienne soviétique habituelle rythmée par les parades du 1er mai, les processions de pionniers et, bien sûr, les fêtes à la maison.

Célébration du Jour de la Victoire sur la place … de la Victoire, à Chisinau, 1976

Défilé à Tiraspol, 1964

La chanteuse moldave Olga Sorokina avec des amis dans son appartement de Chisinau, 1968

Monument aux libérateurs de Chisinau face aux troupes nazies, 1974

Théâtre Pouchkine sur la perspective Lénine, à Chisinau, années 1960

Académie des sciences de Moldavie, Chisinau, 1966

Gare ferroviaire de Chisinau, 1967

Cinéma « Moskova » à Chisinau, 1968

Restaurant et l’hôtel Intourist en construction sur la perspective Lénine, Chisinau, 1974

Bibliothèque à Tiraspol, 1964

Télégraphe central de Chisinau, 1972

Travailleurs d’une usine textile un dimanche de repos, 1975

Poste de Chisinau, 1972

Des enfants jouant au dentiste dans un jardin d’enfants, 1985

Célébration à Tiraspol, 1964

Lire aussi : Pourquoi les pays baltes étaient-ils privilégiés en URSS? (photos)

Visages de Molsavie

La majorité de la population ici était composée de Moldaves, d'Ukrainiens et de Russes. Mais historiquement, l’on trouvait en Moldavie une grande communauté de Gagaouzes, de nombreux Juifs, des Bulgares et des Tsiganes. Des citoyens de toute l'URSS aspiraient en réalité à déménager dans cette région aux températures clémentes. Beaucoup y venaient cependant en simples touristes. 

Soudeuse, années 1950

Enfants bergers, 1989

Vendanges, 1972

Usine métallurgique de la ville de Rybnitsa. Galina Frolova, contrôleuse en chef d’atelier, 1987

Festivités de fin d’année dans l’école du village de Berdar, 1986

Filandière du village de Butuceni, 1985

Ensemble de danse traditionnelle « Moldavaneska », 1975

Olia Grigorenko, ouvrière de kolkhoze, dans un champ de tournesol, 1966

Sofia Rotaru, chanteuse moldave très populaire en URSS (et encore aujourd’hui), 1974

Dans cet autre article, nous vous présentions la vie en Ukraine soviétique au travers de photographies d’époque.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies