Les cinq meilleurs avions soviétiques de la Seconde Guerre mondiale

Ces avions ont réussi à surpasser ceux de la Luftwaffe, pourtant techniquement plus avancés. Ils l'ont fait malgré les lourdes pertes subies par l'aviation soviétique au début de la guerre.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Yak-3

Dès sa première apparition dans le ciel au-dessus champs de bataille en 1944, le Yak-3 s'est converti en véritable casse-tête pour les pilotes allemands. Avion de chasse le plus léger (plus de deux tonnes) de la Seconde Guerre mondiale, il avait des caractéristiques impressionnantes en termes de vitesse et de maniabilité.

Le Yak-3 était sur un pied d’égalité avec les chasseurs allemands Bf 109 et Fw 190, mais pouvait parfois réaliser l'impossible. Dans un combat le 16 juillet 1944, 18 Yak-3 affrontèrent 24 chasseurs allemands. À la suite de l'affrontement, les Soviétiques ont perdu un seul appareil, tandis que 15 avions ennemis ont été abattus.

L'avion a été loué non seulement par les pilotes soviétiques, mais aussi par des étrangers. Les pilotes français du régiment aérien Normandie-Niemen, qui ont combattu en Union soviétique contre les nazis, ont préféré ces avions à tout autre, même aux appareils britanniques et américains, que les Soviétiques avaient reçus via le programme de prêt-bail. Après la guerre, pour aider à restaurer les forces aériennes françaises, 37 Yak-3 pilotés par des pilotes français ont été offerts par l'URSS à la France.

>>> Normandie-Niemen: une amitié née sous le ciel de la guerre 

2. Yak-9

« J'ai combattu contre tous les types de chasseurs soviétiques, y compris ceux fournis par prêt-bail, et le Yak-9 était le meilleur »,a déclaré Gerhard Barkhorn, as de la Luftwaffe. Avec 16 769 chasseurs sortis des usines soviétiques, le Yak-9 est devenu le plus grand chasseur soviétique produit en série de la Seconde Guerre mondiale.

Le principal avantage de cet avion de chasse soviétique fiable, maniable et simple à piloter était son universalité : 15 modifications du chasseur ont été produites pendant la Seconde Guerre mondiale. Parmi elles se trouvaient des chasseurs, des chasseurs-bombardiers, des avions de reconnaissance, des courriers et des avions à usage spécial.

La plupart des Yak-9 étaient munis d'un canon ShVAK de 20 mm avec 120 obus et d'une mitrailleuse de 12,7 mm. Le Yak-9T (« Tank ») était cependant une arme encore plus meurtrière. Avec son canon de 37 mm, il pouvait détruire un chasseur ennemi d'un seul coup précis. Le pilote devait être un vrai tireur d'élite, car son chargeur était limité à seulement 30 coups.

Le Yak-9U (« amélioré ») était la dernière modification de l'avion avec un nouveau moteur, ce qui l’a doté d’une vitesse incroyable. « Le Yak-9U est meilleur que le Yak-1 et le Yak-3, il a une meilleure maniabilité et une vitesse maximale de 720 km/h ! Deux Me-262 (le premier avion de chasse opérationnel à moteur à réaction au monde) en ont attaqué un. Ils ont volé pour attaquer notre aérodrome, et j'ai décollé. Je ne les ai pas touchés, mais je les ai tenus éloignés de l'aérodrome »,se souvient Konstantin Zvonarev, un pilote de la 11e Division d'aviation de chasse de la Garde. 

3. La-7

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Lavotchkine La-7 surpassait la plupart des avions de chasse soviétiques, américains et allemands à des altitudes allant jusqu'à 5 000 mètres. Armé de deux canons ShVAK de 20 mm, il a aisément fait face à son principal concurrent - le Fw 190, qui avait des performances inférieures à celles du chasseur soviétique, à l'exception de sa vitesse de plongée.

>>> Les trois meilleurs avions du Bureau de conception Lavotchkine

Avec le La-7, le commandement soviétique a complété les rangs de ses meilleurs régiments aériens. Les Allemands ont réagi en envoyant leurs meilleurs as combattre ces puissantes machines soviétiques. Par exemple, l'appareil d'élite allemande Jagdgeschwader 54 (JG 54), sur lequel volaient des « célébrités » telles qu'Otto Kittel (267 victoires) et Walter Nowotny (258), a souvent été redéployé dans les zones de front où le La-7 officiait.

Le La-7 a également revendiqué la première victoire d'un avion à piston soviétique sur un chasseur allemand doté d'un moteur à réaction. En février 1945, l'as soviétique Ivan Kojedoub abattit un chasseur-bombardier à réaction allemand Me-262 durant un combat au-dessus de la rivière Oder.

4. Il-2

Les avions d'attaque au sol Iliouchine Il-2, connus sous le nom de « Chars volants » et « Mort noire », ont déclenché l'enfer sur terre pour l'ennemi, détruisant efficacement les colonnes d'infanterie et de chars, l'artillerie et les batteries antiaériennes, les dépôts et les trains.

De conception très simple, l’appareil a été facilement fabriqué par l'industrie soviétique. Avec 36 183 unités sorties des usines, l'Il-2 fut le plus gros avion de combat produit en série de l'histoire.

Ces avions d'attaque au sol soviétiques bien protégés avaient la réputation de survivre aux pires attaques de l'ennemi. Assez souvent, des Il-2 parsemés de centaines de trous causés par l'artillerie antiaérienne de petit calibre sont revenus avec succès sur les aérodromes.

Le « char volant » avait ses inconvénients. Entièrement armé de deux canons, de roquettes et de bombes de 23 mm (ou 37 mm), un Il-2 pesait plus de six tonnes. Ces avions lourds étaient trop maladroits pour réaliser de bonnes manœuvres aériennes. De plus, les mitrailleurs étaient mal protégés, ce qui causait dans leurs rangs des pertes importantes. Statistiquement, pour chaque pilote tué, sept mitrailleurs trouvaient la mort.

>>> Avion Po-2: comment le maillon faible de l’URSS a brillé pendant la Seconde Guerre mondiale

5. Tu-2

« C'était un bon avion - même parfait - mais il est arrivé trop tard. S'il était entré en service un ou deux ans plus tôt, la guerre aurait pris fin plusieurs mois plus tôt. C'était un avion puissant. Et le Pe-2 était un déchet absolu »,a déclaré Alexeï Batievski, un pilote de la 9e Division d’aviation d’assaut de la Flotte de la Baltique, évoquant le bombardier de première ligne Tu-2. 

Bien qu'il ait effectué son premier vol en 1941, la production de Tu-2 a cessé après seulement 80 unités au profit des chasseurs Yak. La production n'a repris qu'en 1943 et, l'année suivante, il est apparu en masse sur les champs de bataille.

Beaucoup plus facile à manier que son principal avion partenaire, le Pe-2, un Tu-2 pouvait transporter jusqu'à trois tonnes de bombes (le Pe-2 - juste une tonne). Et il était mieux protégé. Ses deux canons ShVAK de 20 mm et ses trois mitrailleuses de 12,7 mm ne permettaient pas aux chasseurs Bf-109 de s’en approcher.

Le Tu-2 a joué un rôle crucial dans la destruction du groupe d’armées allemandes Centre lors de l'opération Bagration, l'offensive soviétique contre les forces allemandes à l'été 1944. Il a été utilisé en vagues massives lors du bombardement de Königsberg (aujourd'hui Kaliningrad) et de Berlin. Enfin, il a aidé l'Armée rouge à détruire l'armée japonaise du Kwantung en Mandchourie.

Dans cet autre article découvrez pourquoi l'URSS a bombardé Berlin quand les nazis étaient aux portes de Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies