Qui obtenait le titre de Héros de l’Union soviétique?

Au total, 12.777 personnes ont reçu le titre de Héros de l'Union soviétique. Mais seules deux d'entre elles ont reçu cette distinction à quatre reprises…

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'un des premiers héros de l'Union soviétique Anatoli Liapidevski qui a participé à la recherche aérienne et au sauvetage de l'équipage du brise-glace Tcheliouskine.

Devenir un héros de l'Union soviétique était la plus haute distinction dont un citoyen soviétique pouvait rêver. Parallèlement à l'attribution de ce titre, créé en 1934, le héros recevait l'Ordre de Lénine, ainsi qu'un diplôme honorifique.

Médaille de l'Étoile d'or

En 1939, une distinction spéciale a été ajoutée à la liste des récompenses - la médaille de Héros de l'Union soviétique, également connue sous le nom d’Étoile d’or. Fait intéressant, l'inscription originale côté pile comportait les mots « Héros SS » (« Héros de l'Union soviétique », « Sovietski Soyouz » en russe). Cependant, l'association totalement inacceptable avec la tristement célèbre organisation nazie a conduit à changer l'inscription en « Héros de l'URSS ».

Les premiers héros de l'URSS étaient sept pilotes qui ont sauvé les passagers du navire Tcheliouskine. Il a été écrasé par les glaces et a coulé en mer des Tchouktches le 13 février 1934. En conséquence, 104 personnes sont restées sur la banquise, y compris des femmes et des enfants. Pendant deux mois, les pilotes ont effectué 23 vols, évacuant tous les passagers du Tcheliouskine vers des lieux moins inhospitaliers.

L'équipe de pilotes soviétiques qui a été la première à relier l’Europe et le Nouveau Monde via le Pôle Nord : Valeri Tchkalov, Gueorgui Baïdoukov et Alexandre Beliakov.

Pendant la période de développement actif de l'aviation dans les années 1930, ce sont les pilotes qui recevaient principalement le titre de Héros. Ils ont établi des records de vitesse mondiaux, effectué des vols sans escale impensables auparavant (ainsi, en juillet 1936, un équipage à bord d’un avion ANT-25 a couvert presque tout le territoire de l'Union soviétique en 56 heures). Sur les 60 héros soviétiques de la guerre civile espagnole, 54 étaient des pilotes.

Le directeur de la station Pôle Nord-1 Ivan Papanine

Néanmoins, les militaires n’étaient pas les seuls à être récompensés par l'État. Les héros comprenaient également des scientifiques de la première station soviétique dérivante de recherche polaire, Pôle Nord-1, qui a passé 274 jours sur une banquise dans l'océan Arctique.

>>> Comment les Russes se rendent-ils au pôle Nord?

Valentin Pourguine

Pendant la guerre d'hiver, un conflit court mais sanglant ayant opposé l'Armée rouge à la Finlande, plus de 400 personnes ont reçu le titre de héros. Dans un contexte où des cérémonies se tenaient presque tous les jours et où les départements en charge des récompenses étaient surchargés de travail, un homme s’est vu remettre la récompense sans passer une seule journée à la guerre. L’escroc et criminel Valentin Pourguine, qui avait recouru à diverses malversations pour devenir correspondant de guerre, a réussi à obtenir le titre pour un exploit qu'il n'avait jamais réalisé, faux documents et fausses récompenses à l’appui. La tromperie a cependant été rapidement démasquée, le « héros » a été fusillé et le système de vérification des candidats est devenu plus scrupuleux.

Le meilleur as des Alliés Ivan Kojedoub

C’est au cours de la Grande Guerre patriotique contre l'Allemagne et ses alliés que sont apparues plus de 90% des personnes ayant reçu le titre de Héros de l'Union soviétique - 11 657. Les pilotes détenaient la part du lion : les premiers Héros étaient les pilotes de chasseurs sur le front du nord, qui n’ont pas hésité à utiliser leurs appareils comme béliers aériens en les projetant sur les avions ennemis. Par la suite, des gardes-frontières, des fantassins, des membres d’équipages de chars, et des représentants d’autres branches militaires, ainsi que des résistants, ont également été récompensés.

Leonid Brejnev

Au cours de l’ensemble de l'existence du prix, 154 personnes sont devenues deux fois des héros de l'Union soviétique. Seuls trois ont reçu le titre à trois reprises : les as de la Seconde Guerre mondiale et plus tard des maréchaux aériens Ivan Kojedoub et Alexandre Pokrychkine, ainsi que le maréchal de l'Union soviétique Semion Boudionny. Et seules deux personnes ont reçu quatre fois l'étoile d'or : le maréchal Gueorgui Joukov et le secrétaire général du Comité central du PCUS, Leonid Brejnev.

Le sergent Vassili Griguine a fait preuve de courage dans les combats lors de la traversée du Danube. Cependant, la vie menée après-guerre par le héros a réduit à néant tous ses exploits.

Recevoir la plus haute distinction était une chose. La « conserver » en était une autre. Ainsi, 72 personnes ont été privées de leur titre de Héros. Après avoir accompli un exploit, certains ont été capturés et sont passés du côté de l'ennemi, d'autres ont dans l'après-guerre sombré dans la criminalité sont devenus des voleurs, des meurtriers et des violeurs.

Iouri Gagarine, Pavel Popovitch, Valentina Terechkova et Nikita Khrouchtchev

Le titre de Héros de l'URSS n’était pas réservé aux seuls citoyens soviétiques. Les pilotes français du régiment aérien Normandie-Niemen, ainsi que des soldats des unités polonaises et tchécoslovaques formées sur le territoire de l'Union soviétique et ayant combattu les nazis sur le front de l'Est, ont obtenu la prestigieuse récompense. L'étoile d'or a également été remise aux dirigeants des États amis de l'URSS. La catégorie professionnelle la plus souvent gratifiée du était celle des astronautes. Parmi eux figuraient de nombreux étrangers ayant volé sur des vaisseaux spatiaux soviétiques dans le cadre du programme Intercosmos.

Leonid Solodkov

Le dernier héros de l'Union soviétique était le capitaine de 3e rang Leonid Solodkov, récompensé pour son « courage et son héroïsme » lors des essais de nouveaux équipements de plongée. Le décret a été signé le 24 décembre 1991, deux jours avant la fin de l'URSS. En raison de retards, Solodkov n’a reçu le prix qu’en janvier de l'année suivante. Considérant que le fait de prononcer la phrase « Je sers l'Union soviétique ! » était étrange et un peu déplacé dans son cas, il s’est contenté de dire : « Merci ! ».

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’héroïsme de Stanislav Petrov, Russia Beyond retrace ici son parcours.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies