Les pires chars soviétiques de la Seconde Guerre mondiale

Certains d'entre eux avaient servi avec succès dans les années 1930, mais étaient dépassés au moment de l'invasion des nazis. Les autres étaient mauvais dès leur construction.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

T-26

Plus de 10 000 chars légers T-26 ont fait face à l'avancée de l'armée allemande en juin 1941. Principale force de frappe soviétique dans les années 1930, ils étaient complètement dépassés lorsque Barbarossa a été lancée.

Muni d'un canon de 45 mm, le T-26 était efficace contre les Pz I, Pz. II et Pz. 38(t)s allemands, mais complètement sans défense face aux chars plus avancés et presque tous les types d'artillerie antichar ennemie.

Au cours des premiers mois de la guerre, des milliers de T-26 ont été perdus au combat et à cause de défaillances techniques. La plupart des chars nécessitaient des réparations majeures, pour lesquelles le temps était insuffisant.

Les Soviétiques ont préféré ne pas réparer les T-26 endommagés, mais les remplacer par de nouveaux T-60 et T-70. Des chars T-26 ont également été déployés dans des parties plus « calmes » du front, comme le front soviéto-finlandais. De plus, plus de 1 000 T-26 ont participé à l'invasion conjointe soviéto-britannique de l'Iran en août 1941.

>>> Ces femmes soviétiques pilotes de char ayant semé la terreur chez les nazis

Le T-26 a combattu jusqu'aux derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, y compris lors des opérations soviétiques contre les Japonais. Cependant, ils ont été utilisés pour la dernière fois lors d'une attaque majeure lors de l'opération Koltso, qui a vaincu la 6e armée allemande à Stalingrad au début de l’année 1943.

T-60

Contrairement au T-26 obsolète, le T-60 était l'un des chars les plus récents de l'URSS au début de l'invasion allemande. Il avait été développé en août 1941 et, le mois suivant, la production de masse a commencé.

Cependant, « nouveau » ne signifie pas nécessairement « efficace ». Le T-60 n'a pas réussi à changer la donne au cours du conflit. Le canon automatique ShVAK de 20 mm du char ne représentait pas une grande menace pour le blindage militaire ennemi, tandis que son mince blindage était facilement traversé par le plus faible des obus des chars et de l'artillerie allemands.

En raison de son moteur à essence inflammable, les T-60 prenaient souvent feu. Les équipages de chars leur ont même inventé un surnom : «  tombe commune pour deux ».

>>> Les trois plus grandes victoires du T-34 et de ses équipages

Pendant la bataille de Stalingrad, le canon automatique ShVAK se grippait souvent après plusieurs tirs en raison de l'air poussiéreux. Le T-60 devait ensuite se battre avec sa seule mitrailleuse, le plaçant au même niveau que les premiers chars de la Grande Guerre.

À partir de la fin 1942, les T-60 étaient principalement utilisés comme porte-munitions pour les chars T-34 et KV.

Т-35

Seul char à cinq tourelles produit en série au monde, le T-35 était le char soviétique le plus puissant des années 1930. Il était souvent appelé « cuirassé terrestre ».

Avec un pistolet de 76,2 mm, deux de 45 mm et des mitrailleuses, il pouvait créer un véritable enfer tout autour de lui. Cependant, cet armement puissant était également le talon d'Achille du T-35. Le commandant du char ne pouvait pas contrôler efficacement le tir des cinq tourelles.

Autrefois tout-puissant, le T-35 était complètement dépassé au début des années 40. C'était un monstre lent de 58 tonnes, avec une vitesse maximale de 14 km par heure et un blindage de seulement 20 mm qui constituait une cible de choix pour l'artillerie ennemie de l’époque.

>>> Les trois meilleurs chars soviétiques de la Seconde Guerre mondiale

Pourtant, 49 de ces bêtes encombrantes étaient en service lorsque la guerre contre le Troisième Reich a éclaté. La plupart d'entre eux ont été perdus lors de batailles dans l'ouest de l'Ukraine, bien que plusieurs aient participé à la bataille de Moscou. Fait intéressant, la dernière fois qu’un T-35 a été vu combat, il était dans les rangs de la Wehrmacht. Les Allemands ont utilisé un T-35 pris comme trophée en 1945 lors de la bataille de Berlin, durant laquelle il a été touché et détruit.

Dans cet autre article, on vour raconte quels étaient les trophées les plus convoités des champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies