Les trophées les plus convoités des champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale

Ivan Shagin/Sputnik
Les armes et équipements trouvés sur les soldats tombés pendant les combats pouvaient avoir une valeur énorme, et ont même donné naissance au fusil G.43 côté allemand.

Que prenaient les soldats allemands?

Pour chacune des parties, l'équipement des soldats ennemis était le plus précieux.

Tout d’abord, les soldats allemands enlevaient aux soldats russes tombés les casques SCh-39 et SCh-40. Beaucoup plus lourds que ceux des Allemands, ils offraient cependant une meilleure protection contre les éclats et les munitions provenant de mitraillettes, qui étaient largement utilisées par les deux camps pendant les hostilités.

Les casques soviétiques sont devenus particulièrement précieux pour les Allemands à la fin de la guerre, lorsque leur industrie militaire est tombée à l’arrêt en raison des pénuries et que l'acier des casques allemands est devenu encore plus mince.

>>> QUIZ: Avec quelles armes l'URSS a-t-elle vaincu durant la Seconde Guerre mondiale? 

L’hiver russe a également constitué un test pour les Allemands et, par conséquent, en plus de leur équipement, les soldats de la Wehrmacht ont récupéré les manteaux et les oreillettes des soldats russes tombés au combat.

Mais le trophée le plus désirable pour les nazis au début de la guerre était le fusil à chargement automatique Tokarev (SVT) - l’arme semi-automatique soviétique, adoptée deux ans seulement avant le début de la guerre avec l'URSS.

Pendant le siège de la forteresse de Brest-Litovsk au cours des premiers jours de la guerre, l'infanterie allemande ne pouvait pas s'approcher des assiégés à une distance suffisante pour les atteindre avec des mitraillettes allemandes avant que les défenseurs soient à court de munitions. Ainsi, un tireur bien entraîné (avec des chargeurs pleins de munitions) pouvait tirer jusqu'à 25 cartouches par minute avec des munitions de 7,62 x 54 mm (elles pouvaient percer un mur de briques à une distance de cent mètres).

Les premiers SVT capturés ont été envoyés par vol direct en Allemagne, où le fusil à chargement automatique allemand G.41 a été fabriqué sur sa base. Cependant, il a fallu deux ans pour « rôder » l'arme et résoudre tous les problèmes techniques, et ce n'est qu’en 1943 que l'industrie militaire allemande a produit le G.43, très prisé aujourd’hui encore par les collectionneurs d'armes.

Parallèlement au SVT, populaire auprès de la Wehrmacht, les soldats appréciaient également la mitraillette soviétique Chpaguine (PPCh) de calibre 7,62 x 25 mm. Une fois capturée, l’arme a été adaptée par des prisonniers de guerre aux cartouches de calibre MP-40 9x19 mm et est revenue sur le front sous le nom de Maschinenpistole 717.

Que prenaient les soldats soviétiques?

À partir de 1943, des « brigades des trophées » ont commencé à être formées en URSS. Elles rassemblaient les armes des Allemands tombés au combat et les envoyaient dans des bases de stockage pour y être traitées ou distribuées. Avant cela, le processus de « collecte de trophées de guerre » était chaotique – on ramassait ce qu’on pouvait, en gardant des choses pour soi et en donnant le reste.

Les soldats soviétiques prenaient également des casques. Surtout ceux restés intacts lors de bombardements ou de pilonnages. Cependant, les casques étaient tous ramassés et pour tout casque soviétique entier, on pouvait obtenir trois roubles, ce qui équivalait à une miche de pain.

>>> Ces armes qui ont changé le cours de la Grande Guerre patriotique 

Cependant, l’accent était principalement mis sur les armes et les véhicules de combat de l’ennemi. Le matériel existant étaient démonté et envoyé en plusieurs lots, le matériel endommagé ou détruit était démonté, si possible, sur site ou envoyé dans des ateliers. Les chars allemands et les transports de troupes blindés allemands restés intacts étaient utilisés sur des sites d’essai afin de tester les armes et les munitions destinées au front.

Les armes de la Wehrmacht subissaient le même sort. Après inspection externe, les armes à feu ont été utilisées pour la fabrication d’armes soviétiques (en cas de dysfonctionnement) ou étaient envoyées dans des entrepôts et des usines à des fins de test.

Par la suite, l'URSS a fait ses adieux au surplus d'armes capturées – elle les a en partie distribuées et en partie vendues à des régimes loyaux en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud pour renforcer son influence dans le monde pendant la guerre froide.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies