Comment le roi d’Angleterre a décoré un général russe qui n’existait pas

Legion Media, Archives, Borodun
L'un des personnages clés de la guerre civile russe, le général Kharkov, était très populaire en Europe en 1919. Seul problème: il n'a jamais existé.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Intervention britannique

La Révolution de 1917 en Russie et le chaos qui a suivi la guerre civile ont laissé aux puissances étrangères les mains libres pour intervenir librement dans les affaires intérieures russes. La Grande-Bretagne était l'un des principaux acteurs - elle a envoyé des forces expéditionnaires dans le pays et proclamé officiellement son soutien aux anti-bolcheviks, les soi-disant « blancs ».

En fait, les Britanniques souhaitaient plus prolonger le conflit, affaiblir le pays et provoquer l’épuisement de l'un de leurs principaux rivaux géopolitiques dans une guerre civile interminable que permettre la victoire des partisans d’une « Russie unie et indivisible ».

Le mouvement Blanc, malgré ses promesses, a reçu une aide plutôt modeste et insuffisante pour combattre l'Armée rouge. Mais même ce soutien, aussi insignifiant fût-il, aurait pu prendre fin au printemps 1919, quand une discussion s'est élevée dans la société britannique : valait-il la peine de participer à l’aventure russe et de maintenir des soldats dans un pays froid et lointain ?

>>> Comment un général blanc est devenu khan en Mongolie

Général Kharkov

L'un des participants actifs à ces différends était le premier ministre David Lloyd George. S'exprimant le 16 avril 1919 à la Chambre des communes, il a prononcé un discours enflammé affirmant que la Grande-Bretagne ne pouvait pas laisser son allié à la merci du destin après tout ce que les Russes avaient fait pour les Britanniques.

Comme l'a noté le premier ministre, les armées blanches avaient été créées avec le soutien des Alliés occidentaux pour combattre les Allemands. Il aurait été indigne d'une grande puissance de leur annoncer, une fois qu'ils avaient pris tous les risques et terminé leur tâche : « Merci, nous vous sommes extrêmement reconnaissants. Vous avez servi nos objectifs. Nous n’avons plus besoin de vous. Maintenant, que les bolcheviks vous coupent la gorge ! » (James Ramsey Ullman. Relations anglo-soviétiques, 1917-1921, Volume 2: La Grande-Bretagne et la guerre civile russe, Princeton, 1968). 

Le général Kharkov

Le gouvernement britannique était obligé de continuer, a insisté Lloyd George, à apporter son soutien au « général Denikine, à l'amiral Koltchak et au général Kharkov ». Le seul problème était qu'il n'y avait pas de « général Kharkov » au sein du mouvement blanc. L’homme politique britannique a confondu un militaire avec une ville ukrainienne. Il se peut qu’il eût à l'esprit le chef des cosaques du Don, Ataman Krasnov. Ce dernier, cependant, s’était tourné vers les Allemands et n'avait pas reçu d'aide des alliés.

>>> Ces officiers tsaristes ayant presque réussi à stopper les bolcheviks

Succès populaire

À un moment donné, le général Kharkov, inventé par le premier ministre, est devenu très populaire en Europe. Les journaux britanniques et français ont parlé de lui avec enthousiasme, et écrit une chanson en son honneur. On a baptisé en son honneur un café, des rasoirs, une bière et une boisson à base de café, des bretelles pour hommes et un style de chapeaux pour dames.

George V

Le point culminant de la popularité du général Kharkov a été une récompense remise par le monarque britannique George V. « Pour ses mérites dans la lutte contre le fléau mondial du bolchevisme », ce personnage mythique est devenu un titulaire du très distingué ordre de Saint-Michel et Saint-Georges. Le général a obtenu le titre de chevalier et l’appellation « Sir ».

Un héros introuvable

Lorsque, le 31 août 1919, la délégation britannique est arrivée au quartier général du commandant en chef des forces armées du sud de la Russie Denikine, il s'est avéré que personne n'avait entendu parler du général Kharkov. Après que les Britanniques eurent été informés que Kharkov était une ville, ils ont décidé de s’y rendre à la recherche de leur héros.

>>> Portraits de descendants d’émigrés blancs en France

En arrivant à Kharkov, récemment reprise de l'Armée rouge, les Britanniques ont finalement compris qu'aucun général de Kharkov n'existait. Le prix a été décerné au lieutenant-général Vladimir Maï-Maïevski, commandant de l'armée des volontaires (membre des forces armées du sud de la Russie), qui à l'époque participait à la dernière tentative des Blancs pour vaincre les bolcheviks – l’avancée sur Moscou.

Vladimir Maï-Maïevski

Qui a déclenché la guerre civile russe ? Trouvez la réponse dans notre autre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies