Pourquoi les hôtels de New York ont ​​refusé d’accueillir le grand écrivain Maxime Gorki

Getty Images, Sputnik, Library of Congress
L'Amérique du début du XXe siècle s'est avérée être un pays aux coutumes encore plus puritaines que la Russie.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Gorki est ici pour l'argent afin de libérer la Russie. Sur la photo, sa femme et son fils adoptif Zinovi Pechkoff. The Washington times, 1906

Au printemps 1906, Maxime Gorki, principal écrivain soviétique et « chantre de la révolution russe », est arrivé en Amérique accompagné d'une dame que les journaux locaux appelaient initialement Mme Gorki. Cependant, la vraie Mme Gorki était en Russie et s'occupait de sa fille gravement malade, la compagne de l'écrivain étant l'actrice du Théâtre d'art de Moscou Maria Andreïeva, pour qui l'écrivain avait abandonné femme et enfants. Aux États-Unis, l'adultère d’une personnalité publique, quoiqu’il fût un Russe en visite, n'était pas toléré.

Maria Andreïeva et Maxime Gorki

Pourquoi Gorki est-il allé en Amérique?

Un an avant la visite de l'écrivain à Saint-Pétersbourg, les troupes du tsar ont tiré sur une manifestation pacifique de travailleurs. Le 9 janvier est entré dans l'histoire sous le nom de « Dimanche sanglant » et a marqué le début de la première révolution russe. Maxime Gorki a alors vivement critiqué les actions du tsar, prônant la liberté de manifestation, raison pour laquelle il a été arrêté et emprisonné dans la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg.

Sous la pression de l’opinion publique, y compris de toute une constellation d'écrivains étrangers, Gorki a été libéré. Il a rejoint le Parti social-démocrate, d’où les bolcheviks ont émergé par la suite. Cependant, dans son pays, son engagement politique n'était pas acceptable et, afin d'éviter une nouvelle arrestation, il a décidé de quitter la Russie.

Sur demande du parti et de Vladimir Lénine en personne, l'écrivain se rend en Amérique pour recueillir des fonds au profit de la révolution en Russie. Il y avait à l'étranger beaucoup de sympathisants du socialisme et des bolcheviks.

L'écrivain a parcouru toute l'Europe, où il était connu et acclamé. En Amérique, son activité littéraire était moins connue, mais le mystérieux invité russe a suscité un grand intérêt chez les journalistes et les personnalités littéraires. Gorki a rencontré, par exemple, Mark Twain.

>>> Les cinq raisons faisant la grandeur de Maxime Gorki

Pourquoi le scandale a-t-il éclaté?

Нôtel Belleclaire

Gorki et sa compagne se sont installés à l'hôtel Belleclaire au coin de Broadway et de la 77ème rue (en passant, l'hôtel existe toujours). Cependant, la presse a découvert que Mme Pechkov (Pechkov était le vrai nom de Gorki) ne s’appelait pas du tout Pechkov, mais Andreïeva. Ils ont ensuite mis le doigt sur le fait que l'écrivain n'était pas officiellement divorcé de son épouse précédente.

Un article entier a été publié dans The New York World, après quoi le couple a immédiatement... été expulsé de l'hôtel ! De plus, aucun hôtel de Manhattan n'a accepté de les héberger.

Gorki a tant bien que mal trouvé refuge dans le club des jeunes écrivains de la 5ème Avenue. Plus tard, les riches conjoints Prestoni et John Martina ont pris le couple sous leur aile, les hébergeant dans leur villa et les emmenant en voyage à travers le pays.

Déjeuner avec Mark Twain. À gauche de Gorki - Zinovi Pechkoff

La réputation morale de l'écrivain a été écornée, mais pire - l'affaire pour laquelle il était venu a échoué. Mark Twain, avec qui Gorki semblait avoir noué des liens d’amitié, a refusé de le revoir. De nombreux socialistes ont refusé de parrainer la révolution russe. De plus, la Maison Blanche a retiré à Gorki une invitation à une réception en son honneur.

>>> Zinovi Pechkoff, un légionnaire français venu de Russie

Comment les médias ont-ils découvert l’existence d’Andreïeva ?

Gorki, désespéré, a écrit des lettres indignées aux journaux américains, défendant sa vie privée : « Nous considérons tous les deux qu'il est au-dessous de notre dignité d'entrer dans des explications à ce sujet ». 

L'un des journaux, The Evening World, a cité les soupçons de Gorki à l'égard de ceux qui l’avaient trahi au sujet de sa maîtresse : « Je crois que cette saleté a été inspirée par l'un des amis du gouvernement russe ». L'objectif de l'entreprise était probablement de perturber les plans visant à enrichir le parti des ouvriers et à soutenir la révolution russe.

Collage photo avec Maxime Gorki, sa femme, leurs enfants et sa compagne Maria Andreïeva sur les pages du New York World

Gorki et Andreïeva sont restés coupés de la société pendant les six mois de leur séjour en Amérique. Cet incident désagréable n’a pas manqué d’affecter les impressions de Gorki sur le pays. Dans son essai En Amérique, il qualifie New York de « ville du diable jaune », note la saleté, la pauvreté, « un ciel boueux couvert de suie », des maisons sombres et le triomphe sans âme de l'argent.

Pourquoi l'Empire russe a subi trois révolutions en dix ans ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies