Pourquoi des Russes regrettent la vie en Union soviétique?

Markelov/Sputnik
Croyez-le ou non, mais de nombreux Russes déplorent toujours la chute de l'URSS - et ce serait un mensonge de dire qu’une telle opinion serait complètement infondée.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Regrettez-vous la chute de l'URSS ? Les deux tiers des Russes (66%) ont répondu oui à cette question lors d’un sondage du Centre Levada, un organisme de recherche, publié en décembre 2018. Et c’est le nombre le plus élevé de l'histoire post-soviétique.

Pour mieux comprendre pourquoi l'empire soviétique, près de 30 ans après, est considéré par beaucoup comme un objet de nostalgie, nous avons recueilli plusieurs opinions sur ce qu’il y avait de positif en URSS. Voici ce que nous avons découvert.

Sentiment de sécurité

Cette réponse est peut-être la plus populaire, mais pour des raisons différentes. La vie en URSS pouvait être assez ennuyeuse, mais beaucoup estimaient que les biens et les opportunités de base étaient à peu près garantis pour tous à vie grâce au système de services sociaux, de pensions, etc. Habituellement, vous aviez un emploi avec un salaire modeste mais stable, vous n’aviez presqu’aucune chance d’être licencié, et pouviez bénéficier de voyages tous frais payés dans les sanatoriums (une fois toutes les quelques années), etc.

« Si quelque chose se passait mal, vous ne vous retrouviez pas à la rue comme un mendiant malade, car vous étiez pris en charge, se souvient Olga de Moscou, qui a vécu sous l’URSS. C'était une sensation très confortable. J'ai essayé et c'était génial ». 

>>> Comment les camps de pionniers cherchaient à créer un nouvel homme soviétique

Le réalisateur Nikolaï Bourliaïev est d'accord : « En URSS, tout le monde pouvait avoir confiance dans le lendemain. Tout le monde. Il était impossible de s'inquiéter pour des choses comme "Vais-je garder mon travail ?", "Vais-je garder mon appartement ?" ou "Vais-je pouvoir nourrir mes enfants demain ?". Maintenant, tout le monde est préoccupé par ces choses-là. »

Côté négatif : il n'est pas toujours agréable que quelqu’un planifie toute votre vie pour vous. En URSS, vos opportunités de carrière, vos libertés et votre salaire étaient assez limités. Par exemple, l'État pouvait vous donner un véhicule, ou même un appartement, gratuitement - mais vous deviez attendre des années pour l'obtenir. Et rompre avec la vie bien planifiée d'un citoyen soviétique était considéré comme un véritable crime - demandez aux personnes accusées de « parasitisme social » (cela se produisait si vous ne travailliez pas pendant plus de quatre mois de suite, par exemple).

Fierté pour votre pays

« Quand j'étais petite fille, j’étais membre des Jeunes pionniers [un mouvement scout en URSS], je me sentais vraiment triste pour les autres pays, car nous étions sûrs qu'il n'y avait pas d'État meilleur que le nôtre », se souvient Irina, qui a grandi en URSS. Pas de surprise - l'État était vraiment efficace pour promouvoir ses idéaux auprès des jeunes. Et ces idéaux n'étaient pas si mauvais que ça : l'amitié entre les nations, la construction d'une grande société pacifique sans barrières de classe, sans pauvreté, avidité et autres vices (le communisme, en d'autres termes).

« Les principes moraux de l'URSS étaient bons... tant que nous parlons de principes, du moins, reconnaît Olga. Il fallait travailler pour quelque chose de plus grand, pas seulement pour de l'argent ». 

>>> Être entrepreneur pendant la chute de l’Union soviétique

Revers de la médaille : en tant qu'État totalitaire, l'URSS excellait à établir des idéaux, mais était très mauvaise pour dire la vérité à ses citoyens (ce qui, bien sûr, aide à se sentir fier). « L'opposition de toute nature était punie. Quiconque osait exprimer une opinion autre que celle du Parti [communiste] était condamné à être un paria », rappelle le géologue Iouri Ketchedjian. À la fin de l'ère soviétique (fin des années 1980), seuls les enfants pouvaient croire que l'URSS, avec son économie qui s'effondrait et ses files d’attente constantes dans les magasins, était le meilleur État du monde.

Tout le monde était égal (plus ou moins)

L'Union soviétique était le pays de la modestie. Il était mal vu de trop se soucier de l'argent et de la richesse (en plus, la majorité de la population, à l'exception des chefs du parti communiste, n'en avait pratiquement pas). Certaines choses étaient considérées comme bien plus précieuses que l'argent - le professionnalisme, par exemple. « Nous ne traitions pas les enseignants, par exemple, comme de pauvres loosers [comme cela arrive souvent de nos jours], explique Natalia Smirnova sur l'analogue russe de Quora (TheQuestion). Être professeur, c'était comme appartenir à la noblesse ». 

>>> «Le dernier citoyen soviétique»: l’histoire d’un cosmonaute «oublié» dans l’espace

L'égalité était une chose importante en URSS : presque personne n'avait beaucoup de biens, mais presque tout le monde avait quelque chose. « Bien sûr, il y avait une sorte d'élite en URSS - de hauts fonctionnaires, des scientifiques éminents, des artistes, etc. qui jouissaient de privilèges, comme avoir une maison de campagne d’État à leur disposition ou obtenaient une abondance de produits généralement rares pour le commun des mortels », a écrit Olga Kovalevskaïa pour Express Gazeta. « Mais l'écart salarial entre les cadres supérieurs et les travailleurs de base n'était pas aussi grand qu'il peut l'être maintenant ». 

Côté négatif : si nous regardons la déclaration ci-dessus d'une manière plus réaliste, nous serons d'accord avec un autre utilisateur de TheQuestion, Danil Prokhorov, qui écrit : « Tout le monde pouvait se permettre de la mauvaise nourriture et de mauvais vêtements ». La richesse matérielle n'existait guère en URSS - au moins pour la majorité des citoyens. Et si les bases étaient garanties, même ceux qui travaillaient dur pouvaient rarement dépasser un niveau de vie médiocre. Alors pourquoi travailler dur ? Fondamentalement, c’est l'une des (nombreuses) raisons pour lesquelles l'économie socialiste soviétique s'est finalement effondrée de manière si spectaculaire.

Saviez-vous pourquoi le système éducatif d’URSS était-il l’un des meilleurs au monde ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies