Detox à la soviétique: comment se relaxait-on dans les sanatoriums d’URSS?

Avant la Révolution, seule la noblesse pouvait se permettre de se reposer dans les stations balnéaires. Le gouvernement soviétique a changé la donne et envoyé les membres les plus importants de la société - paysans, soldats et ouvriers - au bord de la mer.

Des millions de citoyens soviétiques se sont montrés reconnaissants envers Lénine pour les sanatoriums : c'est lui qui a signé le décret « Des districts médicaux d'importance nationale » dès 1919. À ces fins, il a été décidé d’utiliser la Crimée et la côte de la mer Noire. Par exemple, en 1925, dans la luxueuse résidence d'été des trois derniers empereurs russes, le palais de Livadia, a vu le jour un sanatorium pour paysans.

Des séjours en sanatorium étaient offerts gratuitement aux paysans de tout le pays. Même le voyage était fourni à titre gracieux. Le traitement durait six semaines et comprenait, entre autres, la guérison grâce à l’air apaisant de la Crimée et des promenades sur le sentier du Soleil (du Tsar) de 7 km à travers la pinède.

On se levait à 7 heures du matin, on faisait de l’exercice au grand air, on prenait le petit-déjeuner et les procédures débutaient. Billard, échecs et lecture étaient proposés à titre de loisirs.

À Livadia, un petit musée montrait des effets personnels des tsars. Pour chaque exposition, les bolcheviks accrochaient une étiquette de prix afin que les paysans soient choqués par le luxe qui régnait ici et se réjouissent de la Révolution.

Le palais de Livadia abrite maintenant un musée consacré aux Romanov et à la conférence de Yalta pendant la Seconde Guerre mondiale, à laquelle ont participé Staline, Churchill et Roosevelt.

À la fin des années 1920, des sanatoriums pour 10 000 citoyens opéraient dans le sud de la Crimée et, au milieu des années 1930, ils pouvaient accueillir 20 000 résidants.

Les sanatoriums de Livadia ont ensuite commencé à se spécialiser dans la cardiologie (un tel établissement fonctionne encore à ce jour), tandis qu’à Eupatoria, toujours en Crimée, les problèmes d’articulations sont traités avec de la boue depuis le XIXe siècle.

Dans les années 1930, la Crimée est devenue trop petite pour les vacanciers et des sanatoriums ont commencé à être activement construits à Sotchi. Les datchas de Staline, qui aimait particulièrement cet endroit, s’y trouvaient également. La photo montre le luxueux sanatorium Ordjonikidze. Quelle différence avec un palais impérial ?

Voici le sanatorium de Vorochilov, constitué de sept bâtiments et où un funiculaire fut spécialement mis en place afin de transporter les touristes sur la plage. Le projet de l'architecte Miron Merjanov a reçu le grand prix à l'Exposition universelle de Paris de 1937.

Le traitement en sanatorium n’était pas organisé uniquement en bord de mer. Les principales conditions pour le choix du lieu étaient l'isolement et la nature. Voici la salle à manger du sanatorium de Tcheliabinsk pour les militaires blessés et démobilisés. Les repas communs et à heure fixe sont la marque distinctive de tous les établissements de ce type.

Dans cet autre article, admirez d’autres photographies également réalisées dans des sanatoriums soviétiques.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies