Les cinq catastrophes industrielles et de transport les plus meurtrières de l’URSS

Valeriy Zufarov/TASS, Igor Kostin/Sputnik
Malgré les efforts des dirigeants soviétiques visant à passer ces catastrophes sous silence, elles étaient si horribles que la vérité était impossible à dissimuler.

Catastrophe de Kychtym (1957)

L'incident de Kychtym était en quelque sorte une « répétition » de Tchernobyl. Le 29 septembre 1957, une explosion a eu lieu dans une installation nucléaire de l'Oural.

De vastes zones où vivait une population totale de plus de 270 000 habitants ont été polluées. Tous ont dû être évacués, laissant pour toujours leurs maisons et leurs effets personnels. Le bétail a été immédiatement abattu.

Bien que l'explosion n'ait entraîné aucun décès sur le coup, des centaines de civils, les premiers intervenants et des travailleurs chargés de la dépollution environnementale ont reçu des doses fatales de radiations et ont ensuite succombé à la maladie.

>>> Hiver nucléaire: la Russie et les États-Unis peuvent-ils détruire le monde dans un déluge de feu?

La presse soviétique a étouffé la catastrophe, qualifiant celle-ci d'apparition d’une « aurore boréale ». Toutefois, des informations ont filtré à l'étranger et les médias danois ont écrit sur l'incident. Manquant de détails, ils ont suspecté un accident lors d’un essai nucléaire soviétique.

Collision en vol de Dniprodzerjynsk (1979)

Une collision en vol entre deux avions passagers dans les cieux au-dessus de la ville soviétique de Dniprodzerjynsk, en Ukraine, le 11 août 1979, a été l'une des catastrophes aériennes les plus meurtrières de l'histoire.

L'accident a été causé par les erreurs des contrôleurs aériens novices qui ont envoyé les deux Tu-154 l'un vers l'autre. À la suite de la collision, 178 passagers et membres d’équipage ont été tués.

>>> Les catastrophes naturelles les plus dévastatrices de la Russie contemporaine

Comme beaucoup d'autres catastrophes en Union soviétique, celle-ci a pu être étouffée dans un premier temps. Mais parmi les victimes figuraient 17 joueurs de l'équipe de football FC Pakhtakor, ce qui a provoqué un énorme scandale non seulement dans le pays, mais également à l'étranger.

Deux contrôleurs aériens ont été condamnés à 15 ans de prison et l'un d'eux s'est finalement suicidé.

Accident du bateau Alexandre Souvorov (1983)

Le 5 juin 1983, le navire de croisière Alexandre Souvorov se déplaçait à toute vitesse lorsqu'il est entré dans la mauvaise travée d'un pont sur la Volga. Cette travée était trop basse et ne convenait pas à de tels navires.

En conséquence, toute la partie supérieure du navire a été brisée et arrachée, y compris une salle de cinéma et une piste de danse remplie de monde. Plus horrible encore, un train de marchandises traversait le pont au même moment. Certains de ses wagons se sont effondrés, le charbon et le bois se déversant sur le navire et augmentant le nombre de victimes.

>>> Aider à tout prix: quatre exploits russes qui ont impressionné le monde

Comme il y avait beaucoup de passagers non enregistrés à bord, il a été difficile de déterminer le nombre exact de victimes. On estime qu'entre 176 et 600 personnes sont mortes dans la tragédie.

Catastrophe nucléaire de Tchernobyl (1986)

La catastrophe nucléaire civile la plus connue de l’histoire, celle de Tchernobyl, a été provoquée par l’explosion de l’un des réacteurs nucléaires de la centrale le 26 avril 1986.

Les retombées des radiations se sont étendues sur des centaines, voire des milliers de kilomètres, sous forme de pluie radioactive qui s’est déversée sur l'Europe, atteignant même l'Irlande.

De vastes étendues de territoire ayant été polluées, la ville voisine de Pripiat et des dizaines d'autres villes et villages ont dû être abandonnés et transformés en villes fantômes. Au cours des années suivantes, plus de 4 000 personnes sont décédées des suites de maladies causées par la catastrophe.

>>> Photoreportage: voyage à l'intérieur du «Tchernobyl russe»

Étonnamment, la zone d'exclusion de Tchernobyl possède certaines des meilleures routes d'Europe de l'Est. De belles routes rectilignes ont en effet été aménagées pour le transport des déchets radioactifs et des débris.

Accident de trains à Oufa (1989)

L’une des pires catastrophes ferroviaires de l’histoire s’est produite le 4 juin 1989 en République soviétique autonome bachkire, non loin d’Oufa.

Une fuite dans un gazoduc a provoqué une accumulation de gaz dans une vallée le long d'une voie ferrée. Malgré les nombreuses plaintes d'ingénieurs concernant le fait que des trains passaient ici, rien n'a été fait pour résoudre le problème.

Alors que deux trains se trouvaient dans la vallée, une énorme explosion a finalement été provoquée par une cigarette ou une étincelle. Cela a été suivi d'un gigantesque incendie au cours duquel 34 wagons de chemin de fer ont été complètement incendiés, faisant 575 morts et 623 blessés graves.

>>> Trois tragédies passées sous silence par l’URSS

Un témoin s’est ensuite rappelé : « Il est impossible d’imaginer ce que nous avons vu ! Les arbres brûlaient comme des bougies géantes ; les wagons rouge cerise fumaient. Il y avait des cris de douleur et d'horreur insupportables des centaines de personnes mourantes et calcinées. La forêt, la voie ferrée et les gens brûlaient… L'Apocalypse… » .

Le lac Karatchaï au sud de l'Oural, dans l'ouest de la Russie, était autrefois une décharge pour les déchets nucléaires du combinat chimique Maïak. Mais aujourd'hui, est-ce risqué de s'en approcher ? Pour savoir la réponse jetez un œil à notre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies