Trois tragédies passées sous silence par l’URSS

Archives d'État du Turkménistan
La spécificité du régime politique soviétique a conduit à des situations où de terribles tragédies survenues en URSS étaient à peine connues des habitants.

1. Séisme d'Achkhabad

Le voile du secret qui recouvrait la plupart des incidents en URSS est l'une des raisons pour lesquelles nous ne sommes toujours pas certains de l'ampleur réelle de certaines tragédies. Parmi ces catastrophes figure le tremblement de terre dévastateur qui eut lieu dans la capitale du Turkménistan soviétique en 1948.

Il a eu lieu dans la nuit du 6 octobre et avait une magnitude 7,5. On dit que sur l'épicentre du séisme, la magnitude atteignait 10. Selon certaines estimations, il a détruit 98% de tous les bâtiments d’Achkhabad. Il y eut un grand nombre de victimes. Leur nombre exact n'est pas encore connu. Les chiffres varient considérablement de 10 000 à 110 000 ou plus encore. Comme les médias l’ont rapporté, dans son livre, l'ancien chef de l’État turkmène Saparmourat Niazov (dont la mère a péri dans le séisme) faisait état de 176 000 habitants d’Achkhabad ayant péri en raison du tremblement de terre.

Lire aussi : Le lac Karatchaï, un endroit plus dangereux que Tchernobyl

Selon l'historien Chokhrat Kadyrov, la majeure partie des victimes sont mortes dans les débris de leurs maisons qui étaient des simples structures avec des toits faits de plusieurs couches d'argile. « En ce qui concerne le nombre de victimes, les pertes et les coûts de reconstruction, cette catastrophe est devenue la plus importante sur le territoire de l'Empire russe puis de l'URSS. Même si elle a été connue beaucoup plus tard, progressivement, au cours des décennies », a déclaré le géologue Andreï Nikonov. Une opération de secours a été effectuée par des soldats. 30 000 militaires ont été dépêchés pour l’occasion.

Les premières nouvelles officielles laconiques sont apparues dans la presse soviétique le 9 octobre. Dans le principal journal officiel, la Pravda, on disait que « les usines, de nombreux immeubles de bureaux et la plupart des lieux résidentiels à Achkhabad ont été détruits. Il y a beaucoup de victimes ». En même temps, ceux qui quittaient la ville devaient signer un accord de non-divulgation. Tous les matériaux de recherche et documents sur le séisme en URSS ont été classés. Comme dans d'autres cas semblables, le séisme d'Achkhabad a commencé à être largement discuté seulement à l’époque de la Perestroïka au milieu des années 1980.

Lire aussi : Trois mystères de l’époque soviétique non élucidés

2. Catastrophe de Nedeline

Le premier lancement d'un missile balistique intercontinental soviétique R-16 du cosmodrome de Baïkonour en octobre 1960 a tourné au désastre. Deux minutes avant le lancement prévu, le moteur du missile a démarré par lui-même, déclenchant le tir. Des problèmes dans le système d'alimentation en carburant avaient été découverts quelques jours avant la tragédie, mais ils n'ont finalement pas été correctement résolus. Il y avait aussi des violations sévères des règles de sécurité.

À la suite de l'incident, la rampe de lancement a été aspergée de dizaines de tonnes de carburant pour missiles. Beaucoup de gens qui se trouvaient aux alentours ont été brûlés vifs. On pense que pas moins de 78 personnes sont mortes à cause de la catastrophe. Les caméras installées sur le pas de tir ont automatiquement commencé l'enregistrement après le lancement du moteur. Elles ont enregistré des images de personnes en flammes qui tentaient de sauver leur vie. Peu d’entre elles sont parvenues à le faire.

Lire aussi : «Je ne suis pas un héros»: comment un officier soviétique évita la troisième guerre mondiale

Parmi les victimes, il y avait le chef des forces de fusée stratégique et maréchal en chef de l'artillerie Mitrofan Nedeline, qui était à Baïkonour en raison de l'importance du test. Il est rapporté que son corps a été seulement reconnu grâce aux récompenses qu'il avait sur le manteau de son uniforme. Les médias soviétiques ont rapporté quelques jours plus tard que le maréchal était mort dans un accident d'avion. Il a été enterré près du mur du Kremlin. Le public a été informé de la catastrophe presque 30 ans plus tard, en 1989.

3. Bousculade au stade Loujniki

Cette tragédie a eu lieu à Moscou en 1982. C'était un match de football de la coupe de l’UEFA opposant le Spartak de Moscou et le club hollandais Haarlem. Les joueurs soviétiques ne savaient rien de l'incident et n’en ont été informés que le lendemain.

C’était une froide journée d'hiver et relativement peu de gens sont venus regarder le match, seule une partie du stade ayant été ouverte aux spectateurs. Mais dans cette partie du stade, il s'est avéré qu’il y avait un très grand nombre de supporters du Spartak. Quand le match touchait à sa fin, les gens ont commencé à partir, mais une seule sortie était ouverte. Ainsi, de nombreux fans de football s’y sont accumulés et quand plus bas une jeune femme a accidentellement trébuché et est tombée, une bousculade s'est produite. Sous le poids des gens accumulés l'escalier s'est effondré, provoquant encore plus de victimes.

Lire aussi : Pourquoi le gouvernement soviétique a-t-il inondé des villes et villages russes anciens?

On pense que 66 personnes sont mortes à cause de l'incident. Mais il existe des estimations selon lesquelles pas moins de 300 personnes ont trouvé la mort dans la bousculade. La majorité des victimes étaient des adolescents âgés de 14 à 19 ans. Un journal local a rapporté un incident survenu au stade, mentionnant que certaines personnes avaient été blessées. La véritable ampleur de la tragédie a été révélée seulement sept ans plus tard, sous la Perestroïka.

Selon les historiens, la nature fermée du système politique soviétique était l'une des raisons pour lesquelles les informations sensibles sur les tragédies n'étaient pas divulguées. L'État exerçait un contrôle total sur les médias de masse et ne voulait pas préoccuper les gens avec des nouvelles inquiétantes et saper la légitimité du régime politique.

Tchernobyl a été l'une des plus grandes catastrophes du siècle dernier, mais suite à cet incident les autorités ont préféré garder le silence durant 24 heures. Nous vous expliquons ici pourquoi.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies