Quel sort le régime soviétique a-t-il réservé aux églises restées intactes?

Klepikov/TASS
Alors que la religion avait été officiellement interdite à travers le pays, certains édifices religieux sont parvenus à échapper à la démolition. Casernes, dépôts et même planétariums, penchons-nous aujourd’hui sur leurs plus étonnantes reconversions forcées.

Dans le cadre de leur politique antireligieuse, les bolcheviks ont fermé, détruit, voire même saccagé des dizaines de milliers d’églises et de cathédrales. Avant la Révolution, la Russie comptait 54 000 lieux de culte et plus de 1 000 monastères en activité, mais au début de la Perestroïka (1985), il n’en restait respectivement plus que 6 893 et 15.

Or, si bon nombre de ces édifices religieux sont restés intacts, c’est en réalité parce qu’ils avaient complètement changé de rôle. Certains étaient devenus des centres culturels, des maisons de pionniers (les scouts communistes en quelque sorte), d’autres ont même abrité des prisons et goulags.

Entrepôts

La majeure partie des édifices religieux n’ayant pas été détruits ont été utilisés à des fins pratiques. Ils ont notamment fait office d’entrepôts pour les entreprises voisines, et l’on y stockait ainsi du blé, de la farine ou encore du sucre.

Par ailleurs, durant le siège de Leningrad, les habitants savaient que l’aviation allemande utilisait la Cathédrale Saint-Isaac comme repère et qu’elle était donc épargnée. On y a par conséquent conservé tous les objets de valeur des musées de la ville. À noter qu’avant la guerre, dans les années 1930, la cathédrale abritait déjà le pendule de Foucault.

Paradoxalement, la Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé, à Saint-Pétersbourg, a été sauvée par la guerre car le pouvoir en place n’avait plus le temps de s’en occuper. Durant le siège, elle a donc servi de morgue : on y amenait les dépouilles des habitants morts de froid et de faim. Après le conflit, le théâtre Michel a ensuite été autorisé à y stocker ses éléments de décor.

Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé

En 1943, l’église Clément de Rome de Moscou a quant à elle été transformée en réserve de la Bibliothèque Lénine. D’ailleurs, les livres n’ont été récupérés qu’en 2008 !

Église Clément de Rome

Base militaire

Durant la guerre, l’église de la Résurrection de Foros, en Crimée, a servi de base militaire aux troupes soviétiques. Le bâtiment ayant été sérieusement endommagé par les raids nazis, à la fin de la guerre il devait être complètement détruit. Après la Perestroïka, il a ainsi été restitué à l’Église orthodoxe, qui l’a réhabilité.

Église de la Résurrection

Caserne de pompiers et gare routière

Durant les années 1930, les autorités ont interdit à l’église de la Résurrection et de l'Archange-Saint-Michel à Kassimov (300 kilomètres au sud-est de Moscou), dans la région de Riazan, de faire sonner ses cloches sous prétexte que cela gênait les cours des écoles voisines. En 1940, les cloches ont donc été déplacées et l’édifice aménagé en caserne de pompiers.

Église de la Résurrection et de l'Archange-Saint-Michel

Il est en réalité impossible de deviner que le bâtiment abritait autrefois une église puisqu’il a subi plusieurs travaux de rénovations durant l’époque soviétique et a finalement été transformé en gare routière, qui est encore en activité aujourd’hui.

Usines

Certaines églises ont quant à elles été reconverties en usines. En plus d’y stocker du matériel, on y menait ainsi des activités de production. Cela a notamment été le cas de l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul à Souzdal (200 kilomètres à l’est de Moscou), qui a été transformée en boulangerie.

Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

L’église de l’Annonciation à Kostroma (350 kilomètres au nord-est de Moscou) a également subit le même sort : elle s’est retrouvée changée en boulangerie industrielle. L’Église orthodoxe russe n’a pu la récupérer qu’au cours des années 2000.

Église de l’Annonciation

En 1941, l’église Saints-Boris-et-Gleb de Moscou est de son côté devenu un dispensaire. Dans les années 1960, des ateliers de textile y ont été installés, puis, durant la Perestroïka le bâtiment a été occupé par un centre de recherche médicale en microchirurgie oculaire. Aujourd’hui, l’Église orthodoxe russe a récupéré le bâtiment et des messes y sont organisées.

Église Saints-Boris-et-Gleb

Une autre église moscovite, celle de la Nativité, a connu de nombreuses vies au cours du temps : moulin, entrepôt et même magasin de meubles. Mais elle a été restituée à l’Église orthodoxe pour être réhabilitée dans les années 1990.

Église de la Nativité

Enfin, le monastère de la Résurrection est quant à lui toujours occupé par une usine de textile.

Monastère de la Résurrection

Planétarium

L’un des rôles les plus originaux a été attribué à l’église Nikola-Kremlevskaïa à Vladimir (180 kilomètres à l’est de Moscou). En 1962, l’église a en effet été transformée en planétarium et l’on a même fait construire un dôme en plastique spécialement pour pouvoir l’accueillir.

Église Nikola-Kremlevskaïa

Les autorités prévoient de transférer le planétarium dans un nouveau bâtiment, mais pour le moment, c’est bien l’église qui l’abrite encore. Ce planétarium est par ailleurs considéré comme une institution importante, des cours d’astronomie et d’autres activités ludo-éducatives y sont organisés.

Musées

De nombreux communistes étaient toutefois conscients de l’importance culturelle et historique des édifices religieux les plus connus et encourageaient leur réaménagement en musées. Le gouvernement récupérait les édifices, les restaurait et les protégeait. C’est grâce à ça que certains bâtiments sont restés intacts et même en meilleur état que ceux ayant toujours appartenu à l’Église orthodoxe russe.

La première à avoir été réaménagée a été la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux. Symbole de Moscou, elle a ainsi accueilli un musée d’histoire d’architecture. Des légendes racontent que dans les années 1930, le pouvoir soviétique a envisagé de raser le bâtiment, prétextant qu’il gênait la circulation ou qu’il empêchait la reconstruction de la place Rouge. D’ailleurs, administrativement parlant, le bâtiment fait toujours partie du musée historique d'État de Moscou.

Cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux de Moscou

La cathédrale Notre-Dame-de-Kazan sur la perspective Nevski à Saint-Pétersbourg a de son côté accueilli en 1932 le musée des Religions et de l’Athéisme, puis, durant la guerre, on y a organisé des expositions sur le patriotisme consacré aux anciens généraux russes. Seulement, le bâtiment a été la cible de bombardements allemands, causant des brèches dans les coupoles et détruisant une partie des fondations. C’est ainsi que la cathédrale-musée a été définitivement fermée.

Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan de Moscou

Prisons

Plusieurs grands monastères ont abrité des détenus (principalement politiques) avant même la Révolution. En effet, ils étaient pour la plupart éloignés, dotés de bâtiments inaccessibles, de murs épais, dont les voutes ont été transformées en cellules. Le pouvoir soviétique a également profité de cette solution de facilité et y a installé des prisons et des centres du goulag. Des lits de planches étaient ainsi disposés au sein même des monastères et l’on y enfermait les détenus.

Le monastère Solovetski (1 500 kilomètres au nord de Moscou) est l’un des exemples les plus connus. En réalité, entre l’époque d’Ivan le Terrible (XVIe siècle) et la fin du XIXe siècle, il n’a accueilli que 500 détenus, contre 200 000 durant l’époque soviétique.

Monastère Solovetski

D’autres monastères ont également été reconvertis en prisons, à l’instar de celui Novospasski (plus tard le bâtiment a accueilli le Commissariat du peuple aux Affaires intérieures (NKVD) et une maison de correction pour femmes)...

Monastère Novospasski

... et du monastère Andronikov  (transformé par la suite en maison de correction pour mineurs, puis en quartier général du Commissariat du peuple à la Défense).

Admirez, en suivant ce lien, les plus sublimes lieux de culte de Russie, toutes religions confondues.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies