Amour d'Einstein, agent de Staline: comment une Russe a conquis le plus grand esprit du monde

Getty Images
Mariée à un célèbre sculpteur, Margarita Konenkova (1895 - 1980) a charmé beaucoup d'hommes en Russie et à l'étranger, y compris le grand Albert Einstein. Konenkova fut le dernier amour du grand scientifique mais elle resta fidèle à une autre relation - avec les services spéciaux soviétiques - et utilisa ses liens étroits avec Einstein pour aider Moscou.

« Récemment, je me suis lavé la tête, mais pas avec le plus grand succès. Je ne suis pas aussi attentif que vous » : ainsi écrivait Albert Einstein dans sa lettre à sa dulcinée russe Margarita Konenkova, qui à cette époque (1945) était de retour en URSS. Le physicien le plus célèbre du monde ne pouvait supporter d'être séparé d'elle : « Tout ici vous rappelle à ma mémoire... toutes les petites choses dans ma cellule d'ermite ».

Cependant, les lettres d'Einstein à Konenkova, qui ont été trouvées à la fin des années 1990 avant que l'un de ses proches ne les vende via Sotheby's, ne se limitent pas à des paroles nostalgiques. Dans une lettre datée du 11 novembre 1945, il mentionne avoir rencontré le consul « selon le programme » - et ce consul n’était autre qu'un des agents de renseignement soviétiques de plus haut niveau aux États-Unis.

Lire aussi : La muse russe de Remarque et Saint Exupéry

Une mondaine venue de nulle part

Alors, qui était Konenkova, qui a organisé une rencontre entre le scientifique influent d'origine allemande et un espion soviétique quelques mois seulement après que l'Amérique eut créé la première arme nucléaire ? Née dans une ville russe reculée, Margarita a ensuite déménagé à Moscou et a immédiatement fait des vagues avec son pouvoir de séduction.

On dit que des stars comme Fiodor Chaliapine (le célèbre chanteur) et Sergueï Rachmaninov (l'un des plus grands compositeurs russes) auraient succombé à son charme. Cependant, elle a fini par épouser un autre Sergueï - Konenkov - un sculpteur talentueux qualifié de « Rodin russe ».

Sergueï Konenkov et Margarita Konenkova

Lire aussi : Olga Khokhlova, la danseuse-dompteuse

En 1923, le couple marié s'installa aux États-Unis. Margarita devint une véritable vedette parmi les immigrants russes, participant à de nombreux bals et événements sociaux, tandis que Konenkov continuait de se dédier à l'art. En 1935, l'Université de Princeton a demandé Konenkov de sculpter une petite statue d'Einstein - et c'est à ce moment-là que sa femme a fait connaissance avec le scientifique.

Einstein amoureux

« Einstein était un homme étonnamment modeste, qui disait en plaisantant qu'il n'était célèbre que pour sa richesse capillaire », a écrit Konenkova dans ses mémoires, en mentionnant en même temps que le physicien aimait discuter de sa théorie de la relativité. Bien que Margarita n'ait pas réussi à bien comprendre le concept, elle a certainement compris son auteur.

Lire aussi : Cinq espionnes soviétiques de légende

Lorsque la deuxième épouse d'Einstein, Elsa, mourut en 1936, sa relation avec Konenkova devint plus qu'amicale. En 1939, il demanda à un médecin de conseiller à Margarita de passer du temps « dans le climat sain du lac Saranac, à New York » (où Einstein vivait).

Chaque année, elle passait plusieurs mois chez Einstein à côté de Saranac pendant que son mari Sergueï travaillait à Chicago. Pas jaloux, l'artiste a même trouvé un nom pour le couple d'amoureux : « Almar » (Albert-Margarita). Comme indiqué dans les lettres d'Einstein, le génie chérissait les moments passés avec Margarita et était prêt à faire n'importe quoi pour elle.

Agent Margarita

Oleg Odnokolenko, un journaliste de Nezavissimaïa Gazeta qui a enquêté sur la relation d'Einstein et Konenkova, a déclaré dans une interview qu'il est toujours difficile de déterminer si elle avait de vrais sentiments pour le scientifique ou si c'était uniquement une mission pour les services de renseignement.

Lire aussi : Le meilleur agent de Staline

Selon Pavel Soudoplatov, un général des renseignements de l'époque de Joseph Staline, Konenkova était indispensable pour espionner le programme nucléaire américain, le Manhattan Project. « À Princeton, elle s'est rapprochée des physiciens influents Einstein et [Robert] Oppenheimer... elle a convaincu Oppenheimer d'embaucher des personnes connues pour leurs opinions de gauche. Nos agents étaient prêts à travailler avec eux », a écrit Soudoplatov dans son livre Missions spéciales.

Contrairement à Oppenheimer, Einstein n'était pas directement impliqué dans le projet de Manhattan, mais les chercheurs supposent qu'un scientifique de renom aurait pu en apprendre beaucoup sur le programme nucléaire américain par le biais de ses anciens étudiants et collègues travaillant dessus. Naturellement, l'URSS souhaitait coûte que coûte obtenir cette information.

Questions sans réponse

De nombreuses zones grises subsistent dans toute cette histoire, indique Oleg Odnokolenko. Mais plusieurs choses sont connues : juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors que la guerre froide prenait de l'ampleur, Konenkova et son mari Sergueï ont été contraints de quitter les États-Unis et de retourner en URSS.

Lire aussi : Cinq lieux moscovites où le KGB a débusqué des agents de la CIA

Sergueï Konenkov et Margarita Konenkova

Dans le même temps, Konenkova a tiré quelques ficelles pour pousser Einstein à rencontrer Pavel Mikhaïlov, le consul de l'URSS qui travaillait pour le GRU (renseignement de l'armée soviétique). Comme l'a souligné Odnokolenko, Einstein l'a fait pour Margarita, sachant que son avenir en URSS dépendait de cette rencontre - et a rencontré Mikhaïlov plus d'une fois.

Bien qu'on ignore précisément de quoi ils ont discuté et si le scientifique a fourni des informations importantes, il a écrit à son amie russe qu'il avait fait tout ce qui était en son pouvoir. Après que les Konenkov soient revenus à Moscou en 1946, ils ont été pris en charge par le gouvernement - ce qui signifie peut-être que Staline considérait le travail de Margarita comme un succès.

Saviez-vous qu'un officier soviétique avait empêché la troisième guerre mondiale ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.