Trois tueurs à gages tristement célèbres des «sauvages années 1990»

Legion Media
Ces tueurs à gages notoires possédaient des jets privés, s'échappaient des centres de détention les plus sécurisés et se déguisaient en ouvriers pour atteindre leurs victimes.

Sacha Makedonski (Alexander Solonik - 43 «frappes»)

Alexander Solonik, alias Sacha Makedonski, est probablement le tueur à gages le plus connu de Russie. Solonik est parfois affublé de capacités presque surhumaines pour son adresse au tir, sa témérité et sa chance incroyable. Le fait que ce tueur à gage ait inspiré deux films, neuf séries et trois livres – sans parler des nombreux documentaires - est révélateur.

La liste de ses « trophées » comprend les plus célèbres chefs criminels russes des années 1990. Certaines sources affirment que Solonik n'a jamais planifié ses meurtres en détails, mais se fiait plutôt à son intuition. En fait, des preuves documentées plaident pour cette hypothèse. Solonik a échappé à la police de la façon la plus incroyable : déclaré coupable de viol, Solonik a immédiatement sauté par la fenêtre de la salle d'audience et s'est enfui dans un corbillard qui l'attendait à proximité.

Lire aussi : Rois du crime: les quatre chefs de gangs les plus célèbres de Russie

Après une nouvelle vague de meurtres de sang-froid, de multiples arrestations et d'évasions audacieuses, Solonik a été contraint de quitter la Russie pour Athènes où il a loué une maison qu'il partageait avec une mannequin russe de 22 ans, Svetlana Kotova.

Solonik a coupé tous les liens avec ses anciens « employeurs » et la relation s'est tellement détériorée qu'il utilisait des portraits de ses anciens patrons pour pratiquer le tir de précision. Le fameux tueur à gages n'a cependant pas remarqué que sa maison était discrètement surveillée par ses ennemis.

Conscients que l'un des tueurs les plus meurtriers souhaitait leur mort, les criminels décidèrent de frapper les premiers : ils ont envoyé un autre tueur à gages notoire de l'époque, Soldat Sacha, pour obtenir la peau de Solonik. Étonnamment, Solonik avait une relation amicale avec son assassin et l'a accueilli joyeusement quand celui-ci s'est présenté à sa résidence d'Athènes avec quelques amis.

Lire aussi : Pourquoi était-il si dangereux de vivre dans les années 1990 en Russie?

Peu de temps après, la police grecque a trouvé le corps de Solonik : il avait été étranglé et son corps avait été recouvert d'acide. Sa dernière passion, Svetlana Kotova, a partagé le sort de son amant : son corps a été retrouvé démembré.

Des années plus tard, le tueur notoire Soldat Sacha a été accusé de ce meurtre et d'autres crimes.

Soldat Sacha (Alexander Poustovalov - 35 «frappes»)

Quand le jeune Alexandre Poustovalov, diplômé d'une école de musique et ouvrier ordinaire d'une usine spatiale de Moscou, fut enrôlé par l'armée, il fut affecté au corps d'élite de l'armée russe. Le futur tueur à gages appréciait son expérience dans l'armée et a demandé à être envoyé sur le front en tant que volontaire quand la première guerre tchétchène a éclaté, ce qui n’arriva toutefois pas.

Déçu que sa carrière militaire fasse du surplace, Poustovalov a commencé à fréquenter les institutions de loisir locales sans but clair. Après une bagarre sanglante avec les représentants d'un groupe criminel de Moscou, les capacités de combat de Poustovalov ont tellement impressionné les dirigeants qu'ils ont invité ce dernier dans leurs rangs au lieu de le punir pour l'affrontement.

Lire aussi : Les trois plus retentissants détournements d’avions ayant ébranlé la Russie

Au service des escrocs, Poustovalov a finalement eu l'occasion d'appliquer les compétences mortelles qu'il avait acquises en tant que marine russe. Ce tueur à gages était particulièrement inventif dans son travail préparatoire : recherchant le déguisement parfait pour ses nombreuses victimes, Poustovalov a un jour rejoint un groupe de bricoleurs et a passé des jours à usurper l'identité d'un homme à tout faire. Devenu ami avec un groupe de travailleurs locaux, Poustovalov est ensuite allé déjeuner avec eux à un endroit fréquenté par sa prochaine victime. Frappant ses victimes par surprise, Poustovalov faisait son « travail » d'une manière qui lui a valu la réputation d’acteur talentueux et de tueur impitoyable.

Le tueur à gages a finalement été arrêté en 1999 et plus tard condamné à 24 ans de prison. En 2017 Sasha Soldat avait purgé 18 ans derrière les barreaux, six ans le séparant de la fin de sa peine.

Max le boiteux (Maxim Lazovski - 42 «frappes»)

Une exception à la règle générale : la vie de Lazovski n'était pas marquée par une série de déceptions et d'échecs. Le journal d'affaires Kommersant, a écrit que ses journalistes avaient eu la chance de rencontrer Lazovski non pas dans son rôle de tueur à gages, mais d’homme d'affaires : l'homme travaillait dans le commerce du pétrole et avait quatre avions privés en sa possession.

Lire aussi : Guide des arnaques de Russie: comment éviter de tomber dans le panneau

Derrière la façade d’homme d'affaires respectueux des lois, cependant, se cachait un tueur à gages impitoyable. Max le boiteux (appelé ainsi ca il boitait à la suite d'un accident de voiture) non seulement extorquait de l'argent aux hommes d'affaires et assassinait ses rivaux, mais aurait en outre organisé un certain nombre d’attentats terroristes à Moscou.

Max le boiteux était connu pour son approche brutale, bruyante et audacieuse de son « job » : en 1993, ses hommes et lui ont ouvert le feu à l'arme automatique dans le centre-ville et ont tué cinq personnes qui lui devaient de l’argent. La même année, Max le boiteux est entré en conflit avec les employés d'un parking local - le tueur à gages est revenu plus tard et a fait exposer le parking pour se venger.

La liste des assassinats audacieux semblait interminable, mais la police a finalement arrêté Max le boiteux en 1996. Étonnamment, Lazovski a seulement été accusé de possession illégale d'armes et d'utilisation de faux documents affirmant qu’il travaillait à de multiples agences de sécurité d'état. À la surprise de tous, le tueur à gages notoire n'a reçu qu'une peine de deux ans. Curieusement, Lazovski est devenu un homme très religieux. On ne sait pas si le tueur à gages a vraiment été frappé par un afflux soudain de repentance - il a été abattu peu après sa sortie de prison en 2000 sur le porche d'une église de la région de Moscou. On ignore toujours qui a tué Max le boiteux.

Certains détenus connaissent néanmoins un tout autre destin. Découvrez comment les prisonniers de Russie parviennent à réintégrer la société.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies