Rois du crime: les quatre chefs de gangs les plus célèbres de Russie

David Cronenberg/Focus Features, 2007
Ils ont construit de puissants empires fondés sur le racket et la violence – mais la chute fut dure...

La culture criminelle de la Russie est très particulière. Traditionnellement, ses membres portent le nom de « voleurs », et ses hauts dirigeants, qui vivent selon un code strict (pas de liens ou de coopération avec les pouvoirs en place), inspirent respect et autorité dans le milieu. Bien que peu respectent vraiment ce code (appelé « poniatia » - les concepts), il est presque impossible de s'élever dans la hiérarchie criminelle sans au moins faire semblant de les suivre.

Dans les années 1990, le monde criminel de la Russie post-soviétique était en pleine tourmente. Des gangsters jeunes et impitoyables défiaient les vieux voleurs, les gangs et les clans menaient des batailles de rue connues sous le nom de « razborki », laissant de nombreux cadavres derrière eux. Voici l’histoire des quatre gangsters russes les plus tristement célèbres : trois sont morts, et le dernier est derrière les barreaux.

1. Sergueï Timofeïev (Silvester)

Timofeïev, surnommé Silvester en raison de son amour pour Rambo et Rocky, a dirigé le gang le plus influent de Moscou, basé dans le district d'Orekhovo. Au début des années 1990, à l’apogée de sa « gloire », Silvester contrôlait plus de 30 banques et tous les marchés de la ville. Sa fortune était évaluée à plusieurs milliards de roubles. Impressionnant pour un homme qui était au départ conducteur de tracteur.

Lire aussi : Pourquoi était-il si dangereux de vivre dans les années 1990 en Russie?

Souvent désigné sous le nom de « PDG du crime de Moscou », Timofeïev appartenait à la nouvelle génération de criminels des années 90, qui méprisaient les poniatia et la vieille génération. « Il n'acceptait pas ce code, il n'en avait pas besoin », explique le policier Alexander Gourov. Les « soldats » de Silvester étaient extrêmement violents et ils n’hésitaient pas à torturer, voire à tuer des enfants.

Timofeïev avait tant d'ennemis qu'il est encore difficile de savoir qui l’a fait exploser à l’intérieur de sa Mercedes-Benz le 13 septembre 1994. Des rumeurs affirment que Silvester a mis en scène sa propre mort et a disparu avec son argent, laissant d'autres criminels se battre pour son trône.

2. Viatcheslav Ivankov (Petit japonais)

Contrairement à Silvester, Ivankov ou Iapontchik (littéralement Petit japonais) était un criminel de l’ancienne école, parmi les premiers à utiliser le racket et le chantage contre des entrepreneurs dans les années 1970. Son autorité était grande : le Petit japonais tenait le soi-disant obchchak (le fonds commun des voleurs) - un privilège dont jouissait la crème de la crème du monde criminel.

Lire aussi : Les trois plus retentissants détournements d’avions ayant ébranlé la Russie

La loi voyait d’un mauvais œil le succès d'Ivankov : il a passé les années 1980 en prison, et ne fut libéré qu’en 1991, après quoi il participa à la guerre entre les gangs slaves et caucasiens. Un an plus tard, il a décidé de repartir à zéro et a quitté la Russie pour les États-Unis. A peine avait-il foulé le sol américain que les autorités l'ont emprisonné pendant neuf ans, jusqu’en 1995.

« Ils m'ont accusé de tout et n’importe quoi. C’est tout juste si je n’avais pas essayé de violer la Statue de la Liberté ! Ou bombardé Pearl Harbor ! », grommela Ivankov (en fait, il a été condamné pour racket et mariage forcé).

En 2004, après sa libération, il est retourné en Russie, réaffirmant son statut de voleur « senior », et a conclu une alliance avec un autre ponte du milieu, Grand-père Hassan. Sa carrière s'est terminée soudainement en 2009 lorsqu'un tireur d'élite l’a abattu dans le centre de Moscou.

3. Aslan Oussoïan (Grand-père Hassan)

De nombreux experts pensent que c'est Oussoïan qui régnait de fait sur le monde criminel russe à la fin des années 2000 - début 2010, et pas Iapontchik. « Il a transformé Ivankov en figure de proue mais sans réels pouvoirs », note le site Internet de PrimeCrime.

Lire aussi : Guide des arnaques de Russie: comment éviter de tomber dans le panneau

Pendant des décennies, Hassan a bouleversé les règles du jeu parmi les criminels. Kurde ethnique à la réputation douteuse parmi les « voleurs dans la loi » - beaucoup le considéraient comme trop libéral, ne vivant pas conformément aux poniatia - Oussoïan est venu à bout de ses rivaux au terme de guerres cruelles. « Par exemple, dans sa lutte pour prendre le contrôle des entreprises contrôlées par les frères Oganov, environ 150 personnes ont été tuées », écrit PrimeCrime.

« Grand-père » a gouverné le monde criminel avec une main de fer, jouant avec succès la carte du « diviser pour régner » avec ses ennemis, et s'est montré peu enclin à prendre sa retraite. Il ne l'a jamais fait : c'était la balle d'un tireur d'élite qui a mis fin à sa vie en 2013, ce qui a constitué un vrai coup de tonnerre dans le milieu. Décidément, les rois criminels sont n’ont pas vraiment de talent pour mourir paisiblement…

4. Tariel Oniani (Taro)

Bien qu'il soit encore difficile de savoir qui a ordonné les attentats contre Yapontchik et Grand-père Hassan, le principal suspect n’est autre que leur ancien partenaire d'affaires, Tariel Oniani (Taro), un voleur influent de Géorgie. Dans les années 1990, lui et Hassan ont coopéré dans la création d'une entreprise de blanchiment d'argent en Espagne, écrit SovSekretno : « Cette +lessiveuse+ a été un tel succès que d'autres groupes criminels russes l'ont également utilisée ».

Lire aussi : Échapper à la justice comme un Russe: les trois évasions les plus audacieuses

Néanmoins, en 2005, la police espagnole a sévi et Taro est retourné en Russie où ses intérêts se sont heurtés à ceux de Hassan et Yapontchik. Grand-père Hassan a gagné la lutte, et pour couronner le tout, Oniani a été emprisonné pendant 10 ans en 2009 pour racket et enlèvement. « Au moment de son arrestation, Taro était presque aussi influent que Hassan », note Rosbalt - mais Grand-père a tout fait pour détruire Taro.

En 2009, Hassan, Iapontchik et leurs alliés ont envoyé une lettre à tous les « voleurs » emprisonnés, exigeant qu'ils considèrent Taro comme une « p*tain » et « agissent en conséquence », ce qui signifie généralement assassiner la personne en question. Néanmoins, Taro a survécu, sa peine de prison touche à sa fin et ses deux principaux ennemis sont morts. Il est confronté à d'autres problèmes - après sa libération, il risque d'être extradé vers l'Espagne où il pourrait retourner derrière les barreaux.

Certains détenus connaissent néanmoins un tout autre destin. Découvrez comment les prisonniers de Russie parviennent à réintégrer la société.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies