Les légendes du Metropol, cet hôtel tsariste ayant gardé son faste à l’époque soviétique

Service de presse
Cet établissement, construit à l’orée du XXe siècle, recèle de nombreux secrets ainsi que de chatoyants exemples d’Art nouveau, qui contribuent à en faire l’un des bâtiments les plus iconiques de Moscou. En outre, il a, au fil de son histoire, accueilli certaines personnalités des plus célèbres.

De nombreux politiciens, pop stars, monarques, présidents, poètes, artistes, idoles de cinéma et danseurs classiques ont résidé à l’hôtel Metropol durant sa longue histoire, de George Bernard Shaw à Michael Jackson, en passant par Bertolt Brecht, David Bowie et Sophia Loren. Le public est même convié à en visiter les impressionnants intérieurs, à l’occasion d’excursions se déroulant chaque dimanche.

Hôtel Metropol

Les mythes du Metropol

« Il y a quelques années, nous avons accueilli un auteur américain, Amor Towles, pour quelques mois, lors desquels il a rédigé son roman de fiction Un gentleman à Moscou, à propos d’un aristocrate russe emprisonné à vie dans un minuscule grenier du Metropol, me raconte ma guide du jour.

Le roman est paru en 2016 et est immédiatement devenu un best-seller aux États-Unis. À partir de ce moment, nous avons reçu des dizaines de touristes américains chaque semaine, qui, armés du livre en question, se mettaient en quête du fameux grenier où aurait vécu le personnage principal. Ce grenier n’ayant pourtant jamais existé, puisqu’il était une entière invention de l’auteur. Mais malgré son absence, personne n’en ressort jamais déçu ».

Lire aussi : Trois grands hôtels de Saint-Pétersbourg et leurs visiteurs célèbres

De nombreux livres, mémoires, documentaires ou long-métrages sont consacrés à l’hôtel Metropol et ont contribué à en donner une certaine image – parfois assez éloignée de la réalité.

Mettre l’art dans la rue

La construction de l’hôtel, financée par le marchand russe Savva Mamontov, a été achevée en 1905. Différents architectes ont travaillé sur ce projet : Lev Kekouchev, un des spécialistes les plus renommés sur la scène artistique du Moscou moderne, en a été à l’origine. Son collègue britannique William Walcot en a pris la suite, avant qu’une toute autre équipe d’architectes ne prenne le relai, pour donner sa touche finale à cet immeuble légendaire.

Aucune dépense n’a été épargnée afin de rendre le bâtiment solide comme un roc. Il n’est pas étonnant qu’il ait été utilisé juste après la révolution comme bastion des junkers russes combattants les bolcheviks, en raison de ses murs très épais.

Lire aussi : Les mystères du Goum: des larmes de Staline aux costumes Chanel de Gagarine

Ils se sont en effet réfugiés dans l’hôtel pendant une semaine entière, avant que les tirs d’artillerie ne les forcent finalement à se rendre. Quant à la structure de l’hôtel, elle en est sortie relativement intacte.

La Princesse des rêves de Mikhaïl Vroubel

Comme tout bon personnage légendaire, Mamontov était obsédé par une idée fascinante : adapter le fameux tableau La Princesse des rêves de Mikhaïl Vroubel en une mosaïque de céramique et la mettre en exposition pour le public. Sa version de l’œuvre de Vroubel – représentant une princesse flottant au-dessus d’un jeune chevalier mourant – est à présent exposée de façon permanente à l’extérieur de l’hôtel. C’est l’un des exemples concrets des idéaux de Mamontov : mettre l’art dans la rue. Il avait également imaginé faire de l’hôtel une salle d’opéra et d’y organiser une représentation du célèbre chanteur russe Fédor Chaliapine, ce qui n’a malheureusement jamais été fait.

De Michael Jackson à Lee Harvey Oswald

Environ 80 pourcent du style intérieur de l’hôtel remontent à l’époque impériale et ont été soigneusement préservés

Lire aussi : Hôtels d’aéroport à Moscou et Saint-Pétersbourg: le pour et le contre

Le fait que son style et ses luxueux aménagements aient survécu à la révolution et à l’époque soviétique – notamment grâce à son statut d’« hôtel pour étranger » acquis par le passé – a contribué à rendre cet endroit sans égal. L’hôtel est composé de 351 chambres, à la fois anciennes et nouvelles.

« Cette table ainsi que cette chaise ont été utilisées par Michael Jackson lors de son séjour ici, m’explique ma guide, en me faisant découvrir l’une des suites les plus spacieuses de l’hôtel. Lorsque des visiteurs entrent dans cette pièce, ils demandent souvent s’ils peuvent s’asseoir sur cette chaise. La chambre abrite aussi un piano, que Jackson aurait utilisé pour composer sa chanson Stranger in Moscow ».

J’ai interrogé ma guide à propos de la chambre où Lee Harvey Oswald, l’assassin de John F. Kennedy, a séjourné. Elle en a été sidérée : et pour cause, à ce moment précis, et complètement par hasard, nous nous tenions devant la chambre en question – la numéro 2219. Oswald y avait demandé la citoyenneté russe mais, n’ayant pas obtenu gain de cause, avait tenté de se suicider, avant de passer trois mois entiers dans sa chambre, attendant de voir si sa nouvelle demande serait fructueuse.

Lire aussi : Dix magnifiques églises de Moscou et sa région pour trouver l'inspiration

Il existe une chambre confortable et charmante, toute de vert et d’or. Elle offre une vue sur le théâtre Bolchoï, institution favorite de la mondialement célèbre ballerine russe Diana Vichneva. Lorsqu’elle voyage depuis Saint-Pétersbourg pour se produire au Bolchoï, elle réside souvent ici. De nombreuses chambres de l’hôtel sont gardées au chaud pour les visiteurs réguliers.

Certaines de ces chambres portent un grand héritage historique. La chambre 2217 est par exemple une pièce légendaire, dans laquelle a été rédigée la première constitution de l’Union soviétique. Ceux qui y travaillaient avaient été enfermés à l’intérieur par Iakov Sverdlov, avec interdiction de sortir tant qu’ils ne l’auraient pas terminée. Sa composition n’a ainsi pris que quelques jours.

Lire aussi : Cinq faits étonnants sur les «Sept sœurs» de Staline

Si vous souhaitez admirer les chambres de l’hôtel, ses cachettes et bien plus, le Metropol est ouvert à tous : vous pouvez vous rendre aux excursions proposées chaque dimanche (Teatralniy Proezd, 2, Moscou, Russie). Vous installer dans une luxueuse chambre avec vue sur la place Rouge peut aussi être une option envisageable.

En attendant d’y réserver une chambre, il vous est possible de vous immerger plus en profondeur dans ce bâtiment légendaire. Pour cela, visionnez notre vidéo tournée dans ses somptueux intérieurs.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies