Comment les véhicules tout-terrain soviétiques ont conquis le pôle Sud

Tsy1980/Wikipedia
L'Union soviétique avait sa propre version du véhicule tout-terrains antarctique américain Antarctic Snow Cruiser. Mais si le célèbre géant américain a fini ses jours dans les neiges de l'Antarctique, les véhicules soviétiques Kharkovtchanka servent encore les explorateurs polaires russes sur le continent gelé.

Dans les années 1950, l'Union soviétique lança, avec d'autres nations, des recherches scientifiques actives dans l'Antarctique. L'URSS prit en charge la partie orientale du continent et, en 1956, y fonda la première place forte soviétique, la station Mirny (« Pacifique »). Après deux ans seulement, le pays des Soviets comptait cinq stations en service dans l'Est de ce continent, le plus méridional du globe.

Les spécialistes soviétiques ont rencontré un problème majeur avec les véhicules de transport, car les tracteurs et les camions habituels n'étaient pas en mesure de fonctionner correctement dans les conditions rigoureuses de l'Antarctique. Ils avaient besoin d'un nouveau tout-terrain capable d'atteindre le pôle Sud - ce qui n'est pas une tâche facile puisque la distance qui le sépare de Mirny était de 2 700 km.

Les ingénieurs soviétiques devaient créer un véhicule tout-terrain capable de fonctionner à moins 70 degrés Celsius, de couvrir de longues distances sur la neige et la glace et d'être en mesure de servir de résidence temporaire aux scientifiques. Ainsi, le tout-terrain soviétique Kharkovtchanka (« Habitante de Kharkov ») est né.

Le Kharkovtchanka était la réponse soviétique à l'Antarctic Snow Cruiser, conçu par les États-Unis à la fin des années 1930. Cet énorme véhicule était une vraie maison sur roues. Il était prévu que le Cruiser traverserait l'Antarctique à plusieurs reprises, mais il a réussi à parcourir seulement 148 km avant d'être abandonné par l'équipage et a été perdu pour toujours.

Le nouveau véhicule tout-terrain soviétique était basé sur le tracteur d'artillerie lourde ATT, qui à son tour était fondé sur le châssis et le système de transmission du char T-54. Il pouvait traîner une charge de 70 tonnes. Le véhicule avait des dimensions impressionnantes : 8,5 mètres de long, 3,5 mètres de large et 4 mètres de haut. Sa vitesse habituelle était de 5-11 km/h.

En termes de surface, le véhicule pourrait être comparé à un studio moderne - 28 mètres carrés. À l'intérieur, on pouvait trouver tout ce dont on avait besoin pour un long voyage : section de contrôle pour le conducteur et le navigateur, un atelier de travail, une petite cuisine, une chambre pour six personnes, des toilettes, un réfectoire et un vestibule.

Au total, cinq véhicules tout-terrain ont été construits et livrés en Antarctique à la fin 1958. L'année suivante, les explorateurs polaires soviétiques ont entamé leur premier voyage vers le pôle Sud. Le 27 septembre, les cinq véhicules Kharkovtchanka entièrement équipés et traînant des remorques ont quitté la station de Mirny et se sont dirigés vers l'ouest. Sur le chemin, le convoi a réalisé des arrêts aux stations soviétiques Komsomolskaïa et Vostok - les dernières demeures humaines avant l'objectif final.

Le trajet de 2700 km, en particulier les 1253 km de la station Vostok au pôle Sud, a été difficile : d'énormes tempêtes de neige, un territoire inconnu et de dangereuses crevasses cachées qui auraient pu être fatales pour les véhicules. Les participants de l'expédition Nikolaï Grouchinski et Alexander Dralkine ont rappelé dans leurs mémoires Antarctika (lien en russe) : « Un océan de neige infini devant nous, tandis que derrière on observe deux profonds sillons laissés par nos véhicules tout-terrain. Ils ont été creusés là où aucun homme n'avait jamais été. Nous pensions qu'ils nous connectaient à nos amis de la station Mirny. Sur la route du pôle, nous ne nous sentions pas seuls. Nous étions en contact radio constant avec les stations Mirny et Vostok, et nous savions toujours ce qui se passait sur le continent ».

Le 26 décembre, l'expédition soviétique atteint le pôle Sud, où elle est accueillie par une équipe d'Américains, la station Amundsen-Scott se trouvant à proximité. Le voyage a duré au total 89 jours, et après trois jours à la base américaine, les scientifiques soviétiques prenaient le chemin du retour.

Pendant près de 20 ans, les véhicules tout-terrain Kharkovtchanka ont servi de principal moyen de transport dans l'Antarctique pour les Soviétiques et ont connecté leurs six stations sur le continent. En 1975, des véhicules tout-terrain plus perfectionnés Kharkovtchanka-2 ont été conçus et ont été livrés aux scientifiques antarctiques. Ce sont les principaux véhicules tout-terrain utilisés par les expéditions polaires russes aujourd'hui. Des plans pour un Kharkovtchanka-3 sont apparus dans les années 1980, mais ils n'ont jamais été réalisés à cause de la chute de l'Union soviétique.

Année du sommeil, pergélisol et absence de chauffage par -80C°: cela a tout d’un arrêt de mort. Mais ce n’est pas le cas. Pour savoir comment les Russes survivent sur le cercle polaire, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer