Comment les Russes survivent sur le cercle polaire

G. Koposov / RIA Novosti
Apnée du sommeil, pergélisol et absence de chauffage par -80C°: cela a tout d’un arrêt de mort. Mais ce n’est pas le cas. L’homme survit parfois même dans les conditions les plus inhumaines.

La vie dans une nuit qui dure 133 jours et en l'absence totale d'été : la Russie compte cinq bases antarctiques en service. Vostok est la seule située sur le continent, et les conditions y sont les plus éprouvantes. Elle se trouve sur le pôle sud et se dresse sur un bouclier de glace sous lequel se trouve l'ancien lac Vostok. Neuf mois dans l'année, la base est coupée du monde extérieur : la température chute à –60 à –80°C, et aucun avion ne peut atteindre les explorateurs polaires – s’il atterrit, il gèle instantanément.

La « maladie des montagnes » est la première chose à laquelle une personne doit faire face. L'oxygène dans l'Antarctide est aussi rare qu’au sommet de l'Elbrouz. Les symptômes sont différents chez chaque personne : certains s’effondrent car ils ont la tête qui tourne tandis que d’autres souffrent en raison de l'apnée – la respiration s’arrête pendant le sommeil.

« Habituellement, les gens perdent jusqu'à 5–10 kg pendant le premier mois à Vostok. J'ai vu un homme pris de malaise quelques minutes après son arrivée. S’il n’avait pas été évacué à temps, un œdème aurait entraîné sa mort par hypoxie quelques jours plus tard », a déclaré le membre de l'expédition antarctique Sergueï Bouchmanov.

Base antarctique Vostok. Crédit : TASS / ArchivesBase antarctique Vostok. Crédit : TASS / Archives

La réalisatrice Ekaterina Eremenko a vécu dans la station pendant un mois, elle avait l’impression de respirer sous l'eau – elle devait toujours faire un effort. « Ce à quoi je n'étais pas prête, ce sont les grottes sous la neige où vivent les gens. La neige conserve la chaleur, mais vous vivez comme dans un sous-marin. Il y a de toutes petites pièces, sans lumière du jour. Pour sortir, vous devez vous habiller très chaudement. Je m’enduisais de crème, mettais un masque, et m’enveloppais pendant longtemps. L’habillement peut prendre une demi-heure, se souvient-elle. Mais ça, ce sont les situations normales : il y a parfois des cas de force majeure ».

Sans lumière ni chauffage pendant six mois

En 1982, au début de la saison d’hiver dans la base Vostok, une centrale diesel a pris feu en raison d'un court-circuit. L'extincteur ne fonctionnait pas à cause du gel, il n'était pas possible d’éteindre le feu en jetant de la neige en raison de l'absence de masques antifumée. Une personne a péri, et vingt autres sont restées à Vostok sans lumière et ni chauffage. Les instruments scientifiques, le chauffage, et la cuisinière tombèrent en panne tour à tour. 

Heureusement, quelqu'un s'est souvenu d'un générateur diesel oublié sur une plate-forme de forage. On l’a traîné tant bien que mal et, après quelques heures, on a réussi à le mettre en marche. Grâce à ce moteur on alimentait en électricité la radio, et une liaison avec Moscou est apparue. Mais les explorateurs polaires ont décidé de survivre jusqu'à la fin par leurs propres moyens.

Crédit : I. Kouznetsova / RIA NovostiCrédit : I. Kouznetsova / RIA Novosti

Un simple poêle n'était pas suffisant, de sorte qu’à partir de bombonnes de gaz et d’un fer à souder électrique, on a en a fabriqué cinq autres. En conséquence, près du poêle, la chaleur était de 25–30°C, mais seulement deux mètres plus loin il faisait zéro, et encore plus loin – il gelait. Pour avoir de la lumière dans la nuit polaire sans fin, les explorateurs polaires ont lancé la production de bougies. Les géophysiciens ont toujours une grande quantité de paraffine et de cordons d'amiante.

Lire aussi : Le pôle Konioukhov

Perdu sur une île inhabitée

Des hommes se sont même perdus sur le cercle polaire arctique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1942, un croiseur allemand a coulé un brise-glace russe sur l’itinéraire de la Route maritime du Nord. Sur les 104 personnes à bord, seul le chauffeur de la salle des machines de 33 ans, Pavel Vavilov, a réussi à survivre sans être capturé. Par miracle, il est monté sur un morceau de bois et a fui l’épave fumante avant qu’elle ne sombre sous les eaux.

Crédit : RIA NovostiCrédit : RIA Novosti

Après cela, le matelot a réussi à monter dans un des canaux depuis lesquels les Allemands ramassaient les survivants et a ramé pendant deux milles marins jusqu'à l'île la plus proche, Beloukha (située au-delà du cercle polaire arctique). « Je vois un sac flotter sur l'eau. Je l’ouvre. Il y a une couverture, des bottes de feutre et un chapeau. Ensuite, je regarde : il y a une valise qui flotte, elle contient des cigarettes Zvezdotchka et des allumettes, a-t-il déclaré aux journalistes. Puis j’ai pris un sac de couchage. Sur mon chemin flottaient des sacs de farine. <…> J'ai regardé autour de moi et j'ai vu un chien assis sur un bateau renversé. J’ai pris le chien. Il était brûlé, le pauvre. À peine vivant ».

Pavel Vavilov a utilisé la même méthode pour obtenir un revolver, une hache, des planches, et un paquet de biscuits. Le sac de farine s'est avéré être un sac de son. À part ça, il n'y avait rien à manger. « J'ai versé le son et des biscuits trempés dans un seau. J’ai mélangé le tout et j'ai fait bouillir. Je recueillais de l’eau douce quand il pleuvait en la puisant dans des trous entre les pierres. Un seau me suffisait pendant trois ou quatre jours. Et le chien ne mangeait rien, il buvait de l'eau, et c'est tout », se rappelle Vavilov.

Dans son journal, il a consigné chacun de ses 34 jours sur l'île : « Samedi 13 septembre. J'ai vu un avion, il me reste 220 gâteaux ». Il n’a pas pu être repéré pendant longtemps, bien que des avions et des navires soient apparus à plusieurs reprises. Et quand on l'a enfin remarqué, un bateau est parti à la dérive, et un avion n’a pas pu atterrir sur l'eau. On a jeté sur l’île un sac avec des provisions, des médicaments et une lettre lui demandant de patienter un peu, le temps que la météo s’arrange. Le 28 septembre, quand il a enfin pu être récupéré, il n’a écrit qu’un simple mot dans son journal : « Sauvé ».

Lire aussi : 

Esquimaux de la Tchoukotka, le monde des chasseurs d’animaux marins

Comment conquérir l'Arctique et réaliser un record mondial

Un Jour dans l’Histoire: un brise-glace atteint pour la première fois le Pôle nord

Un Jour dans l’Histoire: il y a 87 ans la Terre du Nord se révélait au monde

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer