Partis à jamais: quatre génies russes contraints à l’exil il y a un siècle

Il y a cent ans des centaines de milliers de personnes ont fui la Russie, déchirée par les révolutions et la guerre civile de 1917 à 1923. La plupart d'entre elles ne sont jamais revenues et leur patrie a perdu plusieurs lauréats du prix Nobel, des musiciens de génie et des auteurs talentueux. Ils ont passé leur vie en exil, emplis de nostalgie pour leur patrie.

Des dizaines d'hommes et de femmes de talent ont fui la Russie en 1917 – 1923, durant les années de la guerre civile sanglante. Et bien qu’ils aient quitté leur pays et critiqué sévèrement les Soviets, ils ont continué à glorifier la Russie à l'étranger par leur travail acharné et leurs brillantes réalisations. Voici quelques courts portraits de quatre de ces génies.

1. Ivan Bounine (1870-1953)

Bounine, un écrivain russe aristocratique amoureux la vieille Russie avec ses fermes et ses propriétés, ne pouvait supporter la Révolution d'octobre. Il la voyait, comme l’a noté le critique littéraire Igor Soukhikh, comme la « cacophonie de l'émeute » et détestait de tout son cœur les bolcheviks.

En 1920, il quitta Odessa (maintenant en Ukraine) avec sa femme et mit le cap sur Istanbul, puis se rendit à Paris. « J'ai soudainement eu un éclair de conscience : je suis sur la mer Noire, sur un navire étranger... La Russie est terminée, tout comme mon ancienne vie », écrit-il dans ses mémoires.
Les Bounine s'installèrent en France.

Lire aussi : Ivan Bounine, le retour en Grasse

L'auteur continua à écrire et demeura la figure de proue littéraire de l'émigration russe (au moins jusqu'à ce que Vladimir Nabokov ne devienne populaire), mais la famille pouvait difficilement joindre les deux bouts. En 1933, Bounine a remporté le prix Nobel de littérature - interrogé sur sa citoyenneté, il a répondu: « Un exilé russe ». Il mourut à Paris en 1953.

2. Sergueï Rachmaninov (1873-1943)

En 1917, Rachmaninov était déjà un compositeur et pianiste de renommée mondiale. Sceptique sur les idées communistes, il a saisi la première occasion (en 1918) pour fuir en Europe via la Suède et le Danemark. Là, effectuant des concerts fréquents, il a gagné en moins d'un an assez d'argent pour déménager aux États-Unis.

En Amérique, Rachmaninov s'est dédié aux tournées en tant que pianiste et est rapidement devenu une vedette - par exemple, il a donné 92 concerts au célèbre Carnegie Hall de New York entre 1918 et 1943. Dans le même temps, il n'a écrit que six œuvres musicales pendant cette période : en tant que compositeur, il trouvait difficile d'être séparé de sa patrie. « Quand j'ai perdu ma patrie, je me suis perdu aussi... Je n'ai pas la volonté de créer sans les traditions et le sol russe sous mes pieds », disait-il.

Lire aussi : Portraits de descendants d’émigrés blancs en France

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'inquiétait beaucoup pour la Russie et envoya même de l'argent gagné lors de plusieurs concerts au Fonds de l'Armée rouge.

Malheureusement, il ne vécut pas assez longtemps pour voir la victoire de la Russie, car il mourut en 1943 à Beverley Hills.

3. Nikolaï Berdiaïev (1874 – 1948)

Philosophe qui a créé le concept d'« existentialisme religieux russe » et promu les idées de liberté dans ses œuvres, Berdiaïev ne voulait pas quitter l'URSS. Néanmoins, sa critique des bolcheviks, qu'il jugeait trop rationalistes et rigoureux, ne lui laissa pas le choix. Après son arrestation en 1922, « les autorités m'ont dit que j’étais expulsé et qu'ils me tireraient dessus si j'essayais de revenir », a-t-il rappelé dans ses mémoires.

Avec d'autres adversaires de bolchevisme, Berdiaïev a été contraint de quitter la Russie sur le soi-disant « navire philosophique ». Il a vécu en Allemagne et en France, n'a jamais cessé d'écrire et est devenu très célèbre à l'Ouest, en particulier pour son livre le Nouveau Moyen âge. Lui-même, cependant, était déprimé et ressentait de la nostalgie pour son pays. « Je suis très connu en Europe et en Amérique, mes œuvres sont traduites en plusieurs langues. Le seul pays qui ne sait presque rien de moi est ma Russie », écrivit-il tristement.

Lire aussi : L'épopée cinématographique de Russes blancs à Paris sur grand écran

4. Igor Sikorski (1889 – 1972)

Avant la révolution, la position de Sikorski en Russie était plus que simplement élevée : il était littéralement au-dessus des nuages. Concepteur d'avions et aviateur de talent, il a créé le premier avion lourd au monde avec quatre moteurs et a reçu plusieurs commandes du tsar en personne. En tant que chef de sa propre entreprise, Sikorski a produit des avions pour l'armée russe pendant la Première Guerre mondiale, mais a tout perdu en 1917.

Fidèle à Nicolas II, il fuit la Russie par la frontière septentrionale, s'installa en France puis aux États-Unis, où il recommença tout de zéro. Sa compagnie Sikorsky Aircraft Corporation a connu un succès exceptionnel dans les années 1940 – 1950, principalement pour ses hélicoptères dotés de technologies dernier cri. En 2015, Sikorsky Aircraft a été acquis par Lockheed Martin, une société aérospatiale américaine.

Sikorski lui-même était un fidèle disciple de l'église orthodoxe et fut un patriote russe toute sa vie, malgré tout le succès qu'il a obtenu en Amérique. « Nous devons travailler et apprendre toutes les choses qui nous aideront à reconstruire notre patrie quand elle nous le demandera », disait-il.

Dans la seconde moitié des années 1920, le gouvernement de l'URSS a initié la vente de trésors de l'art mondial puisés dans ses propres musées. Voici quelques-unes d'entre elles.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer