Un Jour dans l’Histoire: l’URSS met en orbite son premier satellite artificiel

AP

Le 4 octobre 1957, seulement 12 ans après la fin de la guerre, l’URSS ouvrait une nouvelle ère, celle de la conquête spatiale. C’est en effet en ce jour qu’elle a procédé au lancement de Spoutnik-1, le premier satellite artificiel terrestre.

Cette sphère, d’un diamètre de 58cm, pesait 83,6kg et était dotée de 4 antennes et émetteurs alimentés par des batteries. Son temps de révolution autour de la Terre était de 96 minutes et elle a effectué 1400 orbites avant d’être détruite à son entrée dans l’atmosphère.

Les chercheurs soviétiques avaient fourni d’importants efforts pour que ce lancement soit un succès. Leurs travaux avaient été menés dans une salle secrète prévue à cet effet, équipée d’une efficace isolation phonique et de fenêtres hermétiques. Fait pour le moins original, les scientifiques collaborant à l’élaboration du Spoutnik-1 s’adressaient même à leur création en la vouvoyant.

La structure sphérique de ce premier satellite de l’histoire avait été proposée par Mikhaïl Riazanski, grand-père du cosmonaute russe Sergueï Riazanski, qui travaille aujourd’hui au sein de la Station spatiale internationale.

Lire aussi : «Le pire dans l’espace, c’est ce que vous avez oublié de faire sur Terre»

Elle n’a néanmoins pas pleinement convaincu l’ingénieur en chef, Sergueï Korolev, qui trouvait sa surface trop peu élaborée. « Il y a quelque chose de mauvais, il ne me plait pas comme ça. C’est vrai, il aura trop chaud là-bas ! », aurait-il dit d’un air pensif, insistant alors pour que l’engin dispose d’une surface réfléchissante.

Les chercheurs ont par conséquent réalisé plusieurs tests pour s’assurer de la résistance du satellite. « On a pris une grande casserole, on y a versé de l’alcool et ajouté de la glace carbonique qui, en se dissolvant, a fait chuter la température à -60°. On y a plongé la moitié du satellite, et avons chauffé l’autre à 50° à l’aide de lampes à incandescence. Toutes les 15-20 minutes on retournait brusquement le satellite. Le métal grésillait, crépitait, comme s’il était sur le point de rompre ! », a rapporté à l’agence d’information RIA Novosti Iouri Silaev, assembleur des premiers composants du Spoutnik-1, évoquant l’une de ces expérimentations.

Lire aussi : Sergueï Korolev, l’homme qui a ouvert les portes de l’espace à l’humanité

Ce modèle était le premier d’une longue liste, puisque le 3 novembre 1957 a par exemple été mis en orbite le Spoutnik-2, à bord duquel se trouvait le premier être vivant à entrer dans l’espace, la chienne Laïka.

Désireux de ne pas être en reste, les États-Unis ont eux aussi mis au point un satellite. Le Vanguard TV3 a ainsi été lancé le 6 décembre 1957, mais après seulement deux secondes, la fusée a perdu de sa force de propulsion en raison de l’explosion des réservoirs de carburant.

Aujourd’hui, plus de 3 000 satellites gravitent en orbite autour de notre planète, et la plupart sont hors fonction. Plus des 2/3 d’entre eux appartiennent à la Russie et aux États-Unis.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer