Cinq plats que les enfants soviétiques détestaient

Boris Kavashkin, Yuri Lizunov/TASS
S’il existe de nombreuses recettes excellentes dans la cuisine soviétique, on en trouve certaines dont les adultes se souviennent encore avec un frisson…. de dégoût.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Glace à la tomate

Aujourd'hui, cette crème glacée est perçue comme une glace végétarienne ou simplement à la mode, mais à l'époque soviétique, les enfants l’évitaient comme la peste. Elle a commencé à être produite pendant la période d'augmentation de la récolte de tomates au milieu des années 1970 à base de coulis et de jus de tomate. À l’époque, c'était l'une des moins chères et elle était vendue dans un gobelet en papier, recouverte d'un morceau de carton rond où était représentée une tomate souriante. Parfois, le morceau de papier était absent et les enfants la prenaient pour de la glace à la fraise. Imaginez la déception après la première bouchée…

>>> Qui est la petite fille représentée sur l'emballage du légendaire chocolat russe Alionka?

2. Nouilles au lait

Ce plat était traditionnellement préparé dans les jardins d'enfants soviétiques, ainsi qu'à la maison. On pourrait penser que la plupart des enfants raffolent des pâtes... mais en réalité, ce plat est toujours meilleur sans lait ! Dans le lait chaud, les nouilles perdent rapidement leur forme, deviennent glissantes et commencent à se décomposer, ce qui rend le plat assez repoussant. De plus, les enfants (et les adultes) n'aiment généralement pas la « peau » du lait.

3. Purée de pois

La purée de pois est un plat très économique, mais en même temps nutritif, qui contient beaucoup de protéines, utiles pour le corps d'un enfant en pleine croissance. C'est pourquoi il était l'un des plus courants dans le menu des maternelles et des cantines des écoles. Mais répandu ne rime pas avec populaire... Cette masse à la couleur incompréhensible, qui rappelle du ciment brun, faisait rarement saliver les enfants.

>>> Sept petits déjeuners russes pour bien commencer la journée

4. Bouillie d'orge perlé

Dans la cuisine russe, l'orge perlé se retrouve souvent dans les soupes - par exemple, dans la soupe aux cornichons appelée rassolnik. Mais si dans la soupe, il peut être laissé au fond de l'assiette, c’est beaucoup plus difficile à faire avec une assiette pleine d'orge perlé. À la fois dur, nécessitant une longue mastication, et en même temps visqueux, l’orge n’était clairement pas le plat de prédilection des enfants même en ajoutant du lait, de la confiture ou du sucre.

5. Foie frit

Le foie étant une source de fer et de vitamine B, les pédiatres recommandent fortement de l'inclure dans la ration des enfants depuis des décennies. Même les préoccupations concernant la toxicité potentielle du foie n'affectent pas cette recommandation. Cependant, la plupart des bambins ne ressentent ni joie ni délice face au goût spécifique de ces abats. Même les tentatives des mamans inventives de préparer des gratins ou des crêpes à base de foie n'ont pas pu résoudre le problème.

Qu'est-il advenu de la version soviétique des scouts ? Trouvez la réponse dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies