Que mangeait le citoyen soviétique lambda?

Vladimir Semenov/TASS
Les habitants de différentes régions de Russie ont expliqué ce qu'à l'époque soviétique il était toujours possible de trouver dans les magasins et expliqué pour quels produits ils devaient faire la queue ou aller à Moscou.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Pour beaucoup, la fin de l'URSS est associée à des queues interminables pour les produits alimentaires et à des rayons vides où trônaient de rares poissons en conserve. Mais d'autres se souviennent avec nostalgie du pain encore chaud du magasin, du lait qui ne pouvait être conservé que quelques jours, des pâtisseries soviétiques à la crème à base de vrai beurre, que même les écoliers pouvaient se permettre, et des grandes tablées familiales. Nous avons demandé aux Russes qui vivaient à cette époque quelle était la situation alimentaire dans leurs villes respectives.

De la variété à partir de rien

« Habituellement, le petit déjeuner était composé de gruau de semoule, le déjeuner à la maison - d'une soupe en poudre en sachet, et le dîner aussi. Les saucisses et le fromage étaient très rares. On mangeait de la viande une ou deux fois par semaine, explique Alexeï Karamazov de Iakoutsk (Sibérie). Mais il y avait de nombreux types de pâtes et de vermicelles, quoique que de mauvaise qualité »

La plupart des produits étaient importés, à l'exception du pain et du lait. « Le lait était frais, vendu dans de grands fûts jaunes. Le pain était aussi local : nous avons une grande fabrique de pain dans notre ville ». Mais les fruits et légumes étaient de saison. Cependant, dit-il, à Iakoutsk, en plus des magasins ordinaires, il y avait un marché où « il y avait de tout », mais uniquement à des prix qui n'étaient pas abordables pour une personne ordinaire.

>>> Comment fonctionnait le système de restauration collective soviétique?

« Nous ne mourions pas de faim, explique Olga Bojedomova de Khabarovsk (Extrême-Orient). Papa était chasseur et pêcheur, donc il y avait toujours de la viande et du poisson sur la table. Dans les magasins - pas toujours, seulement dans les magasins centraux ».

La famille d'Olga a résolu le problème des légumes et des fruits à l'aide de sa résidence d'été, en mettant leur récolte en conserves pour l'hiver. « Il y avait des pommes de terre, des carottes, des betteraves, du chou dans les rayons de légumes, ils étaient déjà pourris à la fin de l'hiver », se rappelle-t-elle.

« Papa disait : "La soupe chtchi et la bouillie, telle est notre nourriture", se souvient Natalia Netchaïeva de Perm (Oural). Sur une table un jour typique, nous avions du chou fermenté (fait maison dans des seaux), des pommes de terre, ma mère apportait des boulettes de viande de la cantine de l'usine, la viande était introuvable, les saucisses étaient rares ».

Il y avait également un marché à Perm où les produits étaient vendus à des prix exorbitants, a expliqué Natalia. Mais dans les magasins, il y avait toujours du pain et du lait. « C’était le bonheur lorsque des produits étaient distribués à l'usine. Deux kilos de sucre, du poulet, dur à trouver à l’époque, et à une boîte de lait concentré, détaille-t-elle. On faisait durer la viande et le poisson en en faisant des boulettes ou des raviolis. Si on obtenait de la mayonnaise et des sprats, on n'ouvrait cela que pour les fêtes ». Les gâteaux étaient cuits à la maison ou on devait aller les acheter à Moscou, car dans la capitale il y avait de tout - et en plus, c'était moins cher.

Zones tarifaires

À l’époque de la « stagnation », dans de nombreuses villes de l'Union, il y avait une pénurie de biens nécessaires, de la viande aux voitures, causée, en majeure partie, par des erreurs de calcul de l'économie planifiée. Mais ce n'était pas le cas partout.

« J'ai vécu en 1986-1987 à Moscou et je rapportais du café, des saucisses, du fromage et du Pepsi et du Fanta à mes parents, explique Natalia. À Moscou on vivait super bien ».

En URSS, il y avait ce qu'on appelle des « catégories d'approvisionnement » : spéciale, première, deuxième et troisième. Moscou et Leningrad, les capitales des républiques de l'Union et les villes « fermées » appartenaient aux catégories spéciale et première, la seconde catégorie concernait territoire principal du pays et la troisième l'Extrême-Nord (Yakoutie, Tchoukotka, région de Mourmansk et autres). De plus, des « zones tarifaires » ont été mises en place pour les produits, en fonction, mais pas uniquement, des frais de transport. Par exemple, un paquet de sucre raffiné dans la première zone coûtait 94 kopecks, dans la seconde - 1 rouble 4 kopecks, dans la troisième - 1 rouble 14 kopecks. 

>>> De Lénine à Poutine: comment la politique a bouleversé l’architecture en Russie

Il n'est pas surprenant que les habitants des autres villes se rendaient souvent à Moscou et à Leningrad à la recherche de saucisses, de viande, de fromage... Les gens achetaient des denrées rares par sacs et valises entiers. Les gens faisaient des blagues au sujet des « trains de saucisses ». « Le président américain demande à Brejnev : "Comment fournissez-vous de la nourriture à un si grand pays?" ; "C'est très simple : nous emmènerons tout à Moscou, à partir de là ils l’emportent de partout" ».

Natalia raconte qu'ils avaient de la famille dans une ville militaire près de Vladivostok (Extrême-Orient) et que ces derniers leur envoyaient chaque année du caviar rouge et du poisson à Perm. Et Olga rappelle qu'à Khabarovsk, il existait des queues pour les produits laitiers. « En 1984, quand je suis allée avec mes parents dans les États baltes, j'ai mangé pendant tout le mois de vacances des crêpes au fromage blanc avec de la crème aigre à la cantine, car il y en avait beaucoup là-bas », dit-elle.

Goût sucré de l'enfance

Dans le même temps, tout le monde se souvient que même si le chocolat était rare, il n'y avait pas de problèmes particuliers avec les bonbons. « Des bonbons et des gâteaux étaient rapportés de voyages d'affaires à Moscou et à Leningrad, explique Olga. Pour la crème glacée, il y en avait toujours, variée et savoureuse. Dans les rues, je me souviens de machines à eau gazeuse, avec et sans sirop ».

« Dans les magasins de Perm, il y avait des bonbons venus de Moscou et de la chocolaterie locale, explique Natalia. Il y avait du caramel et des bonbons appelés Iriski dans les vitrines, et quand il y en avait au chocolat qui apparaissaient, nous étions tout simplement heureux. Le gâteau Prague était apporté de Moscou ».

« Avec le début de la campagne anti-alcool [1985-1987], les pénuries de sucre ont commencé, puis les bonbons, dont on faisait également de l’eau-de-vie maison, ont commencé à disparaître des rayons, se rappelle Alexeï. Mais il y avait de la gelée à 3 kopecks et de la crème glacée à 20 kopecks pour 100 grammes. Maintenant, à Iakoutsk, tout va très bien : il y a tout ce que vous voulez manger toute l'année, pour n'importe quelle bourse, et dans n'importe quelle qualité. Mais à mon avis, la crème glacée en URSS était tout de même plus savoureuse ».

Découvrez dans cet autre article pourquoi le système de santé soviétique était l’un des plus performants au monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies