Les blinis de la chaîne Teremok dans le top 9 des choses à tester selon Business Insider

Teremok

Teremok, chaîne russe de restauration rapide se spécialisant dans les blinis, a inauguré un nouveau restaurant à New-York en 2016, pour le plus grand plaisir des locaux. Un an plus tard, le site d’information américain Business Insider a inclus le « McDonald’s de Russie » dans sa liste des établissements servant les meilleurs plats, « Les 9 meilleures choses à essayer tout de suite ».

Dans cette sélection, les blinis de Teremok côtoient donc sandwiches, bâtonnets de poulet panés ou encore burgers. « La Russie a été dans l’esprit des Américains toute l’année ; et maintenant elle est dans nos assiettes », écrit Business Insider, précisant que le blini « Comptoir du boucher », garni de purée, de bacon, d’oignons fris et de cornichons, et le blini « Cinq étoiles », au caviar, sont ses préférés.

Lire aussi : Le borchtch: un grand classique aux origines entourées de mystère

« En fait, 2017 a été l’année où nous avons appris à cesser de nous inquiéter et à aimer le borchtch », peut-on lire sur le site.

Le fondateur de Teremok, Mikhaïl Gondtcharov, assure être fier que les Américains apprécient ses blinis. « Les clients de New York commencent seulement à s’habituer à des plats qui, bien que classiques pour nous, sont exotiques pour eux, tels que le hareng sous son manteau de fourrure, la salade Olivier, les pelmenis, et le borchtch », confie-t-il.

Gondtcharov souligne par ailleurs que le principe fondamental de Teremok est d’éviter les colorants et les conservateurs et de ne cuisiner que des produits frais. Il affirme également que le restaurant est ouvert aux suggestions des clients. « Cet été, en raison d’un nombre important de demandes, nous avons intégré des blinis poulet-barbecue et porc-barbecue à notre menu, et ils ont aussitôt eu un grand succès ».

Si vous n'avez pas la chance d'aller à New York ou en Russie déguster des blinis, voici le point de vue d'un expert breton sur ces fameuses crêpes russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer