Covid-19: comment un «marché noir» des certificats de vaccination est apparu en Russie

Russia Beyond (Photos: Double_Vision/Getty Images; Agence Moscou)
«Certificat de vaccination au Spoutnik-V en 15 minutes, réduction  pour toute commande pour plus de trois personnes» : de telles annonces peuvent être trouvées sur différents canaux de la messagerie Telegram. Nous vous expliquons qui vend les certificats de vaccination, comment cela se passe, et pourquoi les Russes les achètent au lieu de se faire vacciner.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Nous sommes un laboratoire, l'un des plus influents de Russie. Nous fournissons des informations sur les anticorps et attestons que vous êtes vacciné contre la Covid-19. Nous enregistrons le certificat sur le site de services publics (Gossouslougui, le site russe centralisé pour l’obtention de services publics tels que prendre rendez-vous avec un médecin ou payer ses impôts - ndlr), toutes les vérifications sont possibles », explique l'homme, qui se présente comme Dmitri. Il s'est lui-même abonné à mon compte Instagram. Dans sa présentation, un simple mot  – « certificat » – et quelques messages avec des informations de base sur le coronavirus.

Au téléphone, il me propose d'acheter un certificat de vaccination sans me faire inoculer le sérum pour 1 900 roubles (22 euros). Selon lui, « c'est vraiment d’actualité aujourd'hui ».

Du 1er au 24 juin 2021, le nombre de cas de coronavirus en Russie est passé de 9500 à 20 000 par jour, soit plus du double. Dans la seconde quinzaine de juin, Moscou et un certain nombre de régions ont commencé à imposer des restrictions plus strictes aux non-vaccinés. Par exemple, à Moscou et dans 11 autres régions, la vaccination est obligatoire pour les employés de magasins, cafés et restaurants, salons de beauté, hôtels, hôpitaux et cliniques, employés des transports publics, coursiers, etc. Les récalcitrants peuvent être licenciés sans indemnisation.

Une employée de sanatorium vérifie le certificat de vaccination d'un client dans la région de Krasnodar

Toujours à Moscou, depuis le 28 juin, les restaurants et cafés ne peuvent recevoir que les personnes vaccinées contre le coronavirus qui ont un certificat avec un code QR, celles qui ont eu la Covid-19 au cours des six derniers mois (elles doivent également présenter un code QR), ainsi que celles en possession d’un test PCR négatif de moins de trois jours. Dans la région de Moscou, les mêmes règles s'appliquent aux clients des hôtels. En Bachkirie, sans certificat, il n’est pas possible d’entrer dans les salons de beauté, les clubs de fitness, les saunas, les dortoirs étudiants, ainsi que dans les bus interurbains. Les exigences s'appliqueront également aux touristes se rendant dans la station balnéaire du territoire de Krasnodar - à partir du 1er juillet, les personnes sans codes QR ni tests PCR négatifs ne seront plus hébergés dans les hôtels.

>>> Moscou limite cafés et restaurants aux détenteurs de QR codes, bilan du lancement de l’initiative                                         

Dans le contexte de nouvelles restrictions, des offres ont commencé à fleurir sur Telegram et Instagram, proposant d’acheter un certificat de vaccination avec un code QR de vérification sans passer par la case clinique. Il n'y a aucune garantie que le code QR fonctionnera, cependant certains Russes préfèrent un faux certificat à une vraie vaccination.

Certificats douteux

Les propositions d'achat de certificats se trouvent le plus souvent avec les mots-clés « Aide Covid ». Telegram affichera plusieurs canaux et tchats présentant des publicités avec le même contenu : un certificat est créé en 15-20 minutes, le document est envoyé au format pdf avec un « vrai » code QR, l’enregistrement sur le portail de services publics, et une traduction en anglais en prime. En cas de commande de documents pour trois personnes ou plus, on bénéficie d’une remise de 15%. Les prix varient de 2 500 à 20 000 roubles (29 – 231 euros). Au-dessous des messages se trouvent des liens vers différents profils dans le messager – tous sans numéros de téléphone ni nom, juste un identifiant.

Lors de l’échange, le vendeur anonyme demande d'indiquer le nom, la date de naissance, l'adresse de résidence, ainsi que le numéro de passeport pour remplir l'attestation. Au bout de 15 minutes, il envoie une photo d’un formulaire rempli avec un floutage qui ne sera supprimé qu'après versement de la somme convenue sur un porte-monnaie électronique. Pour rassurer les acheteurs, l'un des comptes a envoyé un lien vers un autre canal contenant des captures d'écran montrant des avis positifs d'utilisateurs, qui ne peuvent cependant pas être contactés.

Une personne montrant un QR code à l'entrée d'un restaurant dans le centre de Moscou

« Cela pourrait leur nuire ainsi qu'à notre sécurité. Si vous êtes inquiet, nous travaillons également selon le mode 50/50 – vous effectuez le deuxième paiement après vérification sur le site des services publics. Nous écrirons que vous avez reçu la première dose dans la polyclinique N°5 de la ville, la seconde dans la polyclinique N°220, nous y avons nos propres employés », a écrit l'un des vendeurs anonymes.

Les comptes de vente de certificats sur Instagram fonctionnent selon le même schéma, mais Dmitri, mentionné au début du texte, a appelé depuis un téléphone et s'est présenté comme un employé du laboratoire d'un centre médical du district Kolomenski à Moscou. Selon lui, d'autres employés du laboratoire préparent en personne des certificats pour chaque client et saisissent les informations dans le registre, une ampoule de vaccin est même détruite. Après cela, il envoie les « conditions requises » pour le paiement - l'adresse de la clinique, son numéro d’identification fiscale (NIF) et le compte courant.

>>> Je suis étranger et j'ai reçu le vaccin Spoutnik V en Russie

L'adresse de la clinique est correcte, mais le NIF et le compte appartiennent à un certain Denis Evdokimenko. Selon la base de données de vérification des sous-traitants RusProfile, en septembre 2020, il s'est enregistré en tant qu'entrepreneur individuel avec une licence pour le commerce de produits alimentaires. Le numéro de téléphone est également enregistré au nom d’Evdokimenko. À en juger par la demande dans Getcontact (une application russe qui permet de savoir sous quel nom une personne est enregistrée dans le carnet d'autres abonnés - ndlr), d'autres personnes l'ont enregistré comme « Denis Crypto », « fraudeur en investissement », « Arnaque des gens pour de l’argent » et « Escroque les retraités ».

Une femme avec un certificat de vaccination

Lorsque je lui ai demandé qui était Evdokimenko, Dmitri m'a immédiatement mis sur liste noire.

De plus, selon Lenta.ru, des certificats sont vendus sur le darknet via un site de trafic de drogue. Cependant, les auteurs des annonces précisent que les documents sont délivrés sur papier afin d’être présentés sur le lieu de travail mais seront « démasqués » en cas de vérification.

« Je ne veux pas prendre de risque à cause des ordres du gouvernement »

Selon les Russes interrogés qui ont malgré tout pu acheter un certificat de vaccination, il est possible de trouver des vendeurs en chair et en os. Certes, pas dans les messageries et sur les réseaux sociaux, mais via des amis qui travaillent dans les cliniques de la ville.

« Pendant un mois, j’ai cherché des personnes qui travaillent vraiment dans un laboratoire de Moscou et font des certificats, un ami m'a donné un contact. Mes données ont été immédiatement téléchargées sur le site de services publics et j'ai payé 10 000 roubles (115 euros) pour un certificat de travail. Et puis ils ont arrêté de faire ça depuis le 24 juin, car des caméras ont été installées dans leur laboratoire », a expliqué Marina, 25 ans (nom modifié à la demande de l’intéressée), qui réside à Moscou.

Un travailleur médical remplit un certificat de vaccination à Moscou

Elle explique avoir acheté le certificat parce qu'elle redoute les effets secondaires de la vaccination.

« J'ai un syndrome, des problèmes de foie. C'est une maladie rare, je ne sais pas comment le vaccin fonctionnera en combinaison avec la maladie, mon médecin l’ignorait également. Je ne veux pas prendre de risque à cause des ordres du gouvernement », explique Marina.

Une autre habitante de la région de Moscou, Margarita, a acheté un certificat au laboratoire de l'une des cliniques de la ville pour seulement 1 500 roubles (17 euros).

« Je ne crois pas dans la qualité de nos vaccins, c'est tout. Je l'ai acheté par l'intermédiaire d'un ami qui travaille à la clinique. Le certificat lui-même ne m'est pas encore parvenu, ils l'enverront aujourd'hui ou demain. Mais ils ont enregistré sur le site des services publics que j’ai réalisé la première étape de la vaccination, dans deux semaines, ils feront de même pour la deuxième dose », explique Margarita.

Un homme montre un QR code à l'entrée de la fan zone Euro 2020 à Loujniki, Moscou

Sergueï, entraîneur sportif de Moscou (le prénom a été modifié à sa demande) a également confirmé avoir acheté le certificat de vaccination, mais s’est refusé à tout autre commentaire.

« À cause de gens comme vous, les journalistes, ce marché sera bientôt fermé », a expliqué Sergueï.

Premières poursuites pénales et peines

Le 18 juin 2021, rien qu'à Moscou, les forces de l'ordre avaient lancé 24 poursuites pénales en raison de faux certificats, a rapporté le quotidien Rossiïskaïa Gazeta, citant le service de presse de la police.

Le président de la Douma d'État (chambre basse du Parlement russe) Viatcheslav Volodine a également mis en garde sur sa chaîne Telegram contre le danger que représente l’achat de faux certificats.

« Le vaccin protège. Mais pas un faux certificat. Les "hommes d'affaires" rusés qui espèrent s'enrichir grâce aux pandémies seront punis. [...] C'est évident : il faut réprimer strictement le commerce illégal de faux documents médicaux. C'est la responsabilité des forces de l'ordre. Mais le devoir de chacun est de ne pas acheter de faux certificats », a écrit Volodine.

Une serveuse et un client d'un restaurant moscovite

Il a rappelé que la responsabilité pénale liée à ces faux documents incombait à la fois aux vendeurs et aux acheteurs, ces derniers pouvant infecter les autres. L'avocat Iouri Kapchtyk a expliqué qu’une responsabilité administrative et pénale était prévue pour falsification de certificats.

« Pour falsification de documents de vaccination contre la Covid-19, en vertu de l'article 327 du Code pénal de la Fédération de Russie, les vendeurs sont passibles d'une restriction de liberté pouvant aller jusqu'à deux ans, d’une arrestation pouvant aller jusqu'à six mois, ou d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à deux ans », explique Kapchtyk.

L'acheteur risque une restriction de liberté ou une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à un an pour l'utilisation du document.

L'article 19.23 du Code administratif - « Contrefaçon de documents, timbres, sceaux ou formulaires, leur utilisation, leur transfert ou leur vente » - prévoit une amende de 30 000 à 50 000 roubles (de 347 à 579 euros).

Une femme reçoit un certificat après une injection de vaccin contre la Covid-19 à Moscou

Si le propriétaire d'un faux certificat non seulement tombe lui-même malade, mais provoque également des contaminations massives par négligence, la sanction sera encore plus sévère, rappelle l'avocat.

« Pour cela, une personne encourt une amende de 500 000 à 700 000 roubles (de 5800 à 8 100 euros) ou une peine pouvant aller jusqu'à deux ans d'emprisonnement. Si au moins une personne décède, vous pouvez être emprisonné de 2 à 4 ans, si deux ou plus meurent - de 5 à 7 ans », explique Kapchtyk.

Dans cette publication découvrez cinq fausses infos russes les plus populaires sur la Covid-19.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies