Les cinq fausses infos russes les plus populaires sur la Covid-19

spfdigital/Getty Images
Vodka comme remède contre le coronavirus, nano-vers masqués et puce transmise à travers un vaccin… Ce ne sont que quelques-uns des fake news sur la Covid-19 dans lesquels, malheureusement, une partie des Russes croient. 

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le service russe de réponse aux questions « Yandex.Q », ainsi que des spécialistes de l'Académie russe d'économie nationale auprès du président de la Fédération de Russie (RANEPA) et du Centre de recherche interdisciplinaire sur le potentiel humain ont recensé les principales rumeurs sur le coronavirus.

Les participants à l'étude ont analysé plus de 6 millions de publications et rediffusions mensongères sur les réseaux sociaux en Russie de début 2020 à la mi-mai 2021, et voici les « fakes » populaires qu'ils ont identifiés.

En février 2020, les instructions d’un médecin russe inexistant, Iouri Klimov, qui, selon la légende, travaillait dans un hôpital de Shenzhen (Chine), ont commencé à apparaître dans les réseaux sociaux, les messageries et les forums. Il aurait été soi-disant transféré par la suite pour étudier le virus à Wuhan, où il aurait appris à lutter contre la Covid-19. Les articles affirmaient que le coronavirus mourait à une température de 26 à 27 degrés – c'est pourquoi le faux médecin a recommandé de boire beaucoup d'eau chaude et, après contact avec une personne infectée, de laver ses affaires avec de la lessive en poudre ordinaire et de faire sécher les vêtements au soleil.

Sur les réseaux sociaux, les Russes se sont également vu proposer de boire un antiviral populaire, de manger du gingembre et d’inhaler des vapeurs de vodka. Les gens croyaient particulièrement au pouvoir du gingembre - au printemps 2020, la demande pour cette racine a explosé et son prix a triplé.

Lire aussi : Que savoir au sujet des «passeports» Covid-19 en Russie? 

Des Russes pensaient que les masques, que sont obligés de porter des citoyens pour lutter contre la propagation de l'infection, contenaient des nano-vers noirs qui pénètrent dans la peau humaine et nuisent à l’ensemble du corps. Les utilisateurs se sont envoyés des vidéos concernant ces vers inexistants via WhatsApp. En fait, il s'agissait de fibres ordinaires qui se déplaçaient en raison de la chaleur, des charges électriques ou des vibrations de l'air.

Les Russes étaient particulièrement mécontents envers la Chine, pays où est né le coronavirus. À Vladivostok, non loin de la frontière avec ce pays, il y avait de fausses rumeurs selon lesquelles les Chinois auraient intentionnellement infecté des personnes à l'aide d'une « poudre blanche » spéciale et également fourni des bananes contaminées à la Russie. Selon ces racontars, les colis des magasins en ligne chinois, par exemple Aliexpress, étaient également infectés.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont également remis en question les avantages de la vaccination - de nombreux fakes affirment que le vaccin contre le coronavirus peut conduire à l'infertilité, ou que par ce moyen on implante des puces à l'aide desquelles un « gouvernement mondial » pourrait contrôler chaque personne et, si nécessaire, la tuer. Toute cette idée serait sortie de la tête de Bill Gates, qui a investi des dizaines de milliers d'euros dans la recherche d'un remède contre le coronavirus.

De plus, dans le Sud de la Volga et à Rostov-sur-le-Don, des rumeurs affirmaient que des médecins locaux falsifiaient le diagnostic de coronavirus, tandis qu’à Moscou et à Saint-Pétersbourg, les utilisateurs du moteur de recherche Yandex cherchaient un poème sur la vie en quarantaine, dont l’auteur était soi-disant… Alexandre Pouchkine.

« Les fausses infos les plus coriaces sont associées à la vaccination, leur intérêt est intact presque depuis le début de la propagation du coronavirus en Russie. Le reste des fake se caractérise par des hauts et des bas assez brusques : par exemple, l'intérêt pour les remèdes populaires et les conseils pseudo-médicaux n'était élevé que juste avant et pendant les première et deuxième vagues de coronavirus », indique l'étude.

Pour voir comment se déroule la vaccination contre la Covid-19 en Russie, suivez ce lien

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies