Ces innovations ayant connu un essor en Russie grâce à la pandémie

Maxim Blinov/Sputnik
Le pays introduit activement de nouvelles technologies permettant d’effectuer de nombreuses choses sans contact, des caméras qui détectent la présence de masque sont apparues, et le nombre de nouvelles productions et startups médicales a augmenté.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Nombre de ces technologies ont été inventées avant la pandémie, mais c'est en 2020 qu'elles ont commencé à se développer activement. Qu'est-ce qui a changé dans la vie ordinaire des Russes, à part la nécessité de porter masques et gants ?

Développement des technologies médicales

Un travailleur médical dans le nouveau service de réanimation ayant ouvert ses portes à l'hôpital de réserve pour les patients atteints du coronavirus dans le pavillon n°75 du parc VDNKh, à Moscou

Selon les données au 30 mars 2021, Moscou se situe dans le top 3 du classement mondial pour l'innovation en matière de lutte contre la Covid-19 établi par le centre d'analyse international StartupBlink. San Francisco et New York se sont classées en première et deuxième positions. Les créateurs du classement ont noté l'indice de confinement, le développement de la télémédecine (pour surveiller l'état des patients), l'intelligence artificielle permettant de reconnaître la pneumonie liée à la Covid, et, bien sûr, la création du vaccin Spoutnik V, qui est désormais utilisé dans toute la Russie et à l'étranger.

Ouvrier sur le site de production de désinfecteurs sans contact et d'équipements multimédia à l'usine LIGA d'Ekaterinbourg

Pendant la pandémie, la Russie a non seulement dû apprendre à construire rapidement de nouveaux hôpitaux, mais nous avons également dû résoudre le problème de l'identification rapide des personnes infectées et de la mise en place de moyens de protection. Le pays a commencé à ouvrir de nouveaux sites de production pour lutter contre l'infection, ce que les prêts à taux préférentiels ont également facilité. Le Fonds de développement industriel a ainsi déclaré qu'il avait lancé un programme spécial pour ces fabricants en mars 2020 et qu'il avait déjà accordé 114 prêts d'une valeur de plus de 33,5 milliards de roubles (372,39 millions d’euros). « Il s'agit de la production des produits les plus recherchés : tests express pour détecter le coronavirus, respirateurs artificiels, antiseptiques, équipements de protection individuelle, médicaments antiviraux, purificateurs pour la désinfection de l'air et imageurs thermiques », a précisé la structure.

Plus d'achats sans contact

Une cliente du premier supermarché sans caissier Piaterotchka le jour de l'ouverture. L'accès au supermarché est accordé via une application. Le point de vente dispose d'un système de caisse entièrement automatisé utilisant les paiements par carte, Google Pay et Apple Pay.

Même dans les petites villes de Russie, il n'est plus nécessaire d'avoir de l'argent liquide pour aller au magasin et faire un trajet en transports publics. La pandémie a fait passer la part des paiements sans espèces à 70% (en hausse de 6% par rapport à l'année précédente), le pourcentage de paiements sans contact au moyen de gadgets étant en augmentation. Selon le centre d'analyse NAFI, en février 2020, 26% des Russes payaient à l’aide d’un smartphone ou d’une montre, tandis qu’en février 2021 ils étaient 32%.

Afin de minimiser les contacts personnels, les magasins ont également commencé à installer des caisses en libre-service à grande échelle. Par exemple, le plus grand détaillant russe X5 Retail Group (comprenant notamment les chaînes Piaterotchka et Perekrestok) a installé plus de 6 000 terminaux de ce type dans ses points de vente (un an auparavant, il y en avait une dizaine seulement). Des magasins entièrement automatisés sont même déjà apparus.

Lire aussi : Comment des étudiants russes fabriquent des robots de rang mondial

Reconnaissance faciale

Présentation du système automatisé Almira pour le contrôle, la désinfection et le traitement antibactérien des locaux publics à l'Université d'État russe d'exploration géologique Sergo Ordzhonikidze

Les caméras avec reconnaissance faciale sont testées dans les villes russes depuis quelques années, tout d'abord pour l'identification des délinquants (par exemple, dans le métro de Moscou, ces caméras sont installées aux tourniquets et comparent l'image des passagers avec la base de données de la police). Cependant, en 2020, la reconnaissance faciale a commencé à être utilisée plus souvent pour enregistrer les employés des entreprises et les étudiants universitaires, certains gadgets déterminant immédiatement si une personne porte un masque et si elle a de la fièvre.

Cliente d'un café de la chaîne PRIME, à Moscou, à côté de la caisse où est installé un dispositif de paiement biométrique

L'étape suivante consiste à effectuer des paiements sur la base de la reconnaissance faciale. Aujourd'hui, de tels terminaux de paiement sont installés dans certains cafés et magasins de Moscou, et leur nombre ne cesse d'augmenter. Pour ce faire, le client doit accepter auprès de sa banque le stockage de ses données biométriques.

Une femme passe les tourniquets à la station Molodiojnaïa du métro de Moscou.

Le système de paiement facial Face Pay sera également opérationnel dans le métro de Moscou d'ici la fin 2021.

Livraison totale

Employé d'un service de livraison de nourriture à Moscou

Pour le secteur des services et de la restauration, 2020 n'a pas été, c'est le moins que l'on puisse dire, la meilleure année : seulement dans le centre de Moscou, plus de 200 cafés ont fermé (35% de plus qu'en 2019), et à Saint-Pétersbourg ce chiffre est deux fois plus élevé. Dans l'ensemble, le chiffre d'affaires des restaurants du pays a chuté de 45% sur l'année.

Dans le même temps, les établissements et les magasins ont commencé à se connecter activement aux agrégateurs de livraison ou à lancer leurs propres services. Au cours de l'année, la part des restaurants proposant des services de livraison est passée de 40% à 58% dans les régions et de 51% à 66% à Moscou. Début 2020, les magasins de X5 Retail Group livraient plusieurs centaines de commandes par jour ; à la fin de l'année, ce nombre était déjà de 40 000. L'une des entreprises les plus prospères dans ce secteur est le service de livraison Samokat, qui possède un réseau d'entrepôts et livre des produits en 15 minutes : en 2020, le chiffre d'affaires de la société a été multiplié par 20 !

Les personnes ayant perdu leur emploi pendant la période de confinement (le taux de chômage en 2020 a augmenté de près de 25% pour atteindre 5,9%) se sont souvent mises à travailler comme livreurs : la demande a triplé dans tout le pays.

Les entreprises passent au télétravail

En mars 2021, un tiers des Russes qui sont passés au télétravail durant la pandémie, travaillent toujours à distance. Parmi ceux qui sont retournés dans les bureaux, seule la moitié travaille comme d'habitude, tandis que les autres sont passés à un format de travail hybride, selon une étude de Rabota.ru. 53% des entreprises russes prévoient par ailleurs de mettre en œuvre un tel format hybride, mi-bureau, mi-télétravail. « En termes d'économie, la situation idéale pour l'employeur est le télétravail intégral (les coûts de bureau et autres sont réduits), déclare Boris Dobrodeïev, directeur de la société informatique Mail.ru Group. Cependant [...] nous ne partons pas seulement de réalités économiques, mais aussi de la manière dont nos employés seront les plus motivés à travailler ».

Dans cet autre article, nous nous intéressions à l’impact de la pandémie sur le secteur immobilier russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies