La Russie consolide ses positions sur le marché américain des hydrocarbures

Reuters

À en juger des rapports de l'Agence d'information sur l'énergie (Energy Information Administration), en octobre 2019, la Russie est devenue le fournisseur numéro deux de brut et de produits pétroliers sur le marché américain, devançant le Mexique.

Les données présentées dans le document et couvrant les onze premiers mois de l’année passée montrent en effet que, au cours de ce mois d’automne, 20,9 millions de barils de pétrole et combustibles ont été livrés vers ce pays d’outre-Atlantique, cédant, certes, considérablement au Canada avec ses 136,5 millions de barils. Le Mexique se classe ensuite troisième avec 17 millions de barils, juste devant l’Arabie saoudite et ses 13,7 millions de barils.

Toutefois, si les informations sur le mois de décembre sont pour le moment indisponibles, l’on sait qu’en novembre déjà le Mexique avait rattrapé ses positions, exportant vers les États-Unis 21,2 millions de barils de brut, soit 2 millions de plus que la Russie.

>>> Réserves d’or monétaire: la Russie, premier acheteur mondial de métal jaune en 2019 

Or, comme le souligne le journal russe RBC, ayant consulté un rapport de Caracas Capital, en 2019, les exportations des hydrocarbures russes vers les États-Unis ont atteint un pic, un meilleur résultat n’ayant été enregistré qu’en novembre 2011.

Cette hausse s’explique principalement par les ventes de produits pétroliers – en octobre, elles ont été multipliées par 2,5 par rapport au début de l’année 2019.

« La Russie était traditionnellement le numéro deux des livraisons de produits pétroliers aux États-Unis, et à l’automne elle a subitement augmenté les volumes. En novembre, les compagnies russes ont exporté vers les États-Unis 17 millions de barils de dérivés de pétrole, signant un record historique », note le journal.

Quant aux livraisons du brut, de janvier à novembre elles ont été multipliées par 3,1 pour arriver à 4,28 millions de tonnes (31,2 millions de barils).

Comme l’expliquait le ministère russe du Développement économique, ces exportations ont principalement augmenté en raison des sanctions décrétées à l’encontre du Venezuela et de l’Iran. Un autre facteur pourrait être la baisse du prix du brut russe.

Dépêche basée sur un article du journal RBC

Si l’énergie représente une part importante des exportations russes, le pays livre à l’étranger de nombreux autres produits, comme nous vous l’expliquons dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies