La Russie et la Chine bientôt reliées par un téléphérique

Konstantin Kokoсhkine/Global Look Press
Jamais dans le monde, deux pays n'avaient été unis par un téléphérique au-dessus d'une rivière.

Dans la région de l’Amour, en Extrême-Orient russe, débutera cette semaine un surprenant chantier, celui d’un téléphérique voué à relier Blagovechtchensk (Russie) et Heihe (Chine), annonce le gouvernement régional sur son site officiel.

« L’événement solennel, qui marquera le début des travaux de construction, se tiendra le 18 juillet : le départ symbolique du projet sera donné sur une barge au milieu du fleuve Amour. Après une pression sur le bouton "lancement" seront coulées simultanément en Chine et en Russie les fondations en béton des futurs terminaux internationaux », fait état la publication.

D’une longueur de 973 mètres, cette structure permettra dès le second semestre 2022 de rejoindre l’autre rive en 6 minutes seulement. D’une capacité de 457 passagers par heure et de 6-7  000 au quotidien, ce projet impliquera un investissement, côté russe, de plus de 3,5 milliards de roubles (49,68 millions d’euros), pris en charge par la corporation d’État « Region ».

Vue, depuis les quais de Blagovechtchensk, sur la ville chinoise de Heihe.

« Le projet de téléphérique est unique et ambitieux. Dans le monde, il n’existe pas d’États reliés par un téléphérique au-dessus d’une rivière. Le téléphérique, qui reliera Blagovechtchensk sur la rive russe et Heihe sur la chinoise, sera un nouveau symbole du renforcement de nos relations frontalières. Ce projet créera un effet multiplicatif, sera entamé le développement des infrastructures touristiques. Et ce sera, incontestablement, un point d’attraction économique », souligne en outre Vassili Orlov, gouverneur de la région, cité dans cette publication.

À noter que ces deux villes seront, d’ici fin 2019, également reliées par un pont actuellement en phase finale de construction.

Dans cet autre article, nous analysons les similitudes entre les Romanov russes et les Qing chinois, ayant été à la tête de deux empires aujourd’hui disparus.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies