Huawei peut-il remplacer Android par le système russe Aurora?

Kirill Kallinikov/Sputnik
Nous expliquons comment le fabricant de smartphones chinois coopère avec la Russie et quel type de support constitue le système russe Aurora.

Comment tout a commencé ?

L’édition en ligne russe The Bell, citant des sources, a déclaré que le directeur exécutif de Huawei, Guo Ping, et le ministre russe des Communications, Konstantin Noskov, avaient eu des entretiens sur une éventuelle transition des smartphones de la société chinoise d'Android au système d'exploitation russe Aurora.

Dans le même temps, la Chine teste d’ores et déjà des smartphones fonctionnant sous le système d'exploitation russe, a indiqué la source. En outre, le ministère des Communications et Huawei pourraient commencer à produire conjointement des puces et des logiciels pour les futurs appareils, poursuit The Bell.

La nouvelle a été publiée après que l'administration du président des États-Unis a inscrit la société chinoise sur « liste noire ». Après cela, Google a suspendu sa coopération avec Huawei, ce qui explique pourquoi Android a cessé ses mises à jour sur les smartphones développés par la société.

Qu'est-ce qu’Aurora ?

Aurora est un système d'exploitation appartenant à l'opérateur téléphonique et Internet russe Rostelecom. Il a été créé sur la base d'OC Sailfish - développé par la société finlandaise Jolla, elle-même fondée par d'anciens employés de Nokia. En 2014, Sailfish a été racheté par l'homme d'affaires Grigori Berezkine, puis vendu aux structures de Rostelecom. Ce n'est qu'en février 2019 que Rostelecom a choisi un nouveau nom pour le système d'exploitation finlandais et présenté une version mise à jour.

>>> Pourquoi les rivaux russes de Facebook et de Google ont-ils autant de succès?

De quoi est capable Aurora ?

Tout d'abord, Aurora est destiné aux besoins des entreprises. À première vue, il ne diffère guère de ses homologues : les employés peuvent gérer les contacts, les appels et les messages, afficher des photos, accéder au navigateur, prendre des photos, etc. Dans le même temps, le communiqué de presse de Rostelecom indique que les organisations utilisant le système d’exploitation pourront surveiller les employés et contrôler à distance leurs smartphones. Par exemple, installer et mettre à jour des applications, forcer à utiliser des mots de passe sur les smartphones, enregistrer les mouvements du personnel et suivre les photos et vidéos prises depuis le lieu de travail.

Sera-t-il installé sur les smartphones Huawei ?

S'il est installé, ce ne sera certainement pas la version entreprise. Berezkine n’a évoqué qu’en 2016 le développement de la version pour les utilisateurs ordinaires, mais on ignore encore à quoi elle ressemble.

Et il n'y a pas encore de confirmation officielle. Le service de presse de Rostelecom, propriétaire d’Aurora, a déclaré qu’ils « n’ont pas entendu parler d’une telle initiative, mais souhaitent interagir avec tous les développeurs de solutions mobiles ». Huawei a refusé de commenter.

>>> Des développeurs russes donnent vie aux portraits de Dostoïevski et Mona Lisa

De son côté, le service de presse du ministère russe des Communications a répondu de manière évasive à la demande de Russia Beyond - selon eux, les représentants du ministère se réunissent constamment avec « diverses sociétés étrangères » et travaillent à « la promotion des fabricants russes sur les marché étrangers ». Fait intéressant : le ministère ajouté un smiley faisant un clin d’œil à la fin de son message.

Quant à lui, le vice-Premier ministre Maxime Akimov a déclaré aux journalistes début juin que Huawei « pourrait devenir une plateforme pour l'exportation de produits russes », sans toutefois préciser quel genre de produits.

Si ce n’est pas vrai, que faisait le directeur de Huawei en Russie ?

Huawei collabore depuis longtemps avec les opérateurs de téléphonie mobile russes pour développer le réseau 5G. Au début du mois de juin, au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Huawei et l'opérateur russe MTS ont signé un accord sur le lancement pilote de réseaux 5G en 2019-2020. Un accord similaire conclu en février avec une entreprise chinoise a été signé par un autre opérateur russe, Tele2 (que Rostelecom va également acheter prochainement).

C'est-à-dire que grâce à Huawei, la 5G apparaîtra en Russie cette année ?

Pas si simple. Pour déployer massivement un réseau 5G à travers la Russie, une certaine plage de fréquences est nécessaire. Elle appartient au ministère de la Défense, qui ne veut pas céder ces fréquences pour des raisons de sécurité. D'autres plages conviennent, uniquement pour les lancements pilotes et des essais dans certaines régions de Russie, mais pas plus.

>>> Cinq sociétés spatiales russes qui pourraient un jour concurrencer SpaceX

Donc il n'y aura rien du tout?

Il y aura d’abord des zones d’essai – en premier lieu à Moscou. MTS a récemment signé un accord sur le lancement d’une zone pilote 5G avec le gouvernement de Moscou. Des accords similaires avaient déjà été signés par d'autres opérateurs russes, VympelCom et Megafon.

Par conséquent, il sera possible de tester le réseau de cinquième génération à Moscou avant la fin de l'année dans les parcs Zariadié, VDNKh, la Colline des moineaux, rue Tverskaïa, ainsi que dans le Technoparc de Skolkovo, au stade Loujniki et au centre d’affaires Moscow City. Si votre smartphone prend en charge la 5G, bien sûr.

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi Internet est si peu cher en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies