Renault Russie explique pourquoi les voitures électriques peinent à se faire une place dans le pays

Andreï Pankov, directeur général de Renault Russie

Andreï Pankov, directeur général de Renault Russie

Grigoriy Sisoev/Sputnik

Renault Russie explique pourquoi les voitures électriques peinent à se faire une place dans le pays

C’est un prix élevé et une faible demande, et non l’absence d’infrastructure appropriée ou le climat, qui freinent le développement du marché des voitures électriques en Russie, estime Andreï Pankov, directeur général de Renault Russie, cité par le journal russe RBC.

Au cours de l’année 2017, seuls 95 véhicules de ce type ont en effet trouvé acquéreur dans ce pays. Or, comme le précise le responsable, tous ont été importés, ce qui a un impact majeur sur les prix. N’y ayant aucune prémisse économique à l’apparition d’un intérêt de la part des individuels, il ne faut donc pas s’attendre à une brusque croissance à court terme.

Lire aussi : Pourquoi les habitants de Moscou sont fans de l’auto-partage

« Il n'y aucun problème à créer à la volée une infrastructure nécessaire pour le transport électrique, mais compte tenu de l’absence de la demande, il n'y a pas de sens à son développement », a-t-il expliqué, cité par le journal.

Selon lui, c’est en réalité l’autopartage qui serait susceptible de procurer un élan supplémentaire à la propagation des voitures électriques dans le pays.

Dans ce récent article, nous vous parlions de la nouvelle voiture électrique de l’entreprise Kalachnikov. Pourrait-elle changer la donne ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies