Comment réussir un «premier rendez-vous» avec son associé russe?

Natalya Nosova
Andy Frecka, un Américain évoluant dans le milieu des affaires en Russie depuis déjà bien longtemps, vous livre ici ses meilleurs conseils pour parvenir à mettre en confiance votre potentiel futur partenaire russe et à établir une relation durable, tout en évitant les incompréhensions culturelles pouvant s’avérer fatales.

En tant qu’Américain vivant en Russie depuis désormais 19 ans, j’adore être dans des négociations du côté russe face à des homologues occidentaux.

Ces derniers temps j’ai remarqué la récurrence de la question, posée par mes collègues russes, « Ont-ils de l’argent ? », parfois dès les 15 premières minutes de l’entretien. Cette question peut revêtir différentes formes, telles que « Sont-ils prêts à signer ? » ou bien « Savent-ils pourquoi nous nous rencontrons ? », mais l’enjeu est le même : les hommes et femmes d’affaires russes voudront rapidement comprendre si leur interlocuteur occidental est digne d’intérêt.

Lire aussi : Russie: les investisseurs étrangers notent une évolution positive du climat des affaires

Je ne m’y connais peut-être pas beaucoup, mais je sais que c’est rarement une bonne idée de demander à une femme de l’épouser dès le premier rendez-vous. Sachant cela, j’encourage souvent mes amis russes à ne pas précipiter les choses, mais à apprécier simplement le processus.

Malheureusement, une mésentente prématurée lors d’un premier rendez-vous peut mettre fin à ce qui aurait pu être une fantastique relation romantique, et cela est aussi vrai pour les affaires.

En se basant sur la première question « Ont-ils de l’argent ? », voici une série de paradoxes que j’ai appris à connaître en travaillant dans le monde des affaires en Russie.

1. Les Russes ne sont pas réputés pour leur ponctualité, mais une fois que l’entretien débute, ils voudront aller rapidement de l’avant

Les Russes désireront souvent une discussion rapide et franche afin d’évaluer si le jeu en vaut la chandelle. Les Américains, à l’inverse, auront tendance à arriver à l’heure à la réunion mais voudront créer une zone de confiance, ce qui paraîtra incroyablement long pour des Russes. Le problème tient au fait que les Russes interpréteront ce processus comme un signe de désintérêt de la part de leur homologue occidental.

Lire aussi : Réussir dans les affaires: les conseils de sept Russes qui sont allés loin

2. Les Russes sont réputés pour leur bureaucratie, mais sont plus spontanés que les Occidentaux

En relation avec le point précédent, s’ils se rendent compte qu’un Occidental n’est pas intéressé par une relation d’affaires, les Russes commenceront souvent simplement à chercher d’autres partenaires, sans même achever le processus. Avec tout ce que la Russie a à offrir au monde, je pense que c’est incroyablement dommage. C’est pourquoi je passe de plus en plus de temps à travailler avec des Russes afin de comprendre comment mieux l’expliquer aux Occidentaux.

Que pouvez-vous donc faire si la connexion entre vous et votre homologue russe ne se fait pas ? Avant de le juger et de vous en aller après le premier rendez-vous, considérez les conseils suivants.

3. Les visions russe et occidentale sont tout aussi pragmatiques l’une que l’autre… à leur façon

Vous réclamez de la transparence, les Russes veulent se mettre au travail et s’assurer qu’ils seront rétribués. Heureusement, ces deux points n’entrent pas en contradiction.

Lire aussi : Cinq astuces marketing pour réussir l’entrée de votre entreprise sur le marché russe

4. Les Russes valorisent l’autorité plus que la transparence

Vous les mettrez à l’aise si vous commencez par prouver que vous êtes compétents, plutôt que d’utiliser de petits moyens dérivés pour savoir qui ils sont. Les « bavardages » pourront toujours venir après, mais ils sont souvent un point de mésentente avec les Russes s’ils se déroulent au début des réunions. (D’un autre côté, j’enseigne aux Russes à se détendre et à apprécier les bavardages au début des réunions, si c’est la manière dont souhaite commencer leur homologue occidental).

5. Expliquez les motivations de votre entreprise en utilisant des histoires

J’ai récemment travaillé pour une compagnie russe qui était en négociations avec une firme américaine. L’Américain envoyé pour dialoguer a fait un boulot formidable, expliquant comment son entreprise avait déjà conclu un arrangement similaire avec une entreprise chinoise. Cela nous a donné une idée sur comment ils envisagent le processus de partenariat, nous montrant que ce dernier fonctionnait déjà et nous donnant une bonne compréhension de la durée du processus.

6. Restez en contact avec votre homologue russe durant le processus

Si vous restez silencieux, les Russes pourront penser que vous n’êtes plus intéressé et que vous cherchez d’autres partenaires potentiels ailleurs, et vous pourriez passer à côté d’une bonne affaire.

Lire aussi : Pourquoi les expatriés restent-ils en Russie?

La Russie a beaucoup à offrir au monde, bien entendu en termes de ressources naturelles et de technologie. Mais j’ai aussi récemment été intrigué par combien les Russes ont à offrir au niveau du système éducatif, de l’art et de destinations touristiques renversantes.

Alors, ne ratez pas ce qui pourrait sceller des années de relations bénéfiques pour vos affaires, simplement à cause d’une petite mésentente dès le premier rendez-vous.

À propos de l’auteur

Andy Frecka est né et a grandi dans l’État de l’Ohio aux Éats-Unis, mais pour les 19 dernières années, il a élu domicile en Russie. Il est le fondateur et le directeur marketing d’Expat Flat, une agence immobilière de Moscou, et a dernièrement, pu participer à des négociations pour différentes affaires entre Russes et Occidentaux. Andy tient aussi le blog « Amerikanets » à propos de la langue russe, il donne souvent son avis sur les relations d’affaires avec des étrangers, et est l’auteur de Matryoshka: Comment faire des affaires avec des étrangers.

Vous souhaitez mettre en application ces précieux conseils ? C’est le bon moment ! Dans cette autre publication Russia Beyond vous explique pourquoi 2018 est l’année idéale pour investir en Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies