Qui sont les hommes d’affaires les plus riches de Russie?

Kommersant
Selon le magazine Forbes, le nombre de milliardaires russes et leur fortune totale sont en augmentation, et ce malgré les sanctions et la stagnation économique du pays.

Vous pensiez que les milliardaires russes souffraient des sanctions de l’Occident ? Si c’est le cas, vous êtes dans le faux. Au contraire, leur richesse totale semble croître, et il en est de même pour leur nombre, à mesure qu’ils grappillent des places dans le classement, comme le montre le dernier classement Forbes des entrepreneurs russes les plus riches.

Cette publication avance que la richesse globale des 200 entrepreneurs les plus fortunés du pays a augmenté de 25 milliards de dollars durant les 12 derniers mois, pour atteindre 485 milliards, tandis que le nombre de milliardaires est passé de 96 à 106 pendant la même période. Le seuil pour figurer dans le classement de 2018 a lui aussi augmenté, passant de 12,4 à 12,5 milliards de dollars. Voici le top 10 des plus grandes fortunes de Russie, parmi lesquelles la plupart possèdent des actifs et des biens à l’étranger.

Lire aussi : Milliardaires russes: comment ils ont gagné leur premier million

1. Vladimir Lissine, 61 ans (19,1 milliards de dollars)

Président et actionnaire majoritaire de l’entreprise sidérurgique NLMK, Vladimir Lissine n’est pas seulement un homme d’affaires, mais aussi un expert du secteur sidérurgique, détenant un grand nombre de brevets et ayant publié de nombreux articles portant sur ses travaux académiques. C’est aussi un fanatique du tir au pistolet : il est à la tête de l’Union russe du tir et vice-président de la Fédération internationale de tir sportif. Il possède de plus une propriété en Écosse, où il se rend régulièrement pour chasser.

2. Alekseï Mordachov, 52 ans (18,7 milliards de dollars)

Autre magnat de la sidérurgie, le dirigeant de la firme Severstal, Alekseï Mordachov, est fils d’ouvrier devenu homme d’affaires par ses propres moyens. En dehors de Severstal, il détient aussi des parts chez TUI (23%), l’une des plus grosses compagnies de voyages au monde, chez le producteur d’or NordGold (98,4%) et chez Power Machines, une multinationale de génie énergétique.

Lire aussi : Les cinq plus grandes fortunes de Russie selon Forbes en 2017

3. Leonid Mikhelson, 62 ans (18 milliards de dollars)

Président du conseil d’administration de la compagnie russe de gaz Novatek et détenteur de 48% des parts de Sibur, une compagnie gazière et pétrolière, Leonid Mikhelson est réputé comme étant quelqu’un de direct, de travailleur, de dur et d’extrêmement professionnel. En tant que fils d’ouvrier du bâtiment, il a commencé comme contremaître dans la construction de pipelines de gaz. Pour lui, l’argent compte moins que le fait de créer à partir de rien, comme dans la construction.

4. Vaguit Alekperov, 67 ans (16,4 milliards de dollars)

Né à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, dans la famille d’un pétrolier, Vaguit Alekperov est le principal magnat du secteur en Russie. Il possède Lukoil, la compagnie qui, en mars, a dépassé Rosneft et Gazprom en atteignant une capitalisation de marché de 58 milliards de dollars, selon Forbes. Il est co-détenteur des chantiers navals néerlandais Heesen Yachts, où fut construit en 2016 son yacht de 70 mètres « Galactica Super Nova ». Autre entreprise du président de Lukoil : le musée international de la numismatique à Moscou, qu’il a ouvert en 2016.

Lire aussi : Combien gagne le président russe?

5. Guennadi Timtchenko, 65 ans (16 milliards de dollars)

Ami du président russe et actionnaire de nombreuses compagnies, dont Novatek et Sibur, Guennadi Timtchenko est aussi le fondateur de Volga, groupe d’investissement privé centré sur les énergies, le transport et les infrastructures. Avec sa femme, Timtchenko possède une fondation de charité, ainsi que des sièges au conseil d’administration de la Kontinental Hockey League. Fait intéressant : il possède un chien nommé Roni, qui est la fille du labrador retriever du président Poutine Koni – joli !

6. Vladimir Potanine, 57 ans (15,9 milliards de dollars)

Si vous êtes déjà allé à Sotchi, vous connaissez probablement la station de ski Rosa Khoutor. Vladimir Potanine est celui qui y a investi 8,7 milliards de roubles (141 millions de dollars). Il détient 30% des parts de la compagnie Nornickel, l’un des plus grands producteurs de nickel, de palladium et de cuivre au monde. Amateur de hockey, il a largement investi dans le sport, la culture et l’éducation – à hauteur de 10 millions de dollars par an, selon Forbes.

Lire aussi : Trois façons originales de blanchir de l'argent en Russie

7. Andreï Melnitchenko, 46 ans (15,5 milliards de dollars)

L’industriel Andreï Melnitchenko possède la majorité des parts du producteur de fertilisant EuroChem, du producteur de charbon SUEK et de la compagnie énergétique Siberian Generating. Il a lancé sa première compagnie au début des années 1990, en faisant de l’internat de sa faculté un point de change de devises, à l’Université d’État Lomonossov à Moscou. Aujourd’hui, il vit de sa fortune de 500 millions de dollars en voguant sur son embarcation, le plus grand yacht privé au monde. Comme de nombreux autres milliardaires, Melnitchenko possède une collection d’art impressionniste et dépense une partie de sa richesse dans des œuvres de charité. Selon Forbes, durant la dernière décennie, cet homme d’affaires russe a consacré 400 millions de dollars à ses activités philanthropiques.

8. Mikhaïl Fridman, 53 ans (15,1 milliards de dollars)

Le fondateur d’Alfa Bank, une des plus grandes banques privées russes, Mikhaïl Fridman, a débuté en vendant des billets de théâtre et en organisant des concerts et des soirées en tant qu’étudiant. Aujourd’hui, il est le principal actionnaire du groupe Alfa (dont Alfa Bank, AlfaInsurance, et X5 Retail Group) et de LetterOne, une compagnie d’investissement basée au Luxembourg possédant des parts dans le pétrole allemand, le producteur gazier DEA et l’opérateur téléphonique international Veon. Fridman possède la citoyenneté israélienne mais passe le plus clair de son temps à Londres. En 2016 il a acheté un manoir en ruines dans le Nord de la ville : Athlone House a été vendue pour 65 millions de livres et va être restauré et rénovée par le nouveau propriétaire, les coûts anticipés sont de 130 millions de livres.

Lire aussi : Comment les millionnaires russes gèrent leur argent en temps de crise

9. Viktor Vekselberg, 61 ans (14,4 milliards de dollars)

Viktor Vekselberg, l’un des oligarques russes figurant sur la liste des sanctions américaines, a fait sa fortune en Russie sur l’aluminium et le pétrole, grâce à son investissement dans la compagnie Renova. Cependant, à l’heure actuelle, la majorité de sa richesse est à l’étranger : il jouit de 40% des parts d’Oerlikon, un conglomérat technologique suisse, et de 57% de Sulzer, firme suisse de génie industriel. Vekselberg est aussi le président du principal centre d’innovation de Russie : Skolkovo Foundation, et l’heureux propriétaire de la plus grande collection d’œufs de Fabergé. En 2004, il a acheté une collection provenant du patrimoine du défunt Malcolm Forbes, l’éditeur américain du magazine Forbes, et l’a ramenée en Russie. Désormais, ses œufs de Fabergé sont exposés au Palais Chouvalov à Saint-Pétersbourg.

10. Alicher Ousmanov, 64 ans (12,5 milliards de dollars)

Le magnat natif d’Ouzbékistan Alicher Ousmanov a construit sa richesse grâce au métal et aux opérations minières ainsi qu’à d’astucieux investissements. Il a désormais 48% des parts d’USM Holdings, d’importants intérêts dans les secteurs métallurgique et minier (MEtalloinvest, Baikal Mining Company), les télécommunications (l’opérateur mobile Megafon), et Internet. Il possède aussi des actifs dans les médias (Kommersant Publishing House), le développement (la compagnie de construction Khimki Group) et le sport (le club de football anglais Arsenal). Depuis 2008, Ousmanov est le président de la Fédération Internationale d’Escrime (FIE) et a largement investi pour promouvoir cette discipline.

Vous souhaitez, vous aussi, construire votre richesse en Russie ? Voici pourquoi 2018 est la bonne année pour le faire !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies