Indice Olivier: le festin du Nouvel an en Russie vu par les économistes

La salade Olivier.

La salade Olivier.

Lori / Legion-Media
La plupart des Russes doivent encore à faire leurs courses pour le repas du Nouvel an, bien qu’ils sachent que les prix montent toujours en flèche la dernière semaine de l’année. En 2016, le repas reviendra à environ 85 euros par famille, soit 4% de plus que l’année dernière.

La plupart des Russes doivent encore à faire leurs courses pour le repas du Nouvel an, bien qu’ils sachent que les prix montent toujours en flèche la dernière semaine de l’année. En 2016, le repas reviendra à environ 85 euros par famille, soit 4% de plus que l’année dernière.

La salade Olivier, élément indispensable de tout repas du jour de l’An en Russie, coûtera cette année entre 2,3 et 4 euros pour six personnes, a établi le groupe de sondage Romir après avoir analysé début décembre les prix moyens des articles destinés aux fêtes de fin d’année dans les centres commerciaux. Le Service d’État des statistiques, Rosstat, estime que le prix de la célèbre salade russe coûte presque le double, 4,8 euros.

Le plat est devenu 2% plus cher qu’en 2015, surtout à cause de la mayonnaise dont le prix a augmenté de 8,6%, mais également à cause des concombres salés et des petits pois (+3,2%) et de la saucisse (+1,3%). Les autres ingrédients – pommes de terre, carottes, œufs et oignons – sont devenus moins chers, d’après Rosstat.

Autre plat quasi obligatoire sur la table de fête, le hareng « sous couverture » (de légumes à la mayonnaise) qui reviendra cette année à 2,5 euros, soit 7 centimes de plus que l’année dernière. Le prix du hareng salé a augmenté en novembre de 6,2% par rapport à décembre 2015.

Les Russes reportent leurs achats au dernier moment

Pourtant, l’analyse des dépenses quotidiennes des Russes prouve qu’ils rechignent à faire leurs courses à l’avance.

« Traditionnellement, les ventes atteignent leur apogée les 30 et 31 décembre. Pendant ces jours, les recettes des magasins sont de 60% plus élevées que la moyenne du mois de décembre », a fait remarquer le service de presse du réseau Diksi qui ne constate aucun bouleversement dans le menu.

Ainsi, les Russes achètent toujours des ingrédients pour les salades les plus populaires, du mousseux et des bonbons : les ventes d’œufs de saumon triplent par rapport aux autres mois, celles de mousseux font plus que doubler, tandis que la demande pour le chocolat augmente de 60% en décembre et triple durant les derniers jours du mois.

Fêter le jour de l’An en Kalmoukie

Dresser une table pour quatre personnes reviendra à environ 85 euros en moyenne, mais les prix du repas seront différents d’une région à une autre, poursuit Rosstat. Et si à Moscou une famille déboursera pour le festin 105 euros, en Kalmoukie (à un millier de kilomètres au sud de Moscou) elle ne devra payer que 64 euros, tandis qu’en Tchoukotka (extrémité nord-est de la Russie), elle dépensera 130 euros.

Les prix des cadeaux ont augmenté plus rapidement que les autres articles, a annoncé le 14 décembre le directeur adjoint de Rosstat, Serguei Iegorenko. « Les prix de la majorité des articles que les gens ont l’habitude d’offrir sont montés plus que la moyenne. Aucun doute : il est devenu plus cher de faire des cadeaux », a-t-il constaté.

Ainsi, les prix ont augmenté de 6,5% pour les jouets en peluche, de 4,8% pour les livres et de 11,1% pour le chocolat. Seule exception à la règle, les smartphones qui sont devenus plus accessibles, a-t-il ajouté.

Le texte est publié en version abrégée. Le texte intégral en russe est disponiblesur le site de Gazeta.ru

Lire aussi :

Mon beau sapin: les décorations les plus populaires en URSS

Dix cadeaux de Noël uniques fabriqués en Russie

Neuf façons de passer une fin d’année inoubliable en Carélie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.