Dix spécificités de la crise économique en Russie

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev.

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev.

Reuters
Dans un article-programme, le premier ministre russe Dmitri Medvedev revient sur les causes et les effets de la crise économique en Russie.

Avec la chute des prix du pétrole, les sanctions et les problèmes structurels, l’économie russe a plongé dans une crise grave. Dans un article-programme publié par Rossiskaïa Gazeta, le premier ministre Dmitri Medvedev analyse les principales causes et conséquences de la crise économique actuelle. Pour lui, la Russie vit une transformation radicale de son système économique. RBTH a sélectionné les principaux points de son article.

1. Les problèmes de l’économie russe font partie des problèmes mondiaux

La crise mondiale qui a éclaté en 2008 a entraîné une hausse de l’instabilité sur les marchés internationaux : un immense marché financier, capable de déplacer des sommes astronomiques à travers le monde en quelques secondes à peine, s’est alors formé. Pourtant, aucun système adéquat de régulation mondiale n’a été créé. Le facteur politique intervient de plus en plus dans la politique économique, évinçant parfois la concurrence du marché. Les sanctions ne sont que la manifestation la plus évidente de cette tendance.

2. L’économie russe pâtit davantage des problèmes structurels que du pétrole et des sanctions

En 2015, le prix du pétrole a touché un plus bas dans l’histoire économique moderne et a été divisé par deux en à peine six mois. Cependant, les problèmes  structurels de l’économie russe, et particulièrement l’épuisement du modèle de croissance économique des années 2000, restent le facteur principal. Un important ralentissement économique avait été observé avant même la chute des prix du pétrole et l’introduction des sanctions antirusses.

3. La Russie reste une économie de marché malgré les menaces extérieures

Fin 2014, on annonçait une catastrophe en Russie et celle-ci aurait pu se produire si le gouvernement avait décidé de geler le taux de change, d’accroître la dépense publique, de geler les prix, etc. Les autorités ont préféré se consacrer à un travail systématique de résistance aux chocs. Les résultats se sont avérés meilleurs de la plupart des prévisions.

4. La dépendance vis-à-vis du pétrole commence à se réduire

La part des recettes tirées des secteurs autres que le pétrole et le gaz a atteint près de 60%. Les décisions visant à endiguer l’inflation ont permis de préserver les réserves d’or et de devises et d’assurer la stabilité du système monétaire. L’inflation est en baisse constante et ne devrait pas être supérieure à 6% en fin d’année.

5. Le système bancaire stable malgré la crise

Au premier semestre 2016, la Banque centrale a fermé 48 organismes de crédit et 93 banques ont été fermées en 2015. Pour autant, la Russie n’a pas été confrontée à une panique bancaire. Le système bancaire fonctionne de manière assez stable. En 2015, le volume des dépôts de la population a crû de 25% et celui des fonds déposés sur les comptes des entreprises russes, de 20%.

6. La fuite des capitaux en baisse

En 2015, la fuite des capitaux en Russie a été divisée par plus de 2,5, passant de 136,4 milliards d'euros en 2014 à 51,8 milliards d'euros.  Au premier semestre 2016, elle s’élevait à 9,3 milliards d'euros contre 45,9 milliards d'euros au premier semestre 2015.  Par ailleurs, la dette extérieure cumulée du pays est passée de 653,6 milliards d'euros (son maximum) au milieu de l’année 2014 à 460,1 milliards d'euros au milieu de 2016.

7. Une croissance industrielle observée

La chute du rouble a impulsé une croissance à l’intérieur du pays. En 2015, l’industrie alimentaire a crû de 2%, l’industrie chimique de 6,3% et la production pétrolière de 0,3%. La production de médicaments a crû de 26%. L’agriculture affiche également une dynamique positive stable : en 2015, le secteur a crû de 3% et de 3,2% pour les sept premiers mois de l’année 2016.

8. Les entreprises et la population achètent davantage de produits russes

L’impact le plus marquant est observé dans la production automobile. Grâce à la création de coentreprises avec les groupes étrangers, la part des importations a baissé de 22,5% en 2015. La part des importations dans les métaux et minerais métalliques a baissé de 4,5%, celle des produits textiles et accessoires de 7,8% et celle des produits alimentaires de 4,1%.

9. Les entreprises sont plus riches que la population

Les mesures de stabilisation ne permettent pas encore de palier le principal impact de la crise, la baisse du niveau de vie de la population : les revenus disponibles réels se sont contractés, de même que les salaires réels. Pourtant, les entreprises russes disposent de 21 000 milliards de roubles (293,9 milliards d'euros) sur leurs comptes.

10. Le gouvernement table sur une hausse des investissements

La transition vers une croissance stable nécessite une hausse sensible des investissements, qui devraient passer de 20% du PIB aujourd’hui à 22–24%. Il convient d’élaborer des mesures qui, tout en stimulant l’épargne, encourageraient sa transformation en investissements. Le fort niveau d’instabilité, plus que les taux d’intérêt, est au cœur du problème.

Lire aussi :

Les voitures russes en route vers le marché mondial

Quand les chocs politiques déstabilisent les politiques des Banques centrales

Le Daghestan veut développer son économie via l’IT

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.