Si la littérature russe m’était contée… en dessins animés

The Night Before Christmas (1951 film)

The Night Before Christmas (1951 film)

Screenshot
La littérature russe a souvent été adaptée sur les écrans. Au fil des ans, Anna Karénine a connu une vingtaine d’adaptations cinématographiques différentes par des réalisateurs du monde entier et Akira Kurosawa a réalisé une version japonaise de L’Idiot de Fiodor Dostoïevski. RBTH étudie les dessins animés rares, mais brillants, inspirés par les livres et poèmes classiques russes.

Histoires terrifiantes – Vij de Nicolas Gogol

Vij de Nicolas Gogol est presque effrayant à lire et encore plus à regarder. Pourtant, ce conte sur un prêtre qui doit tenir une cérémonie de funérailles de trois jours pour une jeune fille a connu plusieurs adaptations, dont des versions soviétiques et russes et des dessins animés. Ces funérailles auraient été ordinaires si la jeune défunte ne se réveillait pas soudain en sorcière et si elle n’appelait pas ses amis diaboliques et les goules à former une assemblée. Vij est le nom de leur chef, le plus effrayant et le plus affreux d’entre eux.

Une histoire de Noël –  Réveillon de Noël de Gogol

Cette autre histoire de Gogol n’est pas effrayante, mais joyeuse, bien qu’empreinte de mysticisme. L’un des personnages principaux est un petit lutin qui arrive dans un village la veille de Noël, vole la lune et rend visite à une femme. Soudain, le fils de la femme rentre à la maison désemparé, car la femme qu’il aime a refusé sa demande en mariage. Il attrape le lutin et l’oblige à voler à Saint-Pétersbourg pour demander à l’impératrice de lui donner les chaussures que la femme qu’il aime désirait.

Un beau conte de fées – Le Conte du tsar Saltan d’Alexandre Pouchkine

Les films d’animation sont le meilleur moyen d’adapter un conte, ainsi, l’œuvre de Pouchkine a donné lieu à plusieurs dessins animés. L’un des meilleurs est Le Conte du tsar Saltan ou, selon le titre complet, Le conte du tsar Saltan, de son fils, glorieux et puissant preux le prince Gvidone Saltanovitch et de la très-belle princesse-cygne, un conte de magie, d’amour et d’aventure.

Œuvre philosophique – Le Rêve d'un homme ridicule de Fiodor Dostoïevski

Difficile d’associer une œuvre de Dostoïevski et un dessin animé. Pourtant, le réalisateur Alexandre Petrov parvient à transmettre le caractère névrotique et autoréflexif de « l’homme ridicule » de Dostoïevski.

Un cadeau de l’éternité – Garde mes paroles à jamais, l’histoire d’Ossip Mandelstam

Ce film n’est pas une adaptation cinématographique d’un roman classique, mais un documentaire d’animation sur la vie du poète victime des répressions staliniennes Ossip Mandelstam. La voix légèrement hystérique du poète (interprétée par l’acteur russe Victor Soukhoroukov) et l’hyperbole de marionnettes servent à montrer la situation terrible des esprits créatifs qui vivaient sous le régime de Staline et étaient parfois censurés, envoyés en exil, interdits de publication, voire même assassinés. Le réalisateur Roman Liberov a déjà fait des films sur la vie et l’œuvre d’autres écrivains russes dont Ilya Ilf et Evgueni Petrov (également un dessin animé), Joseph Brodsky et Sergueï Dovlatov.

Meurtre déchirant – Moumou d’Ivan Tourgueniev

Si vous êtes capable de regarder ce dessin animé sans pleurer, c’est que vous ne devez pas avoir beaucoup de cœur. C’est l’histoire d’un sourd-muet prénommé Guérassime qui appelle son chien Moumou, car ce sont les seuls sons qu’il est capable de prononcer. Cependant, sa propriétaire l’oblige à tuer le chien, car il aboie trop fort et la réveille la nuit. Guérassime noie le chien dans la rivière en attachant des briques à son cou.

Amour non partagé – Pauvre Lisa de Nikolaï Karamzine

Cette histoire est considérée comme la première intrigue romantique de la littérature russe. Comme c’est souvent le cas dans les histoires de romance sentimentale, l’amour ne peut simplement pas être heureux. Dans cette histoire, une jeune femme d’une famille pauvre, prénommée Lisa, tombe amoureuse d’un homme riche. Ils font de longues rencontres se promenant sous les bouleaux, où ils s’enlacent et s’embrassent innocemment. Pourtant, l’homme doit partir à l’armée et avoue à Lisa qu’il est déjà fiancé. Lisa ne parvient pas à s’en remettre et se jette dans la rivière.

Fantaisie retro – Les Œufs du destin de Mikhaïl Boulgakov

Boulgakov est célèbre pour sa riche imagination, comme en témoigne son conte sur le diable et sa suite dans le Moscou soviétique des années 1920, Le Maître et Marguerite, ou l’histoire d’un chien errant dont le cerveau est transplanté dans une tête humaine dans Cœur de chien. Ici, Boulgakov imagine un professeur qui mène une expérience sensationnelle en faisant grandir les insectes grâce aux rayons de chaleur. Les insectes géants finissent par attaquer la ville, obligeant les habitants à se battre contre eux… Ce dessin animé porte le titre Histoire oubliée.

Lire aussi : 

Les cinq films d’animation soviétiques les plus populaires

Sept films d’animation russes à ne pas manquer

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.