Souvenir russe: l'artisanat des régions de Russie s'expose à Paris

Maria Tchobanov
L’artisanat traditionnel de onze régions russes est exposé à Paris. C’est la première exposition organisée par le ministère russe de la Culture au Centre culturel et spirituel orthodoxe depuis son ouverture à deux pas de la Tour Eiffel.

Crédit : Maria TchobanovCrédit : Maria Tchobanov

L’exposition d’artisanat Souvenir russe a été inaugurée au Centre du quai Branly le 13 mars. Elle restera ouverte jusqu’au 9 avril prochain. Les hôtes du Centre culturel et spirituel orthodoxe ont l’occasion de s’initier aux traditions et techniques artistiques héritées des temps les plus anciens ainsi que d’admirer les objets réalisés par les artisans modernes en observant le développement de l’artisanat au fil des siècles.

Broderie traditionnelle tchouvache.&nbsp;Un costume f&eacute;minin des &#1058;chouvaches de Saratov, une blouse pour homme &laquo; shapour &raquo; (R&eacute;publique de Tchouvachie).nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>Broderie traditionnelle tchouvache.&nbsp;Un costume f&eacute;minin des &#1058;chouvaches de Saratov, une blouse pour homme &laquo; shapour &raquo; (R&eacute;publique de Tchouvachie).</p>n
Porcelaine de Douliovo &laquo; Quadrille de l&#39;Oural&nbsp;(danse) &raquo;.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>Porcelaine de Douliovo &laquo; Quadrille de l&#39;Oural&nbsp;(danse) &raquo;.</p>n
Jouets traditionnels de Iourievo, r&eacute;gion de Lipetsk.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>Jouets traditionnels de Iourievo, r&eacute;gion de Lipetsk.</p>n
Cr&eacute;dit : Maria Tchobanov
 
1/4
 

Ils peuvent voir des costumes traditionnels, des instruments de musique, des jouets, de la vaisselle, des tapis et des bijoux de Bachkirie (sud-est de la Russie européenne), du Daghestan (Caucase russe), de Carélie (nord-ouest), de la République des Komis (nord-ouest), de Khakassie (Sibérie orientale), de Tchouvachie (moyenne Volga) ainsi que des régions de Moscou, d’Astrakhan (à l’embouchure de la Volga), de Lipetsk (à 500 kilomètres au sud-est de Moscou), de Toula (à 200 kilomètres au sud de Moscou) et de Riazan (à 200 kilomètres au sud-est de Moscou).

« Les artisanats de l’exposition mettent en valeur le caractère original et unique en son genre de chacune des onze régions de notre pays pluriethnique, leur histoire et leur culture. Nous préservons soigneusement les traditions : certains objets ont plus de cent ans, alors que d’autres ont été reconstitués d’après les technologies d’antan.

Je suis sûre que même ceux qui connaissent depuis longtemps et qui aiment la Russie découvriront quelque chose de nouveau, tandis que ceux qui feront pour la première fois connaissance avec la culture russe voudront visiter notre pays », a déclaré à l’inauguration Olga Iarilova, directrice du département du tourisme et de la politique régionale du ministère russe de la Culture.

Chaque peuple russe a formé ses propres traditions de fabrication et de décoration des objets quotidiens, de la vaisselle aux accessoires de ménage en passant par les chaussures et les vêtements.

L&rsquo;ambassadeur russe en France&nbsp;Alexandre Orlov et Olga Iarilova, directrice du d&eacute;partement du tourisme et de la politique r&eacute;gionale du minist&egrave;re russe de la Culture.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>L&rsquo;ambassadeur russe en France&nbsp;Alexandre Orlov et Olga Iarilova, directrice du d&eacute;partement du tourisme et de la politique r&eacute;gionale du minist&egrave;re russe de la Culture.</p>n
Olga Iarilova.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>Olga Iarilova.</p>n
 
1/2
 

Par exemple, la Tchouvachie présente des robes arborant des broderies traditionnelles, des blouses de cérémonie pour hommes, des couvre-chefs et des accessoires, notamment des colliers en pièces de monnaie frappées avant la Révolution d’octobre de 1917.

La région de Riazan dispose sur ses étalages des objets d’auteur de la Poterie de Skopine. Cet art doit son apparition à l’argile concentrée en grandes quantités dans les environs de la ville de Skopine. Toutes les poteries sont façonnées au tour à la main et émaillées.

Quant aux objets réalisés par les vieilles entreprises artisanales de la région de Moscou, ils font sa gloire et sont depuis longtemps connus à l’étranger : les châles de Pavlov Possad, les plateaux de Jostovo, les miniatures laquées de Fedoskino, la céramique de Gjel, la porcelaine de Doulevo et celle de la Manufacture Gardner de Verbilki, les jouets en bois de Bogorodskoïe et la matriochka de Serguiev Possad.

La région de Toula réjouit les visiteurs par toute la gamme de ses spécialités, hormis les armes : les samovars, les pains d’épices, les accordéons, les jouets de Filimonovo, les dentelles et la pastila (friandise à base de pommes acidulées et de miel) de Beliov, ainsi que les objets réalisés selon les techniques locales d’incrustation et de forgeage.

Bo&icirc;te &agrave; bijoux laqu&eacute;e Fedoskino.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>Bo&icirc;te &agrave; bijoux laqu&eacute;e Fedoskino.</p>n
&Eacute;charpe d&eacute;corative orn&eacute;e pour femmes Tevet.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>&Eacute;charpe d&eacute;corative orn&eacute;e pour femmes Tevet.</p>n
Cr&eacute;dit : Maria Tchobanov
On peut ici apercevoir des instruments et costumes traditionnels de la R&eacute;publique de Khakassie.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>On peut ici apercevoir des instruments et costumes traditionnels de la R&eacute;publique de Khakassie.</p>n
 
1/4
 

Les artisans de Khakassie présentent des objets en feutre et en tissu patchwork, des articles faits selon la technique du pliage, ainsi que des ornements en céramique, en bois, en fourrure, en placage, en grains de verre et en os. Les visiteurs peuvent également admirer des instruments et des costumes nationaux.

La région d’Astrakhan a amené à Paris des objets réalisés par des potiers, des graveurs sur bois, des tisseurs et des spécialistes du cannage et de l’art du tapis en feutre.

On reconnaît de loin les spécialités de la région de Lipetsk comme la dentelle de Ielets, le jouet d’argile de Romanovo, la broderie traditionnelle, les bottes de feutre, le tissage en rotin, la transformation artistique du bois, la poterie et les jouets traditionnels de Iourievo, d’Izmalkovo et de Dobroïe.

La République des Komis étonne les visiteurs par des décorations tissées… en racines de pin ainsi que par des boîtes à sel ou à sucre en écorce de bouleau, des objets en cuir naturel et en broussin, de la céramique et des objets issus du coulage, des textiles et des poupées traditionnelles.

Par le passé, les objets fabriqués en matières végétales locales occupaient une place importante dans la vie des paysans. Ils étaient réalisés en matières naturelles comme l’écorce de bouleau, le broussin, le rotin, le bois et les racines. 

Cours de transformation artistique de racines de pin donné par Elena Kokorina, Maître du peuple de Russie, membre de l’Union des artistes de Russie et de l’Union des artistes de la République des Komis. Crédit : Maria TchobanovCours de transformation artistique de racines de pin donné par Elena Kokorina, Maître du peuple de Russie, membre de l’Union des artistes de Russie et de l’Union des artistes de la République des Komis. Crédit : Maria Tchobanov

D’ailleurs, le tissage de racines en tant qu’art populaire appliqué était très développé à la fin du XIXe siècle dans les régions septentrionales de la Russie, notamment celles d’Arkhangelsk et de Kirov et dans la République des Komis. Les racines de pin servaient à fabriquer des assiettes à pain ou des boîtes de rangement. Toutefois, cette technique est pratiquement perdue aujourd’hui.n

Cours de transformation artistique de l’écorce de bouleau donné par Artiom Tchitchkariov, Maître du peuple de Russie, membre de l’Union des artistes de Russie et de l’Union des artistes de la République des Komis. Crédit : Maria TchobanovCours de transformation artistique de l’écorce de bouleau donné par Artiom Tchitchkariov, Maître du peuple de Russie, membre de l’Union des artistes de Russie et de l’Union des artistes de la République des Komis. Crédit : Maria Tchobanov

L’écorce de bouleau est présente depuis toujours dans le quotidien des paysans komis. Elle était prisée pour son élasticité et son imperméabilité et employée dans les travaux de construction, dans la confection de bottes et dans la fabrication d’outils de pêche, de vaisselle et d’accessoires de ménage. En outre, l’écorce de bouleau possède des propriétés antibactériennes et antiseptiques, ce qui en faisait une matière de prédilection pour les boîtes à conserver la farine, la semoule, le lait, la bière et le kwas (boisson sucrée à base de pain fermenté).n

L&rsquo;artiste Magomedali Magomedaliev.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>L&rsquo;artiste Magomedali Magomedaliev.</p>n
L&rsquo;incrustation de m&eacute;tal dans le bois par&nbsp;Magomedali Magomedaliev.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>L&rsquo;incrustation de m&eacute;tal dans le bois par&nbsp;Magomedali Magomedaliev.</p>n
Magomedali Magomedaliev et l&rsquo;ambassadeur russe en France Alexandre Orlov.nCr&eacute;dit : Maria Tchobanov<p>Magomedali Magomedaliev et l&rsquo;ambassadeur russe en France Alexandre Orlov.</p>n
 
1/3
 

Le village daghestanais d’Ountsoukoul doit sa gloire aux objets en bois incrustés. Le damasquinage et l’incrustation de métal dans le bois est un art décoratif et appliqué hautement artistique et original. L’incrustation de pièces de cuivre, de maillechort et d’argent se fait sur du bois d’espèces dures, notamment le cornouiller et l’abricotier. L’ornement d’argent sur du bois foncé poli, les motifs géométriques traditionnels et les arabesques donnent aux vases, aux encriers, aux cannes, aux coffrets, aux assiettes à accrocher aux murs, aux chandeliers et aux jeux de table une beauté particulière, un caractère unique et un brin de grandeur.n

Lire aussi : 

Les miniatures de Palekh s’inspirent des contes de fées et des motifs russes

Icônes de Palekh, à la croisée de l’Orient et de l’Occident

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.