Gjel : un des hauts lieux mondiaux méconnus de la céramique

Le nom de Gjel est familier aux amateurs de porcelaine. C'est à Gjel, non loin de Moscou, que sont fabriquées les célèbres céramiques ornées en bleu. C'est un lieu incontournable d'un point de vue historique et culturel.
La peinture sur objets en porcelaine. Crédit photo : ITAR-TASS
La peinture sur objets en porcelaine. Crédit photo : ITAR-TASS

Les villages se succèdent les uns après les autres, constituant un ensemble territorial unique, au sein duquel des poteries y sont produites depuis fort longtemps. Son centre en est l’Institut d’État artistique et industriel de Gjel, créé il y a plus d’une centaine d’années. Un musée et des échoppes de vendeurs chargées de vaisselle bleue, ainsi que des bâtiments dédiés à la production.

Le village portant le nom de Gjel n’a que très peu changé au cours des cent dernières années : il s’agit d’un petit village au bord du barrage installé sur la rivière Gjelka. Seul sept-cent personnes y vivent, mais plus de 1500 personnes travaillent dans les établissements spécialisés dans la production des figurines bleues et blanches disséminés dans tous les villages alentours. 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Crédit photo : RIA Novosti

Le village de Gjel est pour la première fois mentionné en 1339, dans le testament du Grand-Prince de Moscovie Ivan Kalita. C’est à cette époque que les artisans locaux ont commencé à produire de la vaisselle à partir de glaise blanche.

Ayant fait la distinction entre les différents types d’argile, la meilleure étant la délicate glaise blanche « milovka », utilisée pour la production de porcelaine et de faïence. 

Les paysans de Gjel n’ont jamais été des serfs : l’ensemble de Gjel et de ses paysans était rattaché au département Aptekarsky (pharmacie), spécialement en vue de la production de poterie.

Vers 1800, l’on invente dans le village de Volodino le mélange de pâte blanche permettant d’obtenir de la faïence. La première fabrique de porcelaine y a également été créée. Son fondateur, Pavel Koulikov y a étudié les techniques de fabrication de la porcelaine. 

À la fin des années 1780, Gjel comptait déjà 25 fabriques de céramiques. L’argile était extraite des fondrières locales. Lorsque le maître-artisan avait achevé son travail, il faisait alors appel aux fils-apprentis et aux filles-décoratrices. Ces derniers étaient chargés de peindre la vaisselle. Ils la transportaient ensuite dans le grand fourneau destiné à la cuisson.

Mise à part la vaisselle, on y fabrique des jouets en forme d’oiseaux et d’animaux, ainsi que des figurines sur le thème de la vie rurale russe. D’éclatants chevaux blancs, des cavaliers, poupées, ustensiles de cuisine miniatures sont peints en violet, bleu et marron, dans un style folklorique.


L'Ocarina, instrument de musique ancestral. Crédit photo : RIA Novosti

Aujourd’hui, plusieurs importantes fabriques sont engagées dans la production de « Gjel ». La « Fabrique de porcelaine de Gjel » a été fondée dans le village de Novokharitonovo, et son atelier dédié à la production d’œuvres d’art est situé dans le village de Retchitsa, depuis longtemps spécialisé dans la fabrication de porcelaine de Gjel. 

Aux étages inférieurs, l’on y trouve l’atelier de modelage, et aux étages supérieurs, l’atelier dédié à la peinture. L’odeur de la peinture y est très forte. Les tables de travail des artistes sont encombrées par leurs instruments : pinceaux, spatules, récipients remplis d’un mélange noir d’oxyde de cobalt.

C’est ce dernier qui permet d’obtenir la couleur bleue une fois l’article passé par la fournaise. 

« Nous avons fêté l’an dernier le 195ème anniversaire de notre établissement, bien que l’histoire de notre fabrique remonte à l’année 1818, lorsqu’une petite manufacture dédiée à la fabrication de vaisselle en porcelaine s’est établie dans le village de Novokharitonovo, raconte le directeur de la « Fabrique de porcelaine de Gjel », Piotr Sivov. Notre fabrique est la plus importante, ainsi que la plus prospère de toute la région »

« La guilde de Gjel » est une autre grande fabrique, ayant démarré ses activités dans les années 1990. Aujourd’hui, artisans et artistes y ont presque entièrement relancé la tradition de la peinture bleue au cobalt, pratiquementmalheureusement tombée en désuétude avant la révolution. 

La fondation du design industriel se trouve sur le territoire de cette fabrique, cette dernière a rassemblée d’importantes archives sur l’histoire de la porcelaine, en particulier sur celle de la porcelaine de Gjel.

À la différence des autres fabriques de Gjel, la fabrique expérimentale de céramique de Gjel produit des céramiques multicolores traditionnelles. Car la peinture au cobalt n’est pas la seule méthode utilisée par les maîtres-artisans, « Gjel » compte aussi des producteurs d’argile multicolores, peintes de couleurs vives. 

Où se restaurer

Le restaurant « Na beregou ozera » (Kraskovo, 1 rue Novaïa), se situe à 10km de l’autoroute de Yegorievsk, près d’un quai duquel vous pouvez plonger et pécher, l’été il y a des tentes et des pavillons sur les bords du lac. Au menu, des recettes traditionnelles russes, différentes bières et un large choix de vodkas.

 Pour s’y rendre

Transports en commun : prendre le bus N°325 à la station de métro Vykhino ou le train de la gare de Kazan jusqu’à la station Gjel. En voiture : de Moscou à Gjel par l’autoroute de Yegorievsk, 62 km, 1h de route.

Article publié dans Rossiyskaya Gazeta

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook