Cette blogueuse expliquant sur YouTube les films soviétiques aux étrangers

Soviet Movies Explained/YouTube
Qui sont les blatnyé? Pourquoi une femme a-t-elle sorti un poulet d’un sac et en parle-t-elle à tout le monde? Pourquoi des personnes de presque 40 ans vivent-elles chez leurs parents et cela ne surprend personne? Cette vidéo-blogueuse déchiffre les films soviétiques pour ceux qui ne sont pas familiers avec la vie en URSS.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Un célibataire de 36 ans se saoule le soir du Nouvel An et s'introduit par erreur dans l'appartement d’une femme, ruinant ainsi sa célébration romantique avec son fiancé ! Un résumé d'un drame déchirant ou un thriller psychologique ? Nooon ! C'est l'intrigue de notre comédie du Nouvel An la plus aimée ! », dit la voix hors champ d’Ekaterina en montrant des images du célèbre film soviétique L’Ironie du sort.

Il y a un an, elle a lancé Soviet Movies Explained, une chaîne où elle explique les films soviétiques aux étrangers en anglais. Certaines de ces œuvres ont même eu l'honneur de faire l’objet de deux ou trois épisodes de transcription. Oui, le cinéma soviétique n'est pas facile à comprendre, estime-t-elle, mais il immerge profondément dans le contexte culturel.

Personne ne comprend les films soviétiques

Ekaterina vit à Berlin depuis plus de six ans, après que son mari y a trouvé un emploi dans le domaine informatique. Elle est architecte indépendante à Moscou et « une enfant de la fin de l'ère soviétique »

« Lorsque nous avons déménagé, j'ai eu l'idée d'une chaîne sur les différences entre la vie en Russie et en Allemagne en anglais. Cependant, les choses changeaient rapidement en Russie à l'époque, je n'avais pas le temps de promouvoir la chaîne et elle s'est éteinte, mais le désir de tourner une vidéo du Nouvel An sur L'Ironie du sort me hantait. J'ai entendu beaucoup de plaintes de la part de connaissances à Berlin qui étaient en relation avec des Russes : "Nous avons regardé L'Ironie du sort, mais nous n'avons rien compris !". Et le sujet des différences culturelles m'a toujours intéressée », confie-t-elle.

Ekaterina a finalement bien réalisé cette vidéo et s'est rendu compte que ce film était loin d'être le seul dont le contexte et les blagues pouvaient être mal interprétés. En fait, chaque film soviétique a besoin d'une explication.

« Je ne raconte pas l'intrigue, mais utilise certains fragments pour parler des aspects quotidiens de cette vie. J'ai remarqué que dans le monde anglophone, il y a un intérêt pour la Russie comme quelque chose d'exotique, mais il y a encore beaucoup de stéréotypes en raison de l'absence totale de compréhension de la façon dont nous vivions et pourquoi nous nous comportions de cette façon ».

Lire aussi : Ces films soviétiques dans lesquels jouèrent des stars occidentales

Pénurie de tout et vie éternelle avec les parents

Ekaterina a son classement personnel des choses qui suscitent le plus d’interrogations parmi les étrangers : les pénuries, la construction massive d’immeubles identiques, et les relations familiales en URSS.

« Il y a un fragment dans le film La Bien-aimée du mécanicien Gavrilov où l'héroïne, magnifiquement habillée, marche dans la rue. Soudain, quelqu'un ouvre devant elle une boîte portant en grand l’inscription "Made in Japan". Une foule se rassemble instantanément autour de la boîte, bien que personne n'ait la moindre idée de ce qu'elle contient. Elle aussi fait la queue, les gens se bousculent et crient. Après avoir reçu la marchandise, elle enlève le papier et à l'intérieur se trouve une bassine en émail ordinaire. En tenue de soirée, en talons, mais maintenant avec cette bassine, elle poursuit son chemin », décrit Catherine.

L'épisode illustre bien ce qu'est la pénurie, explique-t-elle. À l'époque soviétique, vous ne pouviez pas simplement aller au magasin et acheter ce que vous vouliez. « Cela a créé un état psychologique particulier dans toute la nation : les gens étaient pleins de ressources, entreprenants, ils savaient quoi, où et comment obtenir quelque chose, mais en même temps, c'était très éreintant ».

Le gag clé de L'Ironie du sort, en revanche, est lié à d'autres réalités soviétiques : partout, quelle que soit la partie du pays où vous vous trouvez, vous pouvez rencontrer exactement les mêmes immeubles et les mêmes noms de rue. Or, le héros Jenia, après avoir trop bu dans un bania, s'envole pour une autre ville et s'introduit dans ce qu'il croit être son appartement. « Les étrangers ne comprennent pas comment on peut se tromper d’immeuble et entrer dans un autre exactement identique, et même dans une autre ville. À l'époque, c'était une économie planifiée, les logements devaient être fabriqués rapidement et ils étaient estampillés et assemblés comme un jeu de construction », éclaircit Ekaterina.

Néanmoins, il y avait tout de même une pénurie de logements. C'est pourquoi le héros, âgé pourtant de 36 ans, vit encore chez sa mère, ce qui est socialement acceptable.

Est-il possible de comprendre la mentalité d'une nation à travers les films ?

Ce n'est pas un hasard si Ronald Reagan a regardé plusieurs fois Moscou ne croit pas aux larmes avant de rencontrer Mikhaïl Gorbatchev. Il voulait comprendre la « mystérieuse âme russe », mais n'y est jamais parvenu, bien que ce soit l'un des films les plus appropriés si vous voulez comprendre les Russes, affirme Catherine.

« Il est là question tant du désir de "conquérir Moscou" que du problème aigu du logement. Toutes ces choses sont toujours d'actualité, déclare Ekaterina. C'est pourquoi le cinéma soviétique traite aussi des habitants modernes du pays ».

Par ailleurs, le cinéma soviétique est intéressant en soi et pas seulement en tant que « croquis » anthropologique, affirme la blogueuse. Il est juste différent.

« Il est assurément bon. Il est unique en raison de la censure (aussi étrange que cela puisse sonner) et du fait qu'il n'était pas du tout commercial. Alors qu'en Occident, il y avait une compétition pour le public et les films devaient être divertissants ou scandaleux, chez nous, tout était fait "pour l'art" ou pour les besoins du Parti. Regardez les comédies de Leonid Gaïdaï ou Eldar Riazanov. Elles sont merveilleuses parce qu'elles ont un humour intelligent, sans aucune vulgarité. C'est la meilleure preuve que les Russes, eux aussi, savent rire et être drôles ».

Dans cet autre article, nous vous avions sélectionné dix films soviétiques à voir absolument.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies