À l’affiche en décembre 2021: les événements culturels à ne surtout pas manquer

Natalia Nosova
Le Casse-Noisette du Bolchoï sur grand écran, le salon Russkaya Literatura, le premier festival de сinéma russe à Montpellier... Traditionnellement associé à une ambiance festive, ce mois de décembre réserve bien des surprises aux amateurs français de la culture russe.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'école de ballet russe est connue dans le monde entier. Qui ne rêve pas d'assister à une représentation du théâtre Bolchoï ? Si vous aimez cet art, vous avez une occasion unique de profiter du talent des danseurs russes sans quitter les frontières de la France. D'ailleurs, on parle du ballet correspondant le plus à l’esprit de Noël, le célèbre Casse-Noisette sur la musique de Piotr Tchaïkovski !

Retransmission du ballet Casse-Noisette enregistré au Théâtre Bolchoï de Moscou

Date : 19 décembre à 16h

Autre chef-d'œuvre de la saison 2021-2022 de diffusions des représentations du légendaire Bolchoï dans les quelque 150 cinémas associés au programme Pathé Live, Casse-Noisette, sur la musique de Piotr Tchaïkovski, réjouit les cœurs et les oreilles de toutes les générations de mélomanes. Il s'agit d’un ravissant divertissement à découvrir en famille, soutenu par un trio de danseurs et un corps de ballet remarquables.

L'intrigue, qui est familière à presque tout le monde, est associée à la célébration de Noël. La jeune Marie reçoit un cadeau spécial de la part de son parrain Drosselmeyer. Très vite, ce réveillon prend pour elle une tournure inattendue : alors que tout s'endort, la nouvelle poupée de Marie prend vie et l'entraîne dans un univers féérique.

Pour plus d'informations et découvrir la liste des salles partenaires, cliquez ici.

Un salon de la littérature russe, ainsi que des rencontres avec des écrivains français dont les livres sont associés à la Russie. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre de Fiodor Dostoïevski, le destin du créateur du célèbre parfum Chanel N°5, ainsi que sur le travail du chef-cuisinier français de trois empereurs russes, ne manquez pas ces événements :

7ème édition du salon Russkaya Literatura

Date : 3, 4 et 5 décembre

Cette édition du salon Russkaya Literatura rendra hommage à deux auteurs russes incontournables et résolument modernes : Fiodor Dostoïevski, qui aurait eu 200 ans aujourd’hui, et Edouard Limonov, qui vient de nous quitter le 17 mars 2020.

Autre anniversaire, celui des trente ans de la chute de l’URSS, le 8 décembre 1991, avec la signature du traité de Minsk qui proclamait la dissolution de l’Union des républiques soviétiques socialistes, fondée le 30 décembre 1922. Les organisateurs du salon ont invité d’incontournables spécialistes de cette période, Andreï Gratchev et Christian Mégrelis, qui tous deux ont vécu ce choc historique aux cotés de Mikhaïl Gorbatchev.

Le salon Russkaya Literatura vous invite à suivre les traces de deux « étonnants voyageurs », Cédric Gras et Olivier Weber, qui, à travers leurs films et leurs écrits, nous feront revivre leurs dernières aventures glacées.

Vous suivrez également, à travers Le Chant de l’Ours de Nina Zaïtseva, l'épopée d’un petit peuple finno-ougrien, les Vepses, répartis entre les territoires de la République de Carélie et les régions de Leningrad et de Vologda. Autre épopée, celle de Richard Sorg, plus grand espion du XXe siècle, que vous racontera le grand reporter Owen Matthiews.

Trois magnifiques documentaires seront en outre projetés à l’occasion du salon, Elégie De Paris: Marina Tsvetaeva, d’Alexandra Svinina, Sur les rivages de la mer blanche de Christophe Raylat et Cédric Gras et La traversée d'Olivier Weber.

La Russie est une terre de surprises. Il y en aura donc beaucoup d’autres à l’occasion de cette 7ème édition. Plus de détails en suivant ce lien.

Rencontre avec l’écrivain Ioulia Kristeva « Dostoïevski et Kristeva : polyphonies »

Date : 7 décembre de 18h00 à 19h30

Qui ne connaît pas le grand Dostoïevski, dont le 200e anniversaire de la naissance est célébré cette année par le monde entier ? Si vous êtes également fan de son œuvre, alors il vous est recommandé d'assister à cet événement organisé par la Maison russe des sciences et de la culture à Paris. Vous rencontrerez l'écrivain et critique littéraire française Ioulia Kristeva, dont le livre sur Dostoïevski a récemment été publié chez Fayard.

Docteur honorifique d’universités d'Europe et des États-Unis, membre de l’Académie britannique, lauréate de nombreux prix littéraires, Kristeva a récemment remporté l'ordre de la Légion d'honneur. Elle a découvert les livres de Dostoïevski lorsqu'elle a trouvé son roman L'Idiot dans sa bibliothèque familiale. Malgré le fait que son père n'ait pas conseillé à Ioulia de lire cet ouvrage, elle s'est plongée dans sa lecture et a été stupéfaite... Plus tard, dans son œuvre, elle s'est toujours tournée vers l'étude des chefs-d'œuvre de ce génie de la littérature russe.

En plus de la rencontre avec Ioulia, les invités de l'événement auront la possibilité de profiter d'une performance des acteurs français Sophie Costerg et Grégoire Lopoukhine, qui liront des textes tirés des œuvres de Dostoïevski et des extraits du nouveau livre de Kristeva en français et en russe.

Conférence de Nathalie Beaux sur son livre Son parfum sorti chez Macha Publishing 

Date : 4 décembre, de 10 à 13h et de 14h30 à 17h30

Nous vous invitons à un rendez-vous à la librairie des Galeries Lafayette de Paris (40 boulevard Haussmann, 75008 Paris, au 6e étage) pour une séance de dédicaces de l'auteure de Son parfum, Nathalie Beaux. Petite-fille du célèbre Ernest Beaux, сréateur du N°5 de Chanel. Le roman Son parfum présente un aspect méconnu de l’histoire de la création du parfum le plus connu au monde qui célèbre ses 100 ans cette année. C'est une merveilleuse histoire d'amour qui vous coupera le souffle. Les yeux de l'épouse d'Ernest, Ida, bleus comme des lacs russes, lui inspireront des notes inédites dont il composera une ode à cette femme venue de l’est... L'écrivain elle-même a hérité son amour pour la Russie de son père et de son grand-père. Elle a beaucoup voyagé dans le pays de ses ancêtres et reste très attachée à sa culture.

Сonférence de Nicolas de la Bretèche sur son livre À la table des tsars sorti chez Macha Publishing 

Date : 4 décembre, de 10 à 13h et de 14h30 à 17h30

L'auteur du livre À la table des tsars, Nicolas de la Bretèche, donnera une conférence à la médiathèque E. Delacroix (Mairie du 6e arrondissement de Paris, 78 rue Bonaparte, 75006 Paris). Vous pourrez y écouter l'incroyable histoire du chef cuisinier des trois derniers empereurs de Russie, Pierre Cubat.

Participant à la préparation de la réunion solennelle des « trois empereurs » à Paris, ce spécialiste héréditaire de la cuisine française a rencontré l'un des grands-ducs russes et est parti servir dans l'Empire russe, où il a finalement été responsable de la cuisine d'Alexandre II. Après la mort tragique de ce dernier lors d'un attentat terroriste, il a dirigé quelque temps la cuisine de son fils, Alexandre III. Partageant sa vie entre les deux pays, Cubat était engagé dans la restauration et, à un moment donné, est retourné dans son pays natal. Il semble que c'était là que sa carrière auprès de la cour des Romanov devait se terminer. Cependant, l'arrivée à Paris du futur dernier empereur russe, Nicolas II, a changé ses plans...

Une conférence-concert pour ceux qui veulent mieux comprendre l'exposition de la collection des mécènes russes qu’étaient les frères Morozov à la Fondation Louis Vuitton, ainsi qu'une exposition d'un des artistes russes de Paris, qui a décoré de ses fresques la chapelle d'un château médiéval français. Dépêchez-vous de plonger plus profondément dans l'univers de la peinture russe !

Concert-conférence « La Collection Morozov et les avant-gardes russes » consacré à l’exposition « La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne »

Date : 1 décembre à 19h

Depuis cet automne, la Fondation Louis Vuitton de Paris accueille la deuxième exposition de la série « Icônes de l’art moderne », cette fois consacrée aux deux frères mécènes russes Mikhaïl et Ivan Morozov et à leur collection présentée pour la première fois hors de Russie. L’exposition réunit plus de 200 chefs-d’œuvre d’art moderne français et russe, dont des toiles majeures de Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Renoir, Monet, Matisse, Picasso, Vroubel, Malevitch, Répine, Larionov, Serov et d'autres.

L'importance de cet événement pour les échanges culturels franco-russes ne peut guère être surestimée. Le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris vous invite à un concert-conférence qui vous permettra de vous immerger dans l'univers de l'art créé par cette exposition. Vous aurez l'occasion non seulement de profiter de la musique de piano et de violon, mais aussi d'écouter les commentaires de l’historien d’art français Jean-Claude Menou.

Exposition de l’artiste-peintre russe Alexeï Begov « L’univers unique »

Date : du 10 au 30 décembre avec soirée d’inauguration le 9 décembre à 18h

Alexeï Begov est l'un des artistes russes de Paris, dont le nom est célèbre dans de nombreux pays du monde. Le père du peintre était originaire de la ville russe de Novotcherkassk, l’ancienne capitale des cosaques du Don. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, sa famille s'est installée dans un petit village près de Kiev (aujourd'hui en Ukraine). Alexeï est né en URSS, puis a étudié et travaillé dans différentes parties de ce grand pays. Des expositions des œuvres de l'artiste ont eu lieu dans des villes des États-Unis, de France, de Suisse, d'Italie et d'Espagne. De 1998 à 2004, Begov a vécu à Paris. Dans une banlieue pittoresque de la capitale française, Janville-sur-Juine, il a décoré les murs de la chapelle du château de Gillevoisin, construit en 1625, de ses fresques.

Peut-être que la chose la plus importante que vous devez savoir sur Begov lorsque vous irez à son exposition au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris est qu'il s'agit d'un artiste très original, des œuvres duquel découlent beaucoup de liberté et d'expression créative. Ne manquez pas l'occasion de découvrir l'œuvre de cette figure emblématique de la peinture russe.

Nous nous empressons de vous annoncer une bonne nouvelle – un autre festival du cinéma russe a fait son apparition en France. De plus, en décembre, vous pourrez assister à la projection d'un film sur une mannequin d'origine russo-kazakhe de la maison de couture Dior.

1er Festival de сinéma russe à Montpellier

Date : du 8 au 12 décembre

L'association Montpellier - Russie vous invite à participer au premier Festival de cinéma russe de cette ville méridionale qui se déroulera du 8 au 12 décembre 2021 dans différents lieux de la cité. 

Les organisateurs ont préparé le programme avec différents genres pour faire découvrir à des publics variés la richesse des cultures de la Russie contemporaine. Pour les films documentaires, ont été choisis plusieurs sujets concernant la vie traditionnelle de la Sibérie et de l’Extrême-Orient.

Le public pourra aussi y visionner le dernier long-métrage de Kirill Serebrennikov, La Fièvre de Petrov, ou encore Le Temps des Premiers, épopée spatiale basée sur des faits réels survenus en URSS.

Plus d'informations sur la page Facebook du festival. 

Projection du documentaire Alla – perle de l’Ouest chez Dior

Date : 11 décembre 18h

Ce film vous racontera le destin d'une émigrée russo-kazakhе en France, résistante et premier mannequin asiatique dans le monde de la mode occidentale, Alla Iltchoun. Kazakh de nationalité, le père de la future « mascotte » de Christian Dior était employé des chemins de fer dans l'Empire russe. Avant la révolution, Jouankhal a quitté sa patrie et s'est installé dans la ville chinoise de Harbin, centre de l'émigration blanche à l'époque, ou il a rencontré la mère d'Alla, la belle Russe nommée Tatiana.

Avec leur fille, ils prévoyaient de déménager en France, mais à la fin, seules Tatiana et Alla se sont retrouvées sur le territoire de l'Hexagone – le père a été transféré dans un camp de travail soviétique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Alla, qui avait travaillé dans un restaurant, a rejoint les rangs de la Résistance française. Après la fin du conflit, la jeune fille est parvenue accidentellement sur les podiums de mode. Elle a travaillé pendant 10 ans à la maison de couture Dior. Après le décès du grand couturier, elle a commencé à collaborer avec Yves Saint Laurent.

Pour en savoir plus sur la façon dont cette femme extraordinaire a changé le monde de la mode, venez assister à la projection du film réalisé par Berlin Irichev au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris.

Il est temps de se tourner vers l'histoire et la sociologie. Cette conférence vous aidera à mieux comprendre la place qu'occupe le sport dans la vie des habitants de notre pays.

Conférence de Sylvain Dufraisse « De Lénine à Poutine : le sport, un enjeu politique en URSS et en Russie »

Date : 9 décembre à 18h

Sylvain Dufraisse est agrégé d’histoire et docteur en Histoire contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Actuellement maître de conférences à l’université de Nantes, il enseigne l’histoire du sport et des pratiques physiques. Il a travaillé dans le cadre de son doctorat sur l’histoire sociale, culturelle et politique de l’élite sportive soviétique des années 1930 aux Jeux Olympiques de Moscou en 1980. Spécialiste d’histoire sociale et culturelle de l’Union soviétique, il poursuit ses recherches dans deux directions : l’internationalisation des sciences du sport soviétique et l’histoire des pratiques de loisirs en URSS. Le résultat de ses recherches a été la publication du livre intitulé Les héros du sport, une histoire des champions soviétiques (années 1930-années 1980) sorti chez Champ Vallon en 2019.

Et enfin, la musique ! En décembre, vous aurez l'occasion d'assister à de nombreux concerts pour tous les goûts. Ne vous privez pas de ce plaisir !

Concert-conférence du maestro Andreï Chevtchouk « Les Maîtres d’Art et la musique »

Date : 2 décembre de 19h à 20h30

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris vous convie à une soirée opéra ! Il s'agit du prochain concert-conférence du maestro Andreï Chevtchouk, inscrit dans son cycle de l'Encyclopédie musicale.

Cette fois, Chevtchouk présentera aux invités l'histoire, les activités et liens avec la Russie de l'Association des ateliers des Maîtres d'Art et de leurs élèves, au sein de laquelle se sont réunis des artistes professionnels qui, pour leurs réalisations dans des métiers rares de la création, a reçu du Ministère de la Culture de France le titre de Maître d'Art.

L'événement se déroulera en présence de la présidente de l'association, Marcelle Lubrano-Guillet. Issue d'une famille d'artistes, elle crée depuis de nombreuses années des fleurs pour décorer les représentations de l'Opéra de Paris.

Au cours du concert-conférence, vous pourrez non seulement en apprendre davantage sur le travail étonnant de cette femme, mais également écouter des extraits d'opéras de renommée mondiale.

Récital pour piano par Iakov Aïvaz. Cycle des chefs-d’œuvre de la musique romantique des XVIII-XXe siècles

Date : 7 décembre à 19h – Les œuvres de Chopin et Liszt

Date : 21 décembre à 19h – Les œuvres de Chopin et Scriabine

En décembre, le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris accueillera les deux concerts du pianiste virtuose, lauréat de nombreux concours internationaux, Iakov Aïvaz.

L'artiste est né en 1946 en Crimée dans la famille d'un compositeur et pianiste soviétique. Des concerts avaient souvent lieu dans sa maison, le garçon a donc été immergé dans le monde de la musique dès son enfance. À l'âge de 8 ans, il est parti pour Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg), où il a étudié à l'école de musique pour enfants surdoués du Conservatoire, puis au légendaire Institut de musique Gnessine.

Après de nombreuses tournées internationales, Iakov s'est installé en France. Beaucoup considèrent Aïvaz comme l'un des meilleurs interprètes de la musique de Ludwig van Beethoven, Sergueï Rachmaninov, ou encore Franz Liszt. Dès les premiers accords, il sait captiver le public !

Récital pour piano de Lydia Jardon

Date : 2 décembre à 19h

Certains ont parlé, à propos du jeu pianistique de Lydia Jardon, d’une alchimie mystérieuse de fougue et de distance face au texte, d’une inextinguible passion et d’un contrôle méticuleux de l’expression. Cet énoncé paradoxal peut en réalité s’appliquer à la personnalité tout entière de Lydia Jardon : fondamentalement passionnée, enflammée et intense, elle est également une artiste réfléchie, qui ne cesse de s’engager et d’imaginer les projets les plus variés.

Lydia Jardon, aux multiples diplômes et distinctions, a joué dans le monde entier, en récital ou en concerto. Cette formation au plus haut niveau et ce parcours `ne suffisent pourtant pas à résumer le tempérament artistique de cette pianiste singulière.  Hors norme, Lydia Jardon ? Sans doute, par les différentes formes que prend son action musicale, qu’elle ne mène jamais en dehors de l’humain. Elle est ainsi la fondatrice d’un festival de musique de chambre à Ouessant, qui depuis 2001 réunit chaque année de nombreuses musiciennes sur « l’île aux femmes ».

Lydia Jardon est depuis 2001, la fondatrice et directrice de la maison de disque Ar Ré-Sé, structure indépendante avec laquelle elle exhume des partitions méconnues de grands maîtres (Koechlin, Medtner, Lekeu, Magnard, Miaskovski, Ohana…), mettant un point d’honneur à les confier à des interprètes d’excellence qui débutent souvent leur carrière.

Concert de musique classique 

Date : 16 décembre à 19h30

La vie et la carrière de ces deux musiciens – la mezzo-soprano Victoria Cherechevskaïa et le pianiste Alexandre Koukonine – sont inextricablement liées à la France.

Victoria se retrouve sur le territoire de l'Hexagone à l'âge de 10 ans. Passionnée de musique, elle est diplômée du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon. En tant que pianiste, elle a donné de nombreux concerts, en solo, en ensemble et avec orchestre. Plus tard, elle est entrée à l'École normale de musique de Paris Alfred Cortot et y a achevé son cursus avec succès. Parmi ses projets, par exemple, l'enregistrement d'un disque consacré à la musique française de la fin du XIXe siècle (compositeurs Chaminade, Chabrier et Chausson), accompagné du pianiste français Rémy Genier et du quatuor Tchalik.

Alexandre Koukonine est quant à lui né sur le territoire de l'Ukraine soviétique. Il est diplômé de l'École normale de musique de Paris Alfred Cortot en 2015. L'artiste a donné des concerts en France, en Ukraine, en Espagne, en Italie et en Israël.

Ce mois de décembre, au Centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris, ces deux jeunes génies de la musique interpréteront ensemble des œuvres de Glinka, Tchaïkovski, Prokofiev et Sviridov.

Concert du festival international « Noël rassemble »

Date : 17 décembre à 19h30

Le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe de Paris vous invite à ressentir l'ambiance des prochaines vacances de Noël en assistant à un concert de musique chorale russe. L'événement réunira le chœur russe Izbor, le chœur d'enfants Solovyii – Rossignols et le chœur d'enfants de Neuilly-sur-Seine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies