Journées du livre russe à Paris: deux siècles après sa naissance, Dostoïevski garde tout son attrait

Russia Beyond (Photos : Valeriia Anikushina; Service de presse)
Raccourci à une journée et au format hybride en raison de la pandémie, l’événement emblématique les Journées du livre russe s’est tenu le 2 octobre suivant la tradition aux locaux de la Mairie du 5e arrondissement de Paris. Le fil rouge de cette 12e édition spéciale était la figure de Fiodor Dostoïevski, dont le bicentenaire de la naissance est fêté cette année.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Reprise de la vie culturelle franco-russe dans la capitale française

Cela faisait un bon moment que les admirateurs de la culture russe, basés dans la région parisienne, étaient privés de rencontres culturelles en présentiel en raison de la Covid-19. Ainsi, la 12e édition spéciale des Journées du livre était effectivement un événement longtemps attendu par les amateurs de littérature russe et russophone.

Les participants à ce rendez-vous culturel, libellé Lire Dostoïevski au XXIème siècle, ont pu assister à toute sorte d’événements, dont une bonne partie consacrés aux multiples facettes de la vie et de l’œuvre de l'auteur de  Crime et Châtiment. Au-delà des débats intellectuels autour de tables rondes concernant ces aspects, animés par des dizaines d’écrivains et de spécialistes russes et français en littérature et philosophie, les lecteurs ont pu échanger avec les auteurs de divers ouvrages présentés ce jour-là. Pendant les pauses, il était en outre possible de découvrir des expositions thématiques : une série de dessins des enfants de l’association Pour Kungur, des extraits de la bande dessinée de l'auteur Bastien Loukia, ainsi que des panneaux d’information au sujet de la vie de l'écrivain.

Retrouvailles sous les auspices de Dostoïevski

Deux siècles après sa naissance, Dostoïevski ne cesse d’attirer l’attention du grand public, des chercheurs en sciences sociales et des amateurs de la littérature russe. Il n’est guère surprenant que l’Association France-Oural, organisatrice des Journées du livre russe, ait choisi de mettre sur pied les retrouvailles en présentiel avec son public autour de l'effort créateur de Dostoïevski. En fait, le 200e anniversaire de Dostoïevski, célébré tout au long de 2021, est devenu une occasion exceptionnelle pour de nombreux spécialistes-slavistes et écrivains russes de produire des ouvrages dédiés à ce grand homme de la pensée. En dépit d’une activité réduite de traduction littéraire du russe vers le français et de publication des maisons d’édition dues à la crise sanitaire, cinq nouvelles parutions de cette année, consacrées à la figure de Dostoïevski, à sa philosophie et ses ouvrages, et même à sa vie personnelle, ont été présentées au grand public le samedi 2 octobre.

Fiodor Dostoïevski en 1863

>>> Les sept livres les plus importants de la littérature russe

« Comme nous n’avons pas pu organiser le prix de traduction Russophonie, l'événement s’est vu réduit en une seule journée et il nous fallait trouver un sujet central, une idée unificatrice.  Dostoïevski est venu à l’esprit tout naturellement. Pourquoi ? Parce que Dostoïevski se distingue par le fait que tout le monde en France le connaît, mais peu de gens le lisent. Il y a un sentiment que les Français se perdent dans ses romans et autres œuvres », nous explique le président de l’association France-Oural, Dimitri de Kochko, les raisons d’un tel choix.

La journée a débuté avec les présentations d’ouvrages, dits classiques en France, sur l’univers de Dostoïevski, tels que Les fondements du système philosophique de Dostoïevski et La métaphysique de l’histoire de Dostoïevski de Pierre Lamblé, ainsi que la traduction fondamentale de La correspondance de Dostoïevski d’Anna Coldefy-Faucard. La seconde moitié du programme comprenait à son tour des présentations d’ouvrages plus récents ou qui apparaîtront dans les mois à venir.

Un guide pratique pour mieux comprendre l’univers de Dostoïevski 

Ainsi, parmi les nouveautés à ne pas manquer et disponibles dès aujourd'hui, il convient de noter le Dictionnaire Dostoïevski de Michel Niqueux. Paru chez les éditions Institut d’études Slaves en mars 2021, c'est un ouvrage qui a toutes les chances de devenir un favori pour tout le monde, que ce soit des lecteurs sophistiqués ou des débutants qui se préparent à découvrir le monde de Dostoïevski. Il s'agit d'un guide pratique composé de 118 articles auxquels des lectures peuvent se référer, si nécessaire pour des explications supplémentaires ou étendues lors de la lecture des œuvres de Dostoïevski. Comme l’explique son auteur, les articles se répartissent en quatre catégories consacrées aux types de personnages et aux thèmes métaphysiques, philosophiques et esthétiques que l’on retrouve chez Dostoïevski, aux auteurs qui ont influencé ce dernier et vice-versa, et aux ouvrages eux-mêmes. Un tel concept, d’après Michel Niqueux, présuppose qu’« il ne faut pas lire le bouquin de A à Z ». Dans une certaine mesure, c’est un regroupement des notions explicatives nécessaires pour un lecteur étranger et moderne visant à comprendre les complexités de l’univers construit par Dostoïevski dans la Russie du XIXe siècle.

>>> Répine au Petit Palais: la peinture qui fait revivre de grands moments de l'histoire russe

« En tant que professeur, j'ai souvent entendu les commentaires suivants provenant de mes étudiants : "par où commencer ? On se perd… C’est difficile…". Un guide était donc nécessaire », revient lors de la présentation Michel Niqueux sur l’origine d’un tel dictionnaire. L’idée lui est venue à l’esprit lors du premier confinement en 2020 et sa réalisation a nécessité 8 longs mois. « J’ai eu recours aux textes scientifiques que le grand public français n’a pas l’occasion de lire. C’était un long travail de recherche, de lecture et surtout du tri, et puis d’adaptation et de composition », relate l’auteur du dictionnaire au sujet des étapes précédant la publication finale. Ne cherchant pas à remplacer la lecture des œuvres de Dostoïevski en soi, Michel Niqueux propose de la compléter et de dépasser l’intrigue des romans, en portant son attention sur le fond et les détails. « Je n’oriente pas le lecteur au sens propre du terme, je lui donne des pistes à explorer », explique l’auteur. 

« En Russie, une femme est plus qu'une simple femme »

En s’approchant du stand de la maison d'édition L’Harmattan, un livre se distingue immédiatement parmi les autres. Ce qui attire aussitôt l'attention, c’est sa couverture avec le portrait de Dostoïevski dans un style un peu mystique, choisi forcément pour accentuer le caractère épique du titre Dostoïevski. La saga familiale. Sorti en avril 2021 avec une préface de Pierre Lamblé, c’est un ouvrage d’Igor Volguine, critique littéraire et historien russe dostoïeviste, l’un des rares cas de traduction du russe vers le français cette année. Comme le résume Pierre Lamblé dans son commentaire exclusif à Russia Beyond : « C’est un livre qui fait aimer Dostoïevski encore plus. Malgré tous ses défauts, on voit à travers ce livre que c’est quelqu’un de très formidable ».

Rédigé spécialement pour le lecteur français, le livre propose de faire connaissance avec Dostoïevski et les membres de sa famille, en plongeant dans l’histoire fascinante de sa vie privée et celle de ses proches. Ceci permet aussi d’avoir un autre angle de lecture de ses ouvrages et de mieux comprendre les complexités de caractère de ses personnages. « Igor Volguine a réussi dans son travail à reconstituer dans les détails la vie privée de Dostoïevski dans les moments véritablement clés de sa vie, surtout la période où il rédige L’Idiot. Il est très intéressant de pouvoir le suivre jour après jour dans son processus créatif », nous relève les détails du contenu Pierre Lamblé. En participant à la présentation de l’ouvrage via Zoom, Igor Volguine explique que « la vie familiale a beaucoup d’influence sur l’écrivain » et que « la femme de l’écrivain est son être le plus proche », d’où l’importance de s’y intéresser. En synthétisant le carnet personnel d’Anna Grigorievna etla correspondance de Dostoïevski avec elle, son fils adoptif et son frère, le lecteur comprend que sa vie personnelle est pleine d’énigmes, tout comme ses personnages.

Dans cet autre article, nous vous présentions cinq raisons pour lesquelles Dostoïevski est si génial.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies