Grandir, murir: cinq romans russes sur le passage à l’âge adulte

Vladimir Tchertkov/Maison musée de Léon Tolstoï/russiainphoto.ru ; Léon Tolstoï/folio classique
Si vous êtes fan de l'auteure italienne Elena Ferrante et de son Amie prodigieuse et que vous êtes enthousiasmé par la sortie mondiale de son nouveau livre, nous vous suggérons ces romans écrits par de grands auteurs russes. Ils parlent de jeunesse, du fait de grandir, de murir et, bien sûr, font la part belle à l’amitié.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Léon Tolstoï. Enfance. Adolescence. Jeunesse

Si vous n’avez pas lu Guerre et paix de Léon Tolstoï, il vaut la peine de le faire : on y trouve des réponses à presque toutes les grandes questions existentielles. Et le passage à l’âge adulte d’une jeune femme y est parfaitement représenté avec l’exemple du personnage de Natacha Rostova.

Cependant, Tolstoï a écrit un ouvrage très profond centré sur le processus de croissance. Le protagoniste, un jeune garçon nommé Nikolenka, est en fait Léon lui-même. La trilogie commence avec les premiers pas du garçon hors de la maison de son enfance - il déménage à Moscou avec son père pour étudier. Il surmonte la mort de sa mère, et la considère comme la fin de son enfance. Tous les événements sont profondément reflétés par le héros. Tolstoï explore les aspects psychologiques de la façon dont un jeune comprend les règles de la moralité, et la manière dont il perçoit les adultes et ses propres sentiments, pensées et premières excitations sexuelles.

>>> Sept faits peu connus sur Léon Tolstoï

2. Maxime Gorki. Mes universités

Cette autobiographie d’un autre grand auteur russe dépeint un monde absolument différent de la trilogie de Tolstoï avec son ambiance teintée de noblesse. Un petit garçon nommé Aliocha est issu d'une famille d'ouvriers et de paysans. Son père meurt, et sa mère le laisse seul avec ses grands-parents pour réorganiser sa vie personnelle. Le garçon, qui s'est habitué aux relations tendres avec ses parents, doit alors lutter contre les coups de son grand-père impitoyable. Finalement, ses grands-parents le forcent à gagner de l'argent par lui-même, ce qui constitue son entrée dans le monde des grands...

C'est une histoire de vie et de mort, de pauvreté et de dur labeur, qui conte toutes les injustices de ce monde. Cependant, dans sa lutte, le garçon se rend compte que le sens de sa vie ne se réduit pas à son travail acharné. Il part voyager à travers le pays pour rencontrer de nouvelles personnes et mieux se connaître lui-même.

>>> Les cinq raisons faisant la grandeur de Maxime Gorki

3. Ivan Bounine. La Vie d'Arseniev

Alexeï Arseniev quitte la Russie après la révolution bolchevique et, pris d’une forte nostalgie pour sa patrie, il se souvient de sa vie. Il a passé son enfance dans un domaine familial à la campagne, y a rencontré ses premiers professeurs qui ont influencé sa vision de la vie, y a eu ses premières grandes émotions, liées à la mort de sa grand-mère bien-aimée et de sa petite sœur et, bien sûr, c’est ici qu’il a connu son premier amour.

Ce livre en partie autobiographique a été l'une des raisons pour lesquelles Ivan Bounine a obtenu le prix Nobel de littérature en 1933. L'auteur reconstruit sa jeunesse dans ce livre et c'est un excellent exemple de littérature russe classique mêlant réflexions très personnelles et représentations idylliques de la nature et de l’histoire russe. Le tout à la veille de la période la plus mouvementée de l'histoire de la Russie…

>>> Ces grands Russes ayant trouvé en la France leur dernière demeure

4. Nikolaï Ostrovski. Et l'acier fut trempé

Ce roman autobiographique était emblématique en Union soviétique et décrit le destin incroyable de Pavel Kortchaguine. Ce garçon aux origines modestes est expulsé de l'école, mais se relève dans la rue. À ce moment, la Révolution de 1917 éclate et Pavel se révèle être un héros lors des combats avec les bolcheviks pendant la guerre civile.

La volonté de Pavel de vivre et de devenir un homme meilleur est une métaphore de l’acier trempé par les difficultés de la vie et les maladies. Quand il se retrouve paralysé, il ne perd pas courage et ne tombe pas dans le désespoir.

5. Marina Stepnova. Les Femmes de Lazare

L’histoire du mathématicien de génie Lazar Lindt est racontée à travers le prisme de trois femmes ayant fait partie de sa vie. La première est la femme de son patron, qui devient presque une deuxième mère pour lui, et avec laquelle il entame une relation bien qu'elle fût de 20 ans son aînée. Puis il rencontre une jeune femme très dure nommée Galina, dont il tombe amoureux et avec laquelle il se marie. Et la troisième est sa petite-fille, qu'il n'a jamais rencontrée, car il meurt avant sa naissance. Cependant, toute sa vie, il jouera pour elle un rôle d’ange-gardien.

>>> Les douze romancières contemporaines russes à connaître absolument

Ce roman contemporain de la talentueuse Marina Stepnova reprend les traditions de la grande littérature russe, tout en y apportant de nouveaux tropes et idées artistiques.

Dans cette publication découvrez dix meilleurs livres russes des années 2010.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies