Sept faits étonnants au sujet de la matriochka, l’iconique poupée gigogne russe

Alexander Chepruno/Sputnik
En plus de renfermer des versions miniatures d’eux-mêmes, ces jouets-souvenirs traditionnels cachent de nombreuses surprises.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Plus jeune que vous ne le pensez

À première vue, la matriochka pourrait ressembler à un ancien personnage populaire, mais en fait, elle n'est apparue qu'en 1890 – et elle a de vrais « auteurs », le tourneur (opérateur de tour) Vassili Zvezdotchkine et le peintre Sergueï Maloutine. Les deux hommes travaillaient à l'atelier pour enfants de Savva Mamontov, célèbre industriel, commerçant et mécène russe.

Selon une version de la création de la matriochka, l'épouse de Mamontov aurait un jour apporté une figurine en bois à l'atelier. Elle représentait un sage japonais et contenait cinq figurines de ses élèves à l'intérieur. Inspiré par cette idée, Zvezdotchkine aurait alors sculpté huit figurines en bois, et Maloutine les aurait peintes.

Une autre version dit qu'ils auraient créé la poupée eux-mêmes (il y avait déjà eu en Russie des exemples de telles figurines avec « surprise » à l'intérieur), et que la légende de « l'origine japonaise » ne serait apparue qu'à l'époque soviétique.

>>> En photos: les sept plus beaux villages de Russie

En tout cas, la première matriochka ressemblait à une dame en châle tenant un coq noir. À l'intérieur se trouvaient des figurines de garçons et de filles, la dernière étant un bébé. Cette poupée est toujours conservée au Musée du jouet de Serguiev Possad, près de Moscou.

Le vrai nom de la matriochka

Matriochka est en fait le diminutif affectueux du prénom féminin Matriona, qui était populaire au XIXe siècle parmi les paysans et qui signifie « maman », « femme respectable » ou «  mère d'une grande famille ». Certaines rumeurs disent que s’appelait ainsi la femme de ménage de Mamontov. Après tout, ce nom convenait parfaitement à cette poupée russe avec toute une « famille » à l'intérieur.

Longue interruption de production

À l'aube du XXe siècle, le style folklorique russe est devenu à la mode dans l'architecture, la musique et l'art, grâce aux Saisons russes de Serge de Diaghilev et aux expositions internationales régulières d'artisanat. Des matriochkas russes ont été exposées à Paris, Berlin, Londres, en Grèce, en Turquie et au Moyen-Orient. Après la chute de l'Empire russe, la production de ces poupées a cependant connu un déclin, le pays s’étant engagé dans une guerre civile, puis dans la Seconde Guerre mondiale.

Le « plus russe des souvenirs » est revenu sur le devant de la scène à la fin de l'Union soviétique, lorsque de nombreux touristes étrangers ont commencé à visiter le pays et que les artisans ont fait revivre d'anciens ateliers.

>>> Le samovar, tsar des tables russes

Il existe cinq principaux styles de peinture de matriochka

On trouve plusieurs centres de production de matriochka en Russie et donc plus d'un style principal de peinture. Le plus célèbre est né à Serguiev Possad (appelé Zagorsk à l'époque soviétique), ville qui a une longue histoire de fabrication de jouets en bois. Elles représentent ici des femmes vêtues d’un châle et d’un sarafane (robe folklorique) avec un tablier, en utilisant seulement 3-4 couleurs (généralement rouge, jaune, vert) avec des contours noirs.

Un autre style de peinture appartient aux artisans du village de Polkhov Maïdan (près de Nijni Novgorod). Ils décorent leurs poupées avec des roses en fleurs.

Les matriochkas fabriquées à Semionovo (région de Nijni Novgorod également) portent des châles à pois jaunes ou rouges et tiennent des fleurs. En général, elles sont composées de 6 à 8 personnages.

Choisir le bon type de bois est la clef

La fabrication d’une matriochka débute avec du bon bois. L'arbre le plus approprié pour cela est le tilleul. Cependant, certains fabricants utilisent également du bois de bouleau, de tremble ou de mélèze. L'arbre doit être coupé au début du printemps ou de l'hiver, lorsqu'il n'a pas ou peu de sève. La partie inférieure de la poupée est faite de bois qui a été séché pendant deux à trois ans. La partie supérieure est quant à elle réalisée avec du bois frais, qui sèchera plus tard : c'est pourquoi la poupée peut se fermer si étroitement.

Le double sens

Les artistes russes ont souvent joué avec le concept de matriochka pour inclure de l'ironie dans leurs créations. Même avant la Révolution, il y avait des poupées comme un marié et une mariée avec BEAUCOUP de leurs proches à l'intérieur. En 1912, pour commémorer le 100e anniversaire de la guerre contre la France, des poupées Koutouzov et Napoléon avec leurs armées à l'intérieur ont été également réalisées.

Depuis la perestroïka, des artisans créent des poupées russes représentant des hommes politiques célèbres du monde entier. Vous pouvez ainsi facilement trouver des matriochkas à l’effigie de Lénine, Trump et Poutine dans les boutiques locales de souvenirs. Qui se trouve à l'intérieur de ces poupées, selon vous ?

>>> Artisanat russe: la peinture sur bois de Khokhloma

La plus grande matriochka se trouve en Chine

Près de la frontière russo-chinoise, dans la ville chinoise de Manzhouli, se trouve un centre commercial et un parc d'attractions appelé Matriochka, où se trouve officiellement la plus grande poupée russe du monde. Sa hauteur est de 30 mètres. Elle est entourée de huit poupées plus petites et de 200 figurines encore plus petites. D’ailleurs, la grande majorité des matriochkas modernes sont désormais fabriquées en Chine, même si, en Russie, des poupées sont encore produites dans certains villages de la région de Nijni Novgorod. Il y a donc de fortes chances pour que, sur la rue Arbat à Moscou et dans d'autres lieux touristiques du pays, vous achetiez accidentellement une matriochka fabriquée en Chine. Vérifiez auprès du vendeur.

En suivant ce lien, retrouvez notre guide ultime de l’artisanat russe, idéal pour trouver des idées cadeaux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies